C’est Mars, vantons la Femme Congolaise

par -
0 2066
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Mois de mars, mois consacré à la Femme. Au début du XXè siècle, des femmes de tous pays s’unissent pour défendre leurs droits.

L’origine de cette journée s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe et le monde occidental, au début du XXè siècle.

La création d’une « Journée internationale des femmes » est proposée pour la première fois en 1910, lors de la Conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrit alors dans une perspective révolutionnaire.

La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier. Ce, jusqu’à nos jours…

La date est réinvestie avec le regain féministe des années 70 et la « Journée internationale des femmes » est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, puis en France en 1982. C’est une journée de manifestations à travers le monde, l’occasion de faire un bilan.

La Journée des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité. Car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, l’humanité aura besoin de la célébrer.

Honneur à la Femme Congolaise

« Femme noire, femme africaine, ô toi ma Mère, je pense à toi ». Cet extrait du poème de l’écrivain Camara Laye, inspire et fait penser aux prouesses de la femme africaine, particulièrement celle de la République Démocratique du Congo. En ce mois où l’on célèbre la femme durant 30 jours, le beau cadeau à donner à cette porteuse et donneuse de vie est celui de vanter ses valeurs. De grâce, le thème choisi par Onu Femme pour célébrer la journée du 8 mars consacrée à la déclaration universelle des Droits de la Femme touche encore les sensibilités de tous les humains sensibles au Genre: “l’heure est venue, les activistes rurales et urbaines transforment la vie des Femmes”. Au niveau national, le gouvernement congolais n’a pas péché à la règle en choisissant ce thème national : “investir dans la force productrice de la femme rurale, priorité dela RDC”.

Priorité de la RDC?

Oui, cette femme vivant en milieu rurale mérite les attentions de tous, et cela doit commencer par la tête. Avec ces activités maraichères, qui ne procurent pas plus des revenus, la femme vivant en milieu rurale de la RDC est toujours soucieuse de nourrir sa famille, et elle s’en sort bien. De l’école primaire à l’université, “Mbongo ya Ndunda” (pour dire l’argent gagné dans cette activité de champ), gagnée par une mère veuve ou mariée, ne sert pas à d’autres choses, mais surtout à la survie familiale. Elle mérite les honneurs: “ôh dama toi qui me porta sur le dos, toi qui m’allaitas, toi qui gouverna mes premiers pas“.

Mais il y a un problème, lequel? 

Qu’est-ce que l’Etat congolais a réellement mis en marche pour que ces femmes travaillent paisiblement. Elles n’ont pas des matériels, elles vieillissent et se déforment physiquement à cause des positions qu’elles prennent pendant qu’elles travaillent, elles ont un faible revenus, elles sont violentés, violées lorsqu’elles font des kilomètres pour se trouver de l’eau, même leurs filles qui les assistent sont victimes des viols, plusieurs de leurs sites maraichers sont confisqués par des chefs des concessions ou autorités coutumières, elles sont celles qu’on appelle les sans voix.

L’agriculture dont le Chef de l’Etat veut qu’elle soit un moteur de développement est pratiqué par ses femmes vivant en milieu rurale. Ni Bukanga Lonzo, ni toute autre initiative du Gouvernement ne pourra remplacer ce travail de dur labeur pratiqué par ses femmes congolaises très fortes. Une fois intégrée dans ce vaste programme de l’agriculture comme moteur de développement, avec des équipements et matériels nécessaires, la femme rurale congolaise fera parler d’elle sur toute l’étendue du monde.

Les hommes oui, mais par complexe, plusieurs ont fui ce travail, les laissant aux femmes, mais avec un ventre affamé chaque jour. Honneur à toi Femme congolaise, “toi qui la première m’ouvris les yeux aux prodiges de la terre, je pense à toi. Femme simple, femme de la résignation”.

Une interpellation donc aux autorités de la Républiques de donner une place importante et une considération distinguée à la Femme Congolaise vivant en milieu rurale.

A suivre…

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse