Célébrant ses 20 ans d’existence: L’Ucofem plaide pour la parité dans les médias congolais

par -
0 360
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après le lancement dernièrement des activités liées à son 20ème anniversaire, près d’une centaine des professionnels des médias de différents organes de presse de la ville province de Kinshasa ont pris part à la marche de santé qu’a organisée mercredi 1er mars, l’Union Congolaise des Femmes des Médias (Ucofem). Elle est partie de la place Assanef jusqu’à celle du Cinquantenaire en passant par l’avenue des Huileries. Ils étaient non seulement membres de l’Ucofem, mais aussi des associations sœurs, dont l’Ajpf et les journalistes hommes et femmes qui militent pour la promotion de droits de gente féminine qui ont pris part à cette marche. A travers ce marathon placé sous le thème « la parité dans les médias d’ici 2030, c’est possible » qu’on pouvait lire sur les T-Shirt, les casquettes imprimées pour la circonstance, les femmes de l’Ucofem ont voulu faire entendre leurs voix aux autorités de la République sur ce combat qu’elles mènent il y a déjà 20 ans. Dans son message, la directrice exécutive nationale, Anna Mayimona Ngemba, a lancé aux femmes des médias un message à la mobilisation.

« Nous nous armons davantage pour la mobilisation pour l’amélioration de la femme dans les médias et atteindre la parité parce que c’est l’objectif d’ici 2030. Et entant que femme des médias, nous nous engageons à améliorer l’image de la femme », dixit Anna Mayimona. Parlant du bilan de son association, la directrice exécutive de l’Ucofem a encore signifié que, « les 20 ans que nous célébrons sont des années de lutte et non d’accompagnement de l’homme ». Selon elle, cela s’indique par le nombre des femmes à ce jour dans les médias qui est passé de 20% à 34%. Mais pour Anna Mayimona, les femmes doivent se battre pour le contenu. « Les femmes ne s’expriment pas assez dans les médias. La parole ne leur sont pas accordée », a-t-elle ajouté.  Elle a aussi constaté que le nombre des femmes se trouvant dans les services techniques et d’édition dans la presse évolue à pas de tortue.

L’Unpc et Internews saluent le combat de l’Ucofem

Kasonga Tshilunde, président de l’Union Nationale de la Presse du Congo (Unpc), dont fait partie l’Ucofem, a reconnu que cette association est l’une de ses plus efficaces. Elle est représentée dans plusieurs provinces de la RDC. « L’Unpc a pensé lui faire l’honneur afin de conférer un cachet spécial à ses 20 ans », a affirmé Kasonga Tshilunde. Il a, à cette même occasion, lancé un appel à la solidarité à l’endroit de toutes les femmes des médias qui sont victimes des images dans les réseaux sociaux. « Nous devons ensemble condamner avec la dernière énergie, cette manière d’instrumentaliser la femme, de la ridiculiser afin qu’au 21ème anniversaire de l’Ucofem, que la femme retrouve sa confiance parce qu’elle est un peu émoussée avec ces images qui la diminuent », a martelé le président de l’Unpc. Appuyant le combat mené par l’Ucofem, Karim Bernard, représentant de l’Organisme Internews, l’un des partenaires de cette marche, a réitéré son soutien à la lutte que mène l’Ucofem. De noter que cette année, le partenariat prévoit plusieurs activités à réaliser, notamment l’étude sur les discriminations qui frappent les femmes dans leurs droits à participer au dialogue démocratique entant que candidate. Signalons par ailleurs que cette marche s’est déroulée simultanément à Goma et à Lubumbashi où se trouvent les bureaux provinciaux de l’Ucofem. Les autres villes du pays dont le Grand Kasaï vont organiser ce marathon le samedi prochain.

Pour rappel, l’Union Congolaise des femmes des médias (Ucofem) milite pour la parité 50/50 dans les médias congolais d’ici 2030, comme le veut les objectifs du développement durable. Cette marche de santé est la première activité de ces 20 bougies qu’elle souffle depuis son existence.

(Clarisse Ekoko)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse