Ce qui reste au pape

par -
0 580
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’on assiste ces derniers temps à un intense ballet diplomatique. Ces mots sont d’une telle réalité pour reconnaitre que les ambassadeurs et autres chefs des missions diplomatiques sont devenus du véritable mercure dans la capitale congolaise. C’est en fait cela leur travail. S’ils ne sont pas chez Aubin Minaku, ils sont chez Henri Mowa. A défaut de les trouver à Limete chez Tshisekedi, ils se rendent chez le Togolais Kodjo avant d’aller scruter les secrets des dieux chez Corneille Nangaa. Et les activités de nuit ? difficile à dire.

Cependant, dans l’autre sens, la liste ne sera pas détaillée. M. Kikaya, Conseiller de Joseph Kabila se coupe en morceaux pour freiner le cancer de sanctions que le pays de l’Oncle Sam se propose d’infliger à Kinshasa. Raymond Tshibanda n’est plus trouvable qu’entre deux avions. De New York à la Cité du Vatican, on dirait le tour de propriétaire. Là, c’est pour rencontrer le Saint-Père, derrière Joseph Kabila. En ce qui concerne le pouvoir discrétionnaire du Chef de l’Etat dans cette démarche, il ne faut pas se demander le sexe des anges.

Au Saint-Siège, le communiqué officiel sanctionnant cette rencontre pour des choses qui ne se disent pas au téléphone, renseigne qu’une particulière attention a été aussi portée sur les graves défis de l’actuel situation politique et aux récents affrontements qui ont eu lieu dans la capitale rdcienne. D’où la nécessité entre François et Joseph de souligner l’importance de la collaboration entre les acteurs politiques et les représentants de la société civile et des communautés religieuses, en faveur du bien commun, à travers un dialogue respectueux et inclusif pour la stabilité et la paix dans le pays.

Quand bat la chamade, l’on devra confier en réalité cette mission au successeur de Pierre. Celui de Mzee a, et continue de faire sa part, main tendue, respectueusement, lutte au dehors crainte au-dedans. La convocation et la tenue en cours du dialogue en disent long. Si le Rassemblement et le G7, pilotés à plus de 90% par des catholiques, pouvaient mordre à l’hameçon de la CENCO, elle aussi au rythme du yoyo, remise sur le rail par le pape, ce dernier aurait lubrifié la machine ou du moins réussi une pêche miraculeuse. C’est d’elle que vient de sortir le ‘’ mathématiquement impossible’’ pour aller aux élections dans les délais constitutionnels. C’est ça la bonne part qui arrête net les altercations. Le reste ? peu importe !

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse