Ce lundi 23 avril 2018: Le Synamed appelle ses membres à observer le mot d’ordre de la grève

par -
0 246
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Syndicat national des médecins, Synamed maintient le début de la grève sur toute l’étendue de la RDC, ce lundi 23 avril 2018. Ce syndicat des blouses blanches a fait une déclaration le week-end, annonçant en cette date, le début de la grève. Cet appel n’a pas laissé indiffèrent le gouvernement congolais qui, du fait-même, a sollicité une négociation avec ce syndicat en cette même date. Le souci étant d’amener les acteurs concernés à surseoir ce mouvement d’arrêt de travail.

Du côté de Synamed, étant donné que le mot d’ordre a déjà été lancé, il y a pas moyen de surseoir cette grève pour le moment. Il revient à l’assemblée générale des médecins de surseoir la grève, précise une source.

En effet, les médecins reprochent au gouvernement de n’avoir pas amélioré leurs conditions salariales, en dépit des accords signés entre les deux parties.

« Le bureau exécutif national avait adressé un préavis de la levée de la suspension de la grève au Premier ministre, chef du gouvernement. Cette reprise de la grève se fera à partir du lundi 23 avril 2018 à travers toute la République démocratique du Congo », a fait savoir le lecteur de la déclaration, secrétaire général adjoint du Syndicat, Roland Nengi.

 

Pour lui, leur corporation est arrivée à cette décision de la reprise de la grève à la suite de l’épuisement de toutes les procédures administratives.

« Le gouvernement de la RDC avait pris sept engagements à travers un accord signé avec le banc syndical. Après évaluation de l’exécution dudit accord, le Synamed a adressé au Premier ministre trois correspondances pour l’alerter de la mauvaise évolution de l’application de l’accord », a-t-il expliqué.

Et de s’indigner : « Toutes ces correspondances sont restées sans suite, tant de la part de Monsieur Bruno Tshibala Nzhenze que des membres du gouvernement, dont quatre ministres signataires de l’Accord ».

Rappelons que le Synamed avait accordé, le 12 avril courant, près de deux semaines de préavis au gouvernement pour répondre aux revendications, portant sur la promotion des grades des médecins, l’amélioration de leur enveloppe salariale et l’octroi de primes aux nouveaux médecins, dont la plupart prestent depuis plusieurs années sans accéder à ce droit.

L’annonce de reprise de la grève intervient après l’analyse de l’accord conclu samedi 2 septembre 2017, entre le gouvernement et les deux syndicats des médecins (Symeco et SYnamed). L’accord prévoyait notamment la paie de la prime de risque professionnel et la mise sous statut des fonctionnaires de l’État des trois cent-cinquante (350) médecins, dès octobre 2017.

Cependant, le Syndicat des médecins du Congo avait prévenu que la suspension de la grève reste valable jusqu’à la mise en œuvre de tous ces engagements pris par le gouvernement de la République.

Les médecins réclament l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles qui, selon eux, passent par l’application du taux de change actuel à la paie des médecins, l’inscription sur les listes de paie des médecins qui ne sont pas encore rémunérés ainsi que les promotions en grades.

Dans cette affaire de grève des médecins, une certaine opinion accuse les médecins grévistes de violer le serment d’Hippocrate, qui résume le respect de la déontologie de la profession de la médecine, tout en pensant d’abord au bien être des malades. En dépit de la fidélité au serment d’Hippocrate, le médecin doit avoir un bon visage ; un embonpoint, bref, il doit être présentable et avoir un bon tempérament. Car un médecin mal portant, les gens penseront qu’il ne saura pas non plus bien soigner les autres.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse