Candidature commune de l’Opposition à la présidentielle: Ensemble conteste la tripartite UDPS-UNC-MLC

par -
0 394
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Trois leaders de l’Opposition, notamment Vital Kamerhe de l’UNC, Eve Bazaïba du MLC et Félix Tshilombo Tshisekedi de l’UDPS se sont réunis la semaine passée pour réfléchir autour de la candidature unique de l’Opposition congolaise pour la présidentielle prévue en décembre 2018. Une réunion qui venait après celle tenue toujours à Kinshasa avec Jean-Pierre Bemba, président du MLC, un jour après son dépôt de la candidature à la CENI pour le scrutin présidentiel. Malheureusement, comme l’Avenir l’avait annoncé, cette tripartite UDPS-UNC-MLC risquerait d’allumer le feu au sein de l’Opposition dite radicale. Si Kamerhe et les deux autres pensent mieux faire, du côté de « Ensemble pour le changement », l’on a du mal à digérer ce comportement de leurs pairs de l’Opposition. Ceci parce que Moïse Katumbi, leader de cette plateforme traine encore à l’extérieur du pays, et a du mal à y retourner. Situation qui compromet même sa participation aux prochaines élections.

Son Secrétaire général, Delly Sessanga a fait comprendre aux trois (Fatshi, Kamerhe et Bazaïba), que la candidature commune doit puiser son fondement sur cinq critères indispensables.

« La candidature commune doit être la résultante d’un processus politique qui conduit aux élections libres, démocratiques, transparentes, apaisées et inclusives. Si tous ces 5 critères sont remplis bien évidemment, il y aura lieu de pouvoir aller vers une candidature commune », a-t-il dit, poursuivant qu’en dehors de l’ « inclusivité », parler de la candidature commune serait mettre la charrue devant le bœuf.

Delly Sessanga a signalé que son président Katumbi se trouverait toujours en Zambie, et croit en son retour prochain sur le sol congolais. Raison pour laquelle Ensemble avait introduit deux requêtes en référé (procédure d’urgence) devant le conseil d’Etat, pour permettre à leur leader de déposer la candidature à la présidentielle de décembre 2018.

Pour cela, estiment ses avocats, le Conseil d’Etat doit annuler l’interdiction qui lui est faite de rentrer au pays et demander à la CENI de rouvrir le BRTC (bureau de réception et de traitement des candidatures) pour qu’il y dépose son dossier comme tous les autres candidats. D’ailleurs, Ensemble prévoit pour ce lundi une matinée politique. Loin de s’ingérer sur les affaires judicaires, Katumbi et ses acolytes doivent comprendre qu’il est difficile pour un train déjà en marche de faire marche-arrière. D’où, il n’est plus important de déranger la quiétude des Congolais. Ceux qui ont compris, ont renoncé à toutes leurs barbaries. A l’exemple du Comité Laïc de Coordination (CLC) qui a mis fin à toutes ses manifestations pour exiger à Kinshasa quoi que ce soit.

Fatshi chez Muzito

Si Ensemble ne veut pas entendre parler de la candidature commune de l’Opposition, puisque son chairman crève à l’étranger, l’Udps Félix Tshisekedi s’en moque. Malheureusement, ses relations avec son cher ami Katumbi risquent d’être compromises, car tous sont assoiffés du pouvoir qui leur est même difficile à conquérir.

Dans cette optique de la candidature commune de l’opposition, Félix Tshilombo a rencontré Adolphe Muzito, l’exclu du PALU, pour parler processus électoral et candidature commune.

Samedi à Kinshasa lors de cette deuxième rencontre Tshilombo- Muzito, après celle du 2 juin dernier, les deux ont jugé cette réunion d’une bonne direction, car les discussions étaient fructueuses.

Une rencontre qui vient encore éveiller la colère d’Ensemble, car Pierre Lumbi, vice-président d’Ensemble digère mal cette précipitation, à l’heure où un acteur majeur de l’Opposition a du mal à rentrer au pays pour participer aux élections de décembre.

Dans une déclaration faite dimanche 12 août 2018, Pierre Lumbi Okongo salue d’abord la désignation du dauphin de son ancien patron et président de la République actuel, Joseph Kabila Kabange. Lumbi pense que cette désignation de Ramazani Shadary comme dauphin de Kabila ne met pas fin au combat mené depuis des mois par le peuple congolais. De bonne guerres, mais qui d’Ensemble pourra affronter Shadary aux prochaines élections, alors que Katumbi est hors course ?

Pour son président, il accuse vainement Kinshasa d’exclure Moïse Katumbi aux prochaines élections présidentielles, alors qu’il n’a jamais franchi la terre congolaise, mais préfère trainer en Zambie, comme l’a dit Lambert Mende lors de son dernier point de presse.

Pierre Lumbi invite par ailleurs la communauté internationale, en particulier les Nations-Unies, l’Union Africaine, l’Union Européenne, la SADC et la CIRGL d’accentuer leurs efforts pour que toutes les mesures de décrispation contenues dans l’Accord de la Saint Sylvestre soient réellement effectives. Cette même communauté internationale qui a précédemment salué le respect, par le président de la République Joseph Kabila Kabange, de la Constitution du pays, en refusant catégoriquement de se représenter pour un troisième mandat. En somme, la question de la candidature commune de l’Opposition pour décembre présage déjà une implosion au sein de cette famille politique. Au niveau du Rassemblement, l’on a déjà vécu la scène du boycott. Ce qui est à craindre, c’est aussi ce qu’impose l’Udps à tous les autres regroupements et partis politiques de l’Opposition de n’opter que pour Félix Tshisekedi comme ce candidat unique que tout le monde attend au sein de l’Opposition. L’avenir s’annonce encore plus que délicat, signe du possible échec de l’Opposition à la bataille du 23 décembre 2018.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse