Budget 2019 : Les recettes ne reflètent pas le potentiel fiscal de la Rdc

par -
0 173
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A en croire les Organisations de la Société civile impliquées dans le processus budgétaire, le niveau de prévision des recettes dans le projet de loi de finances 2019 ne reflète pas le potentiel fiscal du pays. Ainsi, un effort considérable devra être fait pour accroitre les recettes afin de donner les moyens à l’Etat d’investir dans le développement, surtout dans les secteurs porteurs de croissance et les secteurs pro-pauvres, afin de rendre cette croissance inclusive. Cependant, le coulage des recettes publiques, l’impunité et la corruption essoufflent tout effort de mobilisation de recettes.

Le Bishop Abraham Djamba et le professeur Florimond Muteba, respectivement Team Leader Gouvernance économique de la société civile et président du Conseil de l’ODEP ont animé hier un point de presse conjoint, dans lequel ils ont livré l’analyse de la société civile sur le projet de loi de finances 2019. Et ce, en présence d’un représentant du Coordonnateur du Comité d’orientation de la réforme des finances publiques, qui gère le Projet de renforcement de la redevabilité et de la gestion des finances publiques (PROFIT Congo), financé notamment par la Coopération britannique (DFID), la Banque mondiale et le Royaume de Belgique.

Tout en parcourant la  situation dans plusieurs secteurs (Santé, Education, Agriculture, Energie, Mines et Infrastructures), le Bishop Abraham Djamba, Team Leader Gouvernance économique de la Société civile a donné les aspects généraux du rapport. Ici, il a constaté que les prévisions des dépenses dans le projet de loi de finances 2019 ont plus privilégié les institutions politiques, notamment la Présidence de la République, la Primature et le Parlement. Et ce, au détriment d’autres ministères sectoriels à l’instar de la Santé, l’Education, l’Agriculture, l’Energie, les Mines et les Infrastructures (ITPR). Il poursuit en disant que plus de 80% de crédits sollicités leur ont été accordés contre 56,93% seulement de crédits sollicités pour les autres institutions.

Des recommandations

D’une façon générale, la Société civile pense que la maximisation des recettes à travers, d’une part, l’application effective du nouveau Code minier, la réduction du nombre de taxes et impôts, l’informatisation et le respect de la chaine des recettes ainsi que la maitrise du potentiel fiscal de la Rdc à travers l’identification de tous les contribuables et l’accélération de la mise en œuvre de la réforme fiscale, d’autre part. L’institution d’une conférence biannuelle réunissant le Gouvernement, le Parlement, les régies financières, les services d’assiette, secteur privé et la société civile pour faciliter la communication entre les services et la validation concertée des prévisions des recettes. L’exploitation de toutes les opportunités des financements innovants au niveau national et international, particulièrement l’accès au mécanisme de financement des projets et programmes verts par l’inscription dans la loi de finances d’une ligne budgétaire consacrée à la promotion du fonds vert.

Au cours de ce face-à-face, la presse a voulu savoir : jusqu’où cette analyse peut-elle influencer le budget 2019 ? Quelle jonction pouvons-nous faire entre le budget de l’Etat et les différents programmes de campagne des candidats présidents de la République ? Dans sa réponse, le Bishop Abraham Djamba pense que la présentation de cette analyse est exercice coutumier qui est de très haute importance pour que les citoyens aient une culture de suivi du budget. Et ce, pour que chacun comprenne que l’argent public est de la responsabilité de tous, parce que toute la politique du Gouvernement passe par le budget. Il a été complété par le professeur Florimond Muteba, qui insiste sur le fait que les progrès sont réels, signe que les réformes menées par la Coref portent des fruits.

Au sujet des candidats présidents de la République, la Société civile estime que ceux-ci doivent connaitre les difficultés qui empêchent au pays d’avoir un budget conséquent. Sinon, on ne peut pas dépenser au-delà de ce qu’on a collecté, sans oublier que l’incivisme s’est installé à tous les niveaux. Pour elle, avec un PIB de 40 à 45 millions et une pression fiscale de 30%, nous pouvons atteindre un budget annuel de 14 à 15 milliards de dollars Us. Et ceci n’est possible que s’ils mettent en place des politiques volontaristes, parce qu’il y a tout un système qui s’est installé, pour s’accaparer les recettes mobilisées pour le compte du Trésor public. La Société civile a aussi révélé que la Rdc peut toujours tirer profit de la somme de 21 milliards de dollars Us, pour financer son budget. Pour ce faire, il suffit tout simplement  que la Rdc dédie une ligne budgétaire à la promotion du fonds vert.

JMNK

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse