Carburant : le prix du litre augmente de 130 CDF

par -
0 1777

Le prix du litre du carburant a augmenté de 130 Francs congolais à la pompe à partir d’hier dimanche 18 novembre 2018, à en croire un Arrêté ministériel portant fixation de la nouvelle structure de prix de ces produits pétroliers (en exclusivité ci-dessous) signé le vendredi dernier par Joseph Kapika, ministre de l’Economie nationale. Cette hausse de 6,162%, cinquième de la série depuis le début de cette année, concerne la zone Ouest de la Rdc.

Des facteurs purement internes ont présidé à la hausse du prix à la pompe. Et pour ce faire, le ministre a tenu compte de la lettre du premier ministre par laquelle il autorise la mise en œuvre du 2ème palier, conformément aux dispositions antérieures prises de commun accord avec le groupement professionnel des Distributeurs des produits Pétroliers (GPDPP) pour une légère augmentation de 130 FC (cent trente francs congolais) sur le prix à la pompe des produits pétroliers.

Joseph Kapika a aussi tenu compte des recommandations de la Troïka stratégique du Gouvernement au cours de sa réunion n°26 du 29 juin 2015, relative à l’élaboration des structures de prix par zones d’approvisionnements ; l’audit des charges d’exploitation des sociétés commerciales pétrolières et la lutte contre la fraude pétrolière par le marquage moléculaire et les analyses quantitatives et qualitatives des produits, ainsi que la lutte contre la pollution pétrolière.

Soulignons que la zone Ouest est constituée des provinces et villes ci-après : Equateur, Kongo Central, Kwango, Mai-Ndombe, Mongala, Nord-Ubangi, Tshuapa, la ville province de Kinshasa, les villes de Mbandaka, de Bolenge ainsi que la zone de consommation nord qui comprend les villes de Kisangani, d’Aketi, de Bumba et le territoire d’Akula.

Des raisons purement nationales

Il sied de souligner que la présente hausse est justifiée essentiellement par des raisons internes. Sinon, sur le plan international, rien ne justifie la hausse des prix des produits pétroliers. Disons quand même que les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n’empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite, dans un marché inquiet de l’abondance de l’offre. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a fini à 66,76 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 14 cents par rapport à la clôture de jeudi.

« Il y a trop de pétrole sur le marché mondial pour pouvoir supporter les récents niveaux de prix », a réagi James Williams de WTRG. Le sentiment d’une offre trop abondante a été alimenté cette semaine par l’annonce de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) d’une hausse de sa production en octobre à 32,9 millions de barils par jour, particulièrement du fait de l’Arabie saoudite et des Émirats Arabes Unis.

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse