Bilan de 100 jours de Matata II: Le top 10 des ministres marquants

par -
0 684
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Gouvernement Matata II a totalisé cent jours d’existence depuis sa nomination le 07 décembre 2014 par le Président de la République Joseph Kabila Kabange. Pour bien apprécier l’action de ce Gouvernement de cohésion nationale, un sondage d’opinion a été réalité à cet effet à Kinshasa et dans les chefs-lieux des provinces. A cet effet, il a été constaté que c’est Willy Makiashi, Vice-Premier ministre, ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale, qui se classe à la tête du peloton avec 22%. Il est suivi par Michel Bongongo, 15% et par Evariste Boshab, avec 13 points.

Le Gouvernement Matata II émane, sans conteste, des concertations nationales. Car, dans leurs recommandations, les concertateurs avaient, entre autres, émis l’idée de mettre en place un « Gouvernement de cohésion nationale » comprenant, en son sein, les personnes venues de la Majorité, de l’Opposition et de la Société civile.

Ce gouvernement avait pour mission de consolider la cohésion nationale sur le plan interne afin de créer les conditions nécessaires à la victoire sur toutes les forces négatives, encore actives au Nord et au Sud-Kivu ainsi qu’en Ituri, dans la province Orientale. Il devait, toujours dans le cadre sa mission, renforcer l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, d’éradiquer le cycle infernal des violences à répétition, d’étouffer toute velléité de rébellion, de réunir les moyens appropriés pour maintenir la paix de façon permanente, gage du développement socio-économique du pays.

L’entrée en fonction du Gouvernement de cohésion nationale a été marquée par quelques événements qu’il faut rappeler, à savoir : la traque des FDLR par les FARDC à l’est de la RDC, les troubles du 19 au 21 janvier à Kinshasa, à la suite du mot d’ordre lancé par l’opposition réclamant la suppression du projet de loi électorale l’alinéa qui liait l’organisation des élections au recensement de la population, la publication du calendrier électoral global.

Au plan social, il faut noter les préparatifs à la récolte au domaine agro-pastoral de Bukangalonzo alors que, sur le plan sportif, la participation des Léopards à la CAN 2015 a été un véritable défi.

Le trio gagnant

Parmi les membres du Gouvernement de cohésion nationale qui se sont distingués pendant la période de 100 (cent) jours, Willy Makiashi, Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale, se classe à la tête du peloton avec 22%.

Il doit sa côte à la meilleure implantation de son parti politique, le PALU, à Kinshasa et aux activités commémorant le cinquantenaire de cette formation politique. Très proche de la population, le PALU a contribué beaucoup à améliorer l’image de ses cadres dans l’opinion nationale forte critique. Les sondés ont positivement apprécié, certes à sa juste valeur, l’intérim du Premier Ministre assuré par le Vice-Premier Ministre Makiashi.

Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Evariste Boshab jouit du soutien de la base du PPRD, son parti politique, le plus important de la Majorité présidentielle et le mieux implanté dans la ville de Kinshasa où il compte de nombreux militants actifs. Malgré le raté de l’alinéa 3 de l’article 8 de la loi électorale, les sondés reconnaissent au Vice-Premier ministre Boshab plusieurs efforts déployés à travers toute la République pour ramener le calme là où l’insécurité menaçait la paix publique.

Dans le cadre de ce que l’on peut appeler « sécurité préventive », Evariste Boshab s’est illustré par l’organisation des réunions de sécurité avec les officiers des FARDC, de la PNC et les chefs de premier plan des services de sécurité. Toutes ces réunions ont suscité la collaboration de la population, laquelle a permis de limiter les dérapages sur le terrain par l’identification et la localisation des auteurs des désordres.

Dans sa province d’origine, le Vice-Premier Ministre Evariste Boshab a servi de médiateur très efficace dans le conflit qui opposait le Gouverneur du Kasaï-Occidental au Président de l’Assemblée provinciale. Il a rétabli la confiance entre les deux personnalités du sommet de la province. Boshab décroche 13 points.

Quant au ministre d’Etat chargé du Budget, Michel Bongongo, il a commencé son mandat par envoyer des signaux forts aux petites et moyennes entreprises ainsi qu’à la classe moyenne. Il est déterminé à évacuer la dette publique, laquelle ne cesse d’étouffer les efforts des petites et moyennes entreprises, dont certaines ont fait faillite à cause de cette dette. Par sa détermination, Michel Bongongo a rassuré l’opinion lorsqu’il affirme ce qui est prouvé, que 80 milliards de Francs congolais sont alignés dans le Budget, exercice 2015, pour payer la dette publique.

Les autres

Parmi les autres ministres qui se sont distingués figure en bonne place Raymond Tshibanda, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale qui a déployé, pour le compte de la République Démocratique du Congo, en Afrique et à travers le monde, une diplomatie active. En témoigne, pour prendre un raccourci, « l’Accord-cadre d’Addis-Abeba » qui implique, outre les voisins de la RDC et la Communauté Internationale, les autres pays africains pour la restauration de la paix dans la région des Grands Lacs. Il a 11 points.

Le ministre des Transports et Voies de Communication, Justin Kalumba a relancé le trafic fluvial, lacustre et ferroviaire et contribué largement à l’amélioration des conditions de transport dans ces secteurs hier abandonnés aux caprices des transporteurs inconscients et véreux, qui endossent, individuellement et collectivement, la lourde responsabilité des accidents enregistrés dans le passé très récent.

Dans le secteur du transport en commun, le Ministre Kalumba a inauguré, il y a aujourd’hui six mois, l’expérience très prometteuse du partenariat public-privé, qui consiste à céder, à crédit, les véhicules « Esprit de Vie » à certains particuliers membres de l’Association des chauffeurs du Congo.

Henry Yav Muland, ancien Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, ancien de la FEC, et ministre des Finances, a la parfaite maîtrise des problèmes monétaires. Depuis qu’il occupe son poste, il a su maintenir le taux de change, assurant ainsi la stabilité du Franc Congolais par rapport au Dollars américain. Les sondés lui donnent 9 points.

Pour sa part, Félix Kabange Numbi, ministre de la Santé publique, a focalisé toute l’attention de la communauté nationale et internationale pour sa victoire sur l’épidémie d’Ebola dans la province de l’Equateur en RDC. Après ce succès en RDC, Kabange Numbi a exporté l’expertise nationale de santé en Afrique de l’Ouest ou Ebola a tué des milliers de personnes. Il a obtenu des sondés 7 points. Terminons avec Nefertiti Kudianga, ministre du Commerce ; Bienvenu Liyota et Boongo Nkoy qui ont respectivement reçus 5 points, 5 points et 4 points.

(JMNK)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse