Célébration de la journée internationale des archives « Archives, citoyenneté et inter culturalisme »

par -
0 399
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ce 9 juin, le monde s’apprête à célébrer la journée internationale des « archives ».

Le thème choisi cette année est : « archives, citoyenneté et inter culturalisme ». Au niveau mondial, la cérémonie officielle de cette journée se tiendra à Mexico, du 27 au 29 Novembre 2017. Cette journée des Archives se veut interpeller les institutions du monde et les travailleurs, à connaitre le rôle des archives. Et aussi, de montrer que la profession d’archiviste et de gestionnaire de documents, quelle que soit leur forme, est précieuse.

Les archives sont d’une utilité capitale dans l’organisation d’une société. Elles sont le produit documentaire de l’activité humaine et elles sont conservées en raison de leur valeur sur le long terme. Elles constituent le reflet en temps réel de l’activité des individus et des organisations, et fournissent donc une vision directe sur les événements passés. Elles se présentent sous toute une gamme de formats-écrit, photographique, audiovisuel, mais aussi sous forme numérique  ou analogique. Les archives sont produites par les organisations publiques ou privées et par les personnes à travers le monde.

 

Pourquoi archiver ?

Les archives sont vivantes. Elles ne servent pas à se perdre dans le passé, mais à comprendre le présent. C’est à ce point, que le rôle de l’Archiviste devient intéressant. Etant donné que ce conservateur doit avoir la passion de l’histoire, le sens du détail et un vrai engagement au service du public s’imposent.

 

Mais c’est qui un archiviste ?

De prime à bord, L’archiviste est un gardien de la mémoire collective de l’histoire d’une Nation, d’une institution ou d’une quelconque entreprise. Il est en outre, un professionnel  possédant des compétences dans les domaines de la collecte, de la gestion et de la communication des archives sur le long terme. A cet effet, sa mission consiste à préserver les données de provenance, c’est-à-dire les informations sur le producteur des archives, afin que le contexte de création soit connu et que le contenu des documents prenne tout son sens.

L’autre mission de l’archiviste, c’est de respecter « l’ordre originel », c’est-à-dire la manière dont les documents ont été organisés au moment de leur création, afin de garder une trace des liens existant entre les documents et la façon dont le producteur menait ses activités. Une tâche difficile à réaliser lorsque le producteur disparait longtemps, ou que ces archives ont été mélangées ou trop utilisées.

Du point de vue de leurs caractéristiques, pour que les archives représentent une valeur pour la société, elles doivent posséder l’authenticité, la fiabilité, l’intégrité et l’accessibilité. Toutefois, il faut garder à l’esprit qu’en aucun cas, le document d’archives ne représente toujours pas la vérité. C’est le produit d’un individu ou d’une organisation, qui reflète son point de vue.

Il existe donc des archives courantes et des archives définitives.

Les archives sont partout. Elles proviennent de nombreuses sources telles que : les administrations (internationales, nationales, régionales, locales), les tribunaux, les entreprises, les syndicats, organisations religieuses, structures de l’éducation, les Ongs, communautés, les familles et individus…

Les archives nationales du Congo devront s’adapter à l’innovation actuelle pour mieux archiver et conserver les documents. Elles doivent se conformer à la numérisation et  à la mise en ligne des documents afin de permettre l’accessibilité aux chercheurs.

Pour rappel, la journée internationale des archives qui en est à sa 7ème édition, a été instituée par le Conseil international des archives, créé sous les auspices de l’Unesco.

(Irène Musune/Rtga world)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse