Candidate à la Lukunga, Eliane Tomesa Bamputu se dévoile: ‘’J’ai un programme et un projet précis pour ma circonscription électorale’’

par -
0 1952

Jeune licenciée en interprétariat à l’Université pédagogique nationale, UPN. Eliane Tomesa Bamputu est cadre de l’Union pour la nation congolaise, UNC. Elle s’est confiée à L’Avenir-Femme de ce jour (l’interview sui suit), dévoilant en grandes lignes les motivations de son engagement dans la course à la députation nationale.

L’Avenir- Femme : Connaissez-vous le nombre de communes de votre circonscription électorale ?

Eliane Bamputu : Ma circonscription électorale a sept (7) communes à savoir Barumbu, Gombe, Kinshasa, Kintambo,  Lingwala, Mont-Ngafula et Ngaliema.

 Qu’est-ce qui vous a poussée à postuler à la députation  nationale ? Vous savez comment votre bataille est rude pour passer. Ne craignez-vous pas, au regard du nombre de candidats et la qualité de personnalités qui sont engagés dans le course dans la même circonscription que vous?

Premièrement, je n’ai pas peur d’autres candidats. Chacun de nous a un programme et un projet qu’il défend et doit présenter à la population. C’est aux électeurs d’apprécier et donner leurs voix. Moi, je ne vois personne, j’ai un programme et un projet bien élaboré et précis pour ma circonscription électorale. Et c’est ce projet que je défends devant la population… Tels que  l’entend l’UNC, en effet, notre engagement est simple : redonner le cap sur le changement : au niveau éducationnel,  dans la jeunesse, dans l’environnement  et dans la femme. En ce qui concerne le volet éducatif, notre parti prône la gratuité obligatoire avec fournitures scolaires données par le Gouvernement congolais  aux élèves du primaire. Nous lutterons à ce que l’Etat construise des écoles publiques dans la circonscription de la Lukunga et dans toute l’étendue de la RDC, des établissements pour former la jeunesse. Une fois élue, nous allons  également militer pour la réintroduction, dans le système éducatif, de l’apprentissage des langues nationales dès l’école primaire en collaborant avec l’éducation  nationale. Nous voulons des rues sans vendeurs  le matin  mais plutôt des rues avec les bleus-blancs, matin, midi et soir.  Grace à l’éducation de l’enfant et de la population,  nous allons améliorer  notre condition de vie. Nous avons un projet concernant la gestion des déchets publics, si le Gouvernement construit des écoles spécialisées pour les jeunes qui focaliseraient sur cette filière. Et permettre qu’à   chaque pluie qui entrainerait des débordements, ces jeunes  soient disposées à envisager des solutions. Eviter les quartiers qui jonchent nos avenues et nos rivières. Avec mon programme sur l’Environnement une fois au Parlement, nous allons légiférer en la matière. Nous allons faire des propositions de lois qui ont trait à l’interdiction de vente de sachets, bouteilles en plastique qui favorisent la saleté courante et les érosions. Si la population de Lukunga me donne ses voix, la promotion de la femme a également bonne place dans la feuille de route de mon parti. Il s’agit, dans cet ordre d’idée, de veiller à ce que la parité soit respectée. Nous actualiserons aussi les textes relatifs à l’hygiène publique, en vue de les renforcer.

Pourquoi la promotion de la femme ?

Oui, pas seulement la femme mais la jeunesse. Nous soulignons que les principaux leviers de développement dans notre pays sont la femme et la jeunesse et ce sont ces deux acteurs qui sont marginalisés. D’où, notre appel à combattre l’injustice. Une fois élue, nous  allons militer à rendre effective la parité  homme-femme femme-homme consacrée dans la Constitution de la République, en faisant voter une loi qui consacrera à la femme un quota maximum de vingt pourcent (20%) dans toutes les institutions publiques. Des lois protégeant les veuves, femmes maraichères et commerçantes et faire voter aussi des lois qui peuvent sécuriser les veuves et les orphelins. Donc, je demande à la population de ma circonscription de Lukunga de me faire confiance. Nous avons des idées jeunes, nous sommes jeunes et nous constituons une classe politique jeune. Notre projet est énorme, je ne peux pas tout étaler.

Nephtalie Buamutala Usseni

 

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse