Ce samedi au Nord-Kivu : Beni va juger ses bourreaux

par -
0 693
Une vue du siège de la haute cour militaire à Kinshasa. Ph.tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ils sont au total 210 présumés Adf répartis en quatre lieux de détention, Kinshasa, Kisangani, Butembo et Beni. Mais ce samedi, seuls, quatre-vingt seront devant la barre. Ceux qui sont ailleurs devront également rejoindre la ville  pour répondre des actes mis à leur charge.

« C’ est ici leur juridiction naturelle, là ou ils ont été arrêtés. Nous finalisons le dossier et ce samedi, le procès s’ ouvre et ce n’ est pas un seul dossier, c’ est une série de dossiers qui s’ étale dans le temps», fait savoir le colonel LUFWA MUKONO, avocat général des FARDC.  Présumés rebelles, ils devront expliquer le rôle qu’ ils ont joué dans les tueries de la population et les circonstances dans lesquelles, ils ont été arrêtés.

« Ils sont de toutes nationalités. Il y a des congolais, malheureusement. Il y a aussi des étrangers qui se sont associés aux ADF », relève le colonel Mukono qui précise que les audiences seront ouvertes au public.

Vendredi, 19 aout, la ville de Beni a connu une cinquième journée consécutive de paralysie des activités. Selon un responsable de la Fec interrogé par groupelavenir.org, habitants et opérateurs économiques ont peur de nouveaux troubles des manifestants. C’ est dans ce contexte qu’ un autre présumé Adf a été arrêté vendredi et présenté à la presse. Kasereka Shindani, de nationalité congolaise, une trentaine révolue, il a été arrêté vers Mayangos à l’ Est de Beni avec une arme blanche.

Jean Pierre Kayembe

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse