Centre d’Education Diabète et Santé, Jean-Claude Dimbelolo : « Le traitement du diabète repose sur l’éducation »

par -
0 109
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le diabète survient sans prévenir et  de manière brusque dans la plupart des cas. Et le mode de traitement à privilégier est  l’éducation, a précisé  au cours d’un entretien, M. Jean-Claude Dimbelolo, coordonnateur du Centre d’Education Diabète et Santé, secondé par son adjoint Bijou Lomboto Itofo. Sans une bonne éducation des diabétiques, vous pouvez prendre n’importe quel traitement, a-t-il insisté, cela ne va pas réussir. C’est d’abord l’éducation, le fondement d’un traitement du diabète, renchérit le coordonnateur.  M. Jean-Claude a comparé l’éducation, mode de traitement à une fondation d’une maison, tout en expliquant : quelqu’un peut s’engager à  construire un immeuble de 1000 étages, s’il n’y a pas de bon fondement, les dernières marque de  briques utilisées n’empêcheront  pas l’écoulement éventuel de cette construction, a évoqué  le coordonnateur.

D’autre part, le diabète trouve des soins, malheureusement,  parfois par des médicaments comme l’insuline,  surtout chez le jeune. Par contre, la personne âgée et de poids trop élevé aura souvent besoin des conseils et d’un régime  alimentaire adapté, peut-être de quelques comprimés. Il faut du courage mais pas tellement d’argent dans le second cas.

Signalons qu’en marge de la journée mondiale du diabète célébrée le 14 novembre de chaque année, le centre prévoit une journée  porte ouverte ce samedi 11 novembre. Ceci pour sensibiliser la population sur le bien-fondé de l’éducation, le mode par excellence du traitement du diabète.

Le Centre d’Education Diabète et Santé est un cadre créé pour les malades diabétiques,  en vue de leurs prise en charge sur le plan éducationnel. Et  prodiguer les conseils à  toute personne désirant obtenir des informations concernant le diabète.

Je suis arrivé ici dans ce centre avec un taux du sucre très élevé mais aujourd’hui, grâce à leurs conseils,  je me porte mieux, témoigne M. Junior Nguembi, un patient trouvé sur place.

Chez les personnes atteintes de diabète, le pancréas ne produit plus assez d’insuline ou encore l’organisme n’est pas capable d’utiliser l’insuline produite. Il en résulte une augmentation de la glycémie dans le sang et des symptômes comme la polyurie, la soif, l’amaigrissement ou des complications à long terme au niveau des artères et des nerfs.

Beaucoup pensent que le diabète est une maladie de riches dans les pays développés et s’étonnent d’entendre parler de cette maladie en Afrique. Cependant, les chiffres sont là : selon les évaluations de l’OMS, le nombre de personnes atteintes de diabète  passe de 102 à plus de 400 millions entre 1995 et 2025.

Là où le bât blesse, c’est que le diabète non surveillé engendre d’autres complications. Un diabétique bien soigné peut mener une vie normale. Par contre, s’il abandonne la surveillance et les soins, il peut être  victime de complications particulièrement graves, comme les lésions des reins, des yeux et surtout des pieds. Plus de la moitié des amputations non traumatiques sont la conséquence d’une plaie négligée qui cause une gangrène.

Parmi les signes qui font penser au diabète, l’émission d’une grande quantité d’urine ; la soif ou une faim terrible ; la déshydratation, la sècheresse de la bouche ; la faiblesse et l’amaigrissement ; parfois aussi des plaies qui guérissent mal ; des démangeaisons ; la mise au monde de gros bébé.

Qui peut devenir diabétique ?

Tout le monde peut devenir diabétique. Cette maladie peut survenir à tout âge et dans toutes les classes sociales. Cependant, les signes ne sont pas tout à fait les mêmes chez les jeunes et les personnes âgées.

Une personne en bonne santé pour le moment peut avoir  le risque de faire le diabète, au cas où, elle a des membres de la famille souffrant du diabète. Pour une femme, si elle a mis au monde de gros bébés, a un poids trop élevé et si elle ne contrôle pas son alimentation ; si elle  ne fait pas d’exercice physique régulier.

Le traitement des complications est  surtout coûteux. Une plaie au pied peut demander des mois d’hospitalisation et de très gros frais. Il est tout à fait possible d’éviter cela, en consultant immédiatement à moindre plaie.

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse