Best of the best: Papy Kerro succède à José-Indrix Ndelo

par -
0 1059
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Cette annonce a été faite vers 3 heures du matin du lundi 3 août 2015 par Abdoul Kaba dans un Théâtre de verdure qui, non seulement a refusé du monde, mais aussi a mis sa plus belle robe. La téléréalité Best of the best a tenu promesse après 10 semaines de compétition, plus de 3 mois de maquis, 10 primes à convaincre avec l’accompagnement d’un directeur artistique le virtuose Alain Makaba. Au départ, ils étaient plus de 2000 candidats, à la fin c’est Papy Kerro qui succède à José-Indrix Ndelo.

Prévu à 19h00, c’est vers 22h30 que les jeunes talents ont fait leurs premières apparitions sur le podium pour les premières notes pour chanter le Congo, « Congo JS8 ». Ceux qui n’ont pu tenir à une longue attente d’installation des instruments, chaises, lumière, sons et autres effets à la va-vite,au vu et au su de tous les spectateurs jusque vers 21 heures, ont rebroussé chemin au grand regret des petits enfants.

L’image que certains se sont fait de cette soirée est comparable à un boxeur très sûr de lui qui est surpris sur le ring par un bon uppercut de son adversaire mais il l’a résisté pour gagner enfin son combat avec triomphe.Ceci pour dire que, pour les observateurs avertis, l’Agence Pygma, par rapport à ce qui s’est fait avant le show, a donné l’impression d’avoir sous-estimé sa force de mobilisation. Et même si elle a été débordée de l’engouement du public, a su maîtriser son sujet pour offrir aux présents l’une des meilleures soirées de l’année en cours.

Sur les gradins, Vodacom Best of the best était devenu une affaire nationale. Des jeunes gens venus du Bandundu battaient campagne pour leur candidat en kikongo, les swahilophones faisaient de même, les lubaphones bien que non représentés à ce stade discutaient en langue de Dieu naturellement, et le lingala c’est la langue de la compétition exhibant ainsi une harmonie parfaite des Congolais unis dans la diversité culturelle.

L’émotion encore de l’émotion !

Selon les estimations, le somptueux Théâtre de Verdure a accueilli plus de 6.000 personnes ce qui a rendu la tâche difficile presque aux organisateurs. L’énergie et l’émotion dégagée par tous ont été exceptionnelles. Le public motivé, réceptif et provocateur a été séduit par le dispositif déployé, dont notamment la lumière, etc. tout a été fait pour rendre ce rendez-vous mémorable.

L’adrénaline n’a cessé de monter. Pour avertir les couleurs du show, c’est DJ Kent du Fiesta Club qui est venu apaiser les ardeurs et faire monter la pression dans la danse. Les spectateurs ont eu le temps d’oublier le stress de longue attente.

« Congo JS8 », c’est le titre qui a donné le coup d’envoi où tous les candidats participants au concours ont prêté leurs voix aux cinq restants pour chanter « Je suis fier de mon pays ». Hermays Ndeke, Anita Mwarabu, Christian Muyoli l’albinos célèbre, Nadia Mwamba et Papy Kerro ont été les derniers à franchir la dernière ligne de la finale à 100.000 dollars US et un contrat de production professionnelle. Deux tours de production scénique ont permis aux uns et aux autres de se faire une idée de chaque candidat.

Le Guest de la soirée Youssoupha après son show et après avoir écouté les compétiteurs de Best of the best Class 2015 a déclaré que « la musique congolaise a besoin d’un renouvellement et cette jeunesse fera de bonnes affaires ».

DJ DadDyk en provenance de la Belgique a donné une leçon aux DJ congolais. Après ses mix, les Kinois l’ont surnommé le « Monstre de la platine ». En plus ou moins 15 minutes, ce Belge a fait voyager les congolais à travers le monde pour chuter sur « Katafumbwa » et « Ya Mado », question de mettre du piment dans la sauce. Nathalie Makoma et Mohombi, l’un et l’autre membres du jury et les chanteurs ont rendu un vibrant hommage au pays, « notre brave Congo, ils veulent te détruire pour s’enrichir mais notre joie de vivre va tout reconstruire ».

Fatigués vu le temps avancé, frappés par le vent frais du majestueux fleuve Congo qui arrose ce temple du Mont Ngaliema, les spectateurs n’ont pas voulu écouter le speach de Alain Yav, l’initiateur du projet et PDG du Pygma Communication. Vieux routier et maîtrisant les ardeurs du public, il a dit son message en peu de mots, « avec la musique congolaise, où sommes-nous ? Dans plusieurs pays africains notre musique ne passe pas, mais nous on écoute d’autres musiques à temps plein », a-t-il interpellé.

Evitant ainsi un faux bond, Abdoul Kaba annoncera enfin le gagnant Papy Kerrode la ville de Bukavu suivi de Nadia Mwamba, Christian Muyoli, Anita Mwarabu et Hermays Ndeke. La particularité de ce Class 2015, c’est la remise de Best of the best Awards à certains candidats qui ont excellé dans des angles choisis. A noter que MwimbaTexas et une délégation des albinos de Kinshasa de la Fondation Mwimba Texas ont été là jusqu’à la fin du show pour soutenir leur favori, Christian Muyoli, qui n’a pas démérité, au regard notamment de la popularité que s’est forgé ce jeune talent tout au long de la compétition.

(O.M.)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse