C’est ça la démocratie

par -
0 764
Les ennemis de la démocratie ont frappé dure le siège du Congrès National Congolais, CNC en sigle.
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’heure où l’on marche par-ci, on dialogue par-là, mettant le pays dans une situation de désolation populaire et infrastructurelle, marquée par le feu et le sang des ennemis de l’envol, l’on devra s’évertuer à trouver très vite une définition appropriée à la démocratie congolaise. En tout cas, « Pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple », dirait un enseignant, ne colle plus.

La démocratie au pays de Lumumba, a d’autres indices qui lui sont propres, même sur l’échiquier africain. Visiblement, c’est laisser de côté sa signature, s’empocher des millions et savoir tirer le drap de son côté, sans coup férir. Tant pis pour les suivistes affamés : il y a toujours par milliers pour accompagner les ventres pleins. Politique du marchepied oblige. C’est ça la démocratie !

Les démons congolais sont initialement des prédateurs monstres ivres de sang.  Lorsque le sang n’a pas coulé, lorsque les pillages n’ont pas lieu, lorsque les biens publics n’ont pas volé en éclat, lorsque le feu et la fumée ne sont pas visibles dans les rues,… là, il n’y a pas démocratie !

Comme dans un panier à crabes, lorsque la communauté internationale partagée, souffle le chaud et le froid sans nullement se préoccuper des ‘’enfants des autres qui doivent eux aussi aller à l’école au pays’’, mais rien que des ‘’enfants des nôtres qui étudient chez nous’’, c’est cela aussi leur  démocratie !

Enfin, à qui profite la situation qui sévit dans plusieurs villes du pays, dont particulièrement la ville province de Kinshasa, où une marche pourtant autorisée dégénère, elle qui a été décrétée pacifique ? Mort d’hommes, bus caillassés et incendiés, sièges de certains partis politiques réduits en poudre et cendre, qui en sera le comptable en chef ?

Mais cette politique de la terre brûlée ne date pas d’hier. Il y a plus de 26 ans, à l’époque de la Conférence nationale souveraine, le pays était pris en otage de la même manière, et par les mêmes acteurs. N’eût été l’intervention musclée de Mzee Laurent-Désiré Kabila contre le Maréchal Mobutu, rien n’aurait évolué. Après avoir remis le pays sur les rails, clopin-clopant certes, les mêmes auteurs ressuscitent les mêmes méthodes pour tout détruire. A cette allure, plus de scolarité, plus d’envol personnel. Pour eux, c’est le pouvoir qui compte. Que les populations aient des larmes ruisselant sur les joues, peu importe !

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse