Brazzaville donne une dimension africaine aux obsèques de Me Taureau

par -
0 591
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Quand le Pdt Remy Ayayos honore la mémoire de l’illustre disparu

Brazzaville donne une dimension africaine aux obsèques de Me Taureau

Une forte délégation venue du Congo Brazzaville a séjourné à Kinshasa, pour le deuil de Ngombe Baseko dit Maitre Taureau. La délégation a élevé la banderole portant le message suivant : « Le président Remy Ayayos et l’AC Léopards de Dolisie pleurent Maître Taureau ». En effet, le doyen s’est éteint dimanche 15 mai dernier à la clinique Ngaliema, à l’âge de 94 ans.

Les hommages officiels avant l’inhumation à la Nécropole de la N’Sele, ont eu lieu mardi dernier en la résidence du disparu, en présence d’officiels dont MM. Aubin Minaku, Denis Kambayi, André Kimbuta Yango, Godard Motemona, Constant Omari, respectivement président de l’Assemblée nationale, ministre de la Jeunesse et des Sports, gouverneur de la ville province de Kinshasa, ministre provincial de la Jeunesse et président de la Fédération congolaise de football association. Le Daring club Motema Pembe de Kinshasa, et l’AS V.Club ont été représentées par leurs présidents de direction : le gouverneur de Maïndombe Gentiny Ngobila (DCMP/K) et le général Gabriel Amisi Kumba dit Tango Four (AS V. Club).

Sous la conduite de l’administrateur Denis Tabiana, le conseil d’Administration du DCMP/K a tenu une réunion extraordinaire mortuo situ (au lieu mortuaire). C’était en séance solennelle d’hommage rendu à son fondateur statutaire. L’abbé Bienvenu Ndombe (un habitant du quartier Yolo sud) a démontré, à travers l’évangile de Jean 14 ; 1 à 3, la prépondérance de l’amour de Dieu sur l’entendement humain.

Maître Taureau dans l’entre-deux rives

La mobilisation de l’équipe chère au président Remy Ayayos aux obsèques de Maître Taureau, relève d’une histoire, une « histoire de prolongement de la famille vert et blanc ». De son vivant, en effet, le doyen en avait rendu témoignage. Se confiant à la presse quatre ans plus tôt, il avait gentiment démontré dans quelles circonstances il avait adopté l’AC Léopards de Dolisie, allant jusqu’à porter les marques (spéciales) de ce club, écharpe et vareuse portant brassard « Maître Taureau ». « Quand l’AC Léopards de Dolisie a remporté le titre africain, comme ce club de l’autre rive du fleuve Congo forme avec le Daring Club Motema Pembe de Kinshasa, deux familles vert et blanc, j’ai vraiment adopté ce club. C’est par mon fils Thierry Mongondza que j’ai porté volontiers la vareuse de cette équipe, pour exalter son sacre africain », avait-il confié. Depuis 2012 donc, les couleurs du DCMP/K et celles de l’AC Léopards de Dolisie sont restées bonnet blanc et blanc bonnet pour le nonantenaire. Qui l’aurait cru ? L’AC Léopards de Dolisie, équipe championne d’Afrique édition 2012. Des joueurs transférés de Kinshasa ont participé à cette majestueuse réalisation. C’est le cas d’Eric Nyema, Ntela Tychique, le gardien de but Dule…    

Maître Taureau sur les pas de Paul Kamba

Paul Kamba, chanteur auteur-compositeur du Congo Brazzaville, est peu connu des générations actuelles. En guitariste innovant, il a marqué de son empreinte la rumba congolaise. C’est avec beaucoup d’admiration que Maître Taureau évoquait le nom de Paul Kamba, comme le démontre cet extrait de témoignage : « Il nous a inspiré, Antoine Wendo Kolosoy et moi, dans l’abord de la musique typiquement moderne. Nous avions pris pour modèle le groupe musical dont il était l’initiateur, en 1941 à Poto Poto, Victoria Brazza qui deviendra une légende de la rumba congolaise. Après un séjour effectué de l’autre côté du fleuve Congo, décennie quarante, nous avons lancé Victoria Kin. A une différence près, Paul Kamba privilégiait un penchant folklorique, tandis que nous avions, nous, pour le moderne ».

Pionnier de la rumba congolaise, des sources indiquent que Paul Kamba (que Wendo a immortalisé en le chantant la chanson : Paulo, Paulo e, Paulo…) n’a pas beaucoup enregistré de chansons sur disque. Les quelques réalisations à la Radio Brazzaville et à Léopoldville aux éditions Ngoma, ne sont pas à ce jour rééditées. Ce qui aurait permis à la nouvelle génération de découvrir cette légende lointaine. Ainsi donc, peu de témoignages écrits sur son parcours ne permettent guère de mieux parler de ce génie. Né à Mpouya, (Congo Brazzaville) le 12 Décembre 1912. Paul Kamba a rompu le contrat avec les vivants, début décennie 50.Après quoi, Maître Taureau a continué avec le « quartier général » de la musique à Poto Poto. Un staff local intégrant notamment des filles dites de joie s’y organisait qui lui offrait bon accueil. C’est alors que le parcours du doyen Ngombe Baseko Maître Taureau est resté, entre les deux rives du fleuve Congo, « une histoire d’amour fraternel, artistique », au regard de l’unicité culturellesentre les deux peuples.

(PG Boy)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse