Bonne nouvelle à la BCC: Les réserves s’élèvent à 927,99 millions de USD, soit près de 4 semaines d’importations de biens et services

par -
0 401
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Comité de Politique Monétaire a tenu, dernièrement sa deuxième réunion ordinaire de l’année, sous la présidence de M. Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, Gouverneur de la Banque Centrale du Congo. Au cours de cette réunion, indique un communiqué de presse publié à cet effet, le Comité de Politique Monétaire a examiné les développements économiques majeurs ayant marqué le mois de février courant aux plans extérieur et intérieur ainsi que les risques qui en découlent et leurs incidences-éventuelles sur la conjoncture intérieure- avant de s’appesantir sur” la conduite de la politique monétaire appropriée à cette situation.

Ainsi, sur le plan extérieur, la croissance économique mondiale se consolide comme l’atteste le regain d’activités observé dans les grandes économies avancées, émergentes et en développement. Concernant spécialement les pays développés, les dernières estimations de l’Office européen des statistiques révèlent le raffermissement de l’activité économique dans la zone euro, traduit par un taux de croissance de 2,5% en rythme annuel. Une tendance analogue est observée aux Etats-Unis où il est attendu une croissance de 2,7%  en 2018, sur fond des mesures de relance budgétaire mises en œuvre par l’Administration américaine, de l’amélioration du marché de travail ainsi que des perspectives favorables de la remontée de l’inflation autour de la cible de 2,0.

S’agissant des cours des matières premières de principaux produits exportés par la RDC, une légère tendance à la baisse a été observée au mois de février, excepté le cobalt dont les cours continuent de progresser. En effet, les cours du cuivre et du pétrole se sont fixés en moyenne à 7.009,70 USD la tonne métrique et 65,6Z USD le baril, soit des baisses de 1,0%  et 4,9%  en référence à leurs niveaux du mois de janvier dernier. Quant au cours du cobalt, il a poursuivi sa progression en se situant à 83.80Z, 43 USD la tonne métrique en moyenne mensuelle.

La BCC maintient son dispositif

Les estimations de la croissance économique par la Commission des Etudes Statistiques et des Comptes Nationaux, sur base des réalisations de la production à fin décembre Z017, renseignent une croissance du PIB réel de 3,7%  contre une réalisation de 2,4%  en 2016, tirée principalement par la branche extractive qui bénéficie d’une bonne tenue des cours sur le marché mondial. Pour ce qui est du baromètre de conjoncture, il se dégage le maintien d’optimisme des opérateurs économiques en dépit d’un léger fléchissement du solde brut de leur opinion qui s’est situé à 9,4  au mois de février venant de 12,5  un mois plus tôt.

Sur le marché des biens et services, il a été noté une décélération du rythme de formation des prix intérieurs au mois de février, attestée par une inflation mensuelle de 0,71% venant de 1,37%  au mois de janvier et 1 ,86% à la période correspondante de 2017. Ce résultat est consécutif à la stabilité de certaines composantes de la structure de prix, notamment le taux de change et les prix des produits pétroliers. En cumul annuel, l’inflation est portée à 2,08% et 52, 74%, en glissement annuel, contre un taux d’inflation optimal-objectif annuel de 7,0%.

En ce qui concerne les finances publiques, à la période sous analyse, le solde des opérations financières de l’Etat affiche un excédent de 140,3 milliards de CDF contre 17.9 milliards en janvier, résultant des recettes de 523,8 milliards de CDF et des dépenses de 383,5 milliards. En cumul annuel, la situation du Trésor indique un excédent de 158,2 milliards de (DF, Cette évolution résulte principalement des paiements anticipatifs de l’impôt sur te résultat de l’exercice Z017.

Sur le marché des changes, il est noté un raffermissement de la stabilité de la monnaie nationale sur les deux segments. En effet, à fin février, le cours indicatif s’est situé à 1.615,97 CDF le dollar américain et le cours parallèle à 1.633,17 CDF, soit une dépréciation mensuelle de 0,68%  et une appréciation de 0,22%, respectivement. Pour rappel, en janvier cette dépréciation était de 0,80  à l’interbancaire et 1,30%  au parallèle.

Concernant les réserves de change, elles ont connu une augmentation mensuelle de 86,6 millions de USD, expliquée par le rachat d’une partie des paiements d’avances relatives à l’impôt sur les bénéfices des miniers. Ainsi, à fin février, les réserves se sont établies à 927,99 millions de USD, correspondant à près de 4,0 semaines d’importations de biens et services sur ressources propres.

S’agissant du secteur monétaire, il a été noté la baisse de l’encours du bon Bcc qui est passé de 45 milliards de CDF à fin janvier à 10 milliards, dégageant ainsi une injection mensuelle de la liquidité à hauteur de 35 milliards. Ce recul de l’encours reste lié à la forte demande du franc congolais par les banques sur fond d’une politique monétaire restrictive et d’un ajustement du Trésor. Cette coordination des politiques macroéconomiques a contribué au dynamisme des activités sur le marché monétaire en banque et il l’Interbancaire,

Au regard de ce qui précède et en l’absence d’un choc majeur à court terme, le Comité de Politique Monétaire a décidé de maintenir inchangé le dispositif actuel de la politique monétaire. Ainsi, le taux directeur demeure à 20%. Quant aux coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme, ils sont maintenus respectivement à 13% et 12%  et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 2%  et 0%. La régulation de la liquidité va se poursuivre avec le Bon Bcc.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse