Café littéraire de Missy, la littérature aux couleurs de Kinshasa

par -
0 153
Missy Bangala au milieu de MicroMega (à g) et Peter Komondua (à dr) ph. Tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans un cadre fraternel, autour d’un verre, des hommes et femmes, qui aiment l’oralité et l’écriture, ont pris l’habitude de discuter sur la littérature. Rendez-vous mensuel, voilà trois (3) mois que Le Café littéraire de Missy offre une vitrine d’expression et d’exposition aux auteurs, lecteurs, slameurs, poètes pour échanger dans une atmosphère détendue. Missy Bangala, qui en est l’initiatrice, revient sur les motivations et les perspectives de ce projet. Rencontre :

Les motivations du Café littéraire de Missy ?

C’était juste l’envie de prouver au monde entier que les Congolais lisent et écrivent. Nombreux disent que les Congolais n’aiment pas la lecture et sont très loin de la littérature. Et, moi je me retrouve dans un coin avec plusieurs personnes qui me prouvent le contraire. De ce fait, je me suis dit que je pouvais partager cette passion avec mon entourage.

Ce projet a été mis sur pied que cette année et nous voilà, déjà, à notre troisième édition. Etant un programme mensuel, le premier a eu lieu au mois d’août, le deuxième au mois de septembre et le mois d’octobre signe notre troisième sortie.

A ce jour, comment évaluez-vous les trois éditions ?

Hormis les petites failles, puisque c’est une œuvre humaine, j’apprécie ce qui se fait. Je témoigne que les trois éditions ont été vraiment satisfaisantes. A chaque édition, nous sommes rejoints par de nouvelles personnes. Grâce à nos publications sur notre page Facebook et les invitations, nous sommes fiers d’avoir lancé cette idée qui intéresse. Cet engouement est pour nous très encourageant et nous oblige à faire encore mieux. Nous avons commencé avec à peine 50 personnes. Au fur et à mesure, le nombre de personnes va croissant.

Comment faites-vous pour retenir la thématique du jour ?

Nous réfléchissons ensemble, mon partenaire Christian Nzau et moi, pour trouver des mots exacts et des termes qu’il faut employer sur chaque thème. Ensuite, nous faisons appel à des invités pour en débattre. Le choix d’un thème est juste pour faciliter la tâche à toute l’équipe qui travaille sur ce projet et à nos participants de bien appréhender certaines thématiques traitées dans les ouvrages.

Après la 3ème édition, visez-vous déjà un autre cadre que Fleur de Lys pour accueillir la prochaine rencontre ?

Evidemment. L’on pense bien devenir plus tard grand que ce qu’on est actuellement. Mais, on se bat pour qu’au futur, l’on ait notre propre maison d’édition pour éditer nos propres livres et avoir des points de lecture pour nos enfants, nos jeunes et vieux. Nous voulons permettre à nos enfants, dès le bas âge, d’apprendre les I et les accents. Car notre souci n’est pas seulement de leur apprendre la lecture mais aussi l’écriture. Voilà pourquoi, à la fin de chaque Café, il y a des enfants comme des adultes qui présentent des petits poèmes ou des textes.

Quelle est la date de la prochaine rencontre ?

Je ne saurai pas le dire tout de suite. Ce qui est sûr, c’est qu’elle nous sera fixée déjà la semaine prochaine. Le problème qui nous bloque de fois, nous ne vivons pas dans un même pays avec tous les partenaires. Nous devons tout d’abord nous concerter, pour fixer une date précise.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse