Brazzaville: L’OMS ouvre la semaine mondiale pour le bon usage des antibiotiques

par -
0 400
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La semaine mondiale pour le bon usage des antibiotiques s’est ouverte lundi 13 novembre à Brazzaville (République du Congo), sous le thème : « demandez toujours conseil à un professionnel de santé qualifié avant de prendre des antibiotiques ». Cette semaine va s’étendre jusqu’au 19 novembre.

La résistance aux antibiotiques représente une menace de plus en plus pour la santé mondiale et le développement humain. La semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques se tiendra, pour sensibiliser la population à l’utilisation responsable de ces types de médicaments.

L’OMS, la FAO et l’organisation mondiale de la santé animale lance en même un appel pour un usage correcte des antibiotiques chez l’homme et chez l’animal et d’endiguer l’émergence de la résistance aux antibiotiques.

La directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Dr Matshidiso Moeti, attire l’attention du personnel soignant et des patients sur l’utilisation des antibiotiques. Dans son message, elle rappelle que les antibiotiques comme médicaments sont utilisés pour prévenir et traiter les infections bactériennes chez l’homme et chez l’animal.

Cependant, fait-elle remarquer, les antibiotiques risquent de perdre leur efficacité non seulement à cause d’une prescription excessive par les professionnels de la santé mais aussi d’un mauvais usage par les patients.

Ce qui rend les infections plus difficiles à soigner, prolonge la durée des traitements, rend coûteux les soins, allonge la durée des hospitalisations et bien entendu accroit la mortalité.

D’où, son appel pour la prise des mesures essentielles en vue de la surveillance étroite des infections résistantes aux antibiotiques, la réglementation de l’utilisation appropriée des médicaments de qualité et la mise en garde du public contre les dangers d’une mauvaise utilisation des antibiotiques.

L’Organisation mondiale de la santé dans la région travaille avec les pays pour mettre en œuvre la stratégie régionale sur les situations d’urgence et la sécurité sanitaire.

La résistance aux antibiotiques atteint des niveaux dangereux partout dans le monde et compromet notre capacité à traiter les maladies infectieuses courantes. Pour plusieurs infections affectant l’homme – comme la pneumonie, la tuberculose, la septicémie et la gonorrhée – ou l’animal, le traitement devient plus difficile, voire impossible parfois, du fait de la perte d’efficacité des antibiotiques.

Les antibiotiques sont souvent surprescrits par les médecins et les vétérinaires et surutilisés par le public. Lorsqu’on peut les acheter sans ordonnance en vue de leur usage chez l’homme ou chez animal, cela a pour effet d’aggraver encore l’émergence et la propagation de la résistance. Parmi les exemples d’usage abusif, on peut citer leur prise par des gens souffrant d’infections virales, comme le rhume ou la grippe, ou leur administration comme activateurs de croissance dans l’élevage ou l’aquaculture.

Face à ces problèmes, l’OMS, la FAO et l’OIE tirent parti de leur expertise et œuvrent ensemble, dans le cadre d’une approche «Un monde, une santé» en vue de promouvoir les meilleures pratiques pour réduire l’émergence et la propagation des microbes antibio-résistants chez l’homme et chez l’animal.

«Le problème de la résistance aux antibiotiques est une crise mondiale que nous ne pouvons ignorer» déclare le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. «Si nous ne nous attaquons pas à cette menace par une puissante action coordonnée, la résistance aux antimicrobiens nous ramènera à ce temps où les gens craignaient les infections les plus courantes et risquaient leur vie pour des interventions chirurgicales mineures.» «La surutilisation des antimicrobiens affecte leur efficacité, et nous devons réduire leur mauvais  usage dans les systèmes alimentaires» déclare José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, qui ajoute: «Les antimicrobiens à usage vétérinaire sont un outil crucial pour la santé et le bien-être animal et une production alimentaire sûre, mais ils ne sont en aucun cas le seul disponible.»

«Comme en santé humaine, la médecine vétérinaire a connu des progrès fulgurants grâce aux antibiotiques. La préservation de leur efficacité et de leur disponibilité au moyen d’un usage responsable associé à des bonnes pratiques d’élevage et de prévention, est donc essentiel pour préserver la santé et le bien-être des animaux», souligne le Dr Monique Eloit, Directrice générale de l’OIF.

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse