Beni: Le Ministère public a requis la peine de mort contre Muyindo Jackson, Kahagi Djuma, Sempela Toyota et compagnons

par -
0 392
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après des longues journées d’instructions des dossiers de quelques 16 prévenus, la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu est à la phase des plaidoiries et réquisitoire du ministère public pour les prévenus du premier et du deuxième Groupe. Les premières condamnations sont attendues ce mercredi. Mais pour hier mardi, la plaidoirie du ministère publique a été sévère. Aucune circonstancie atténuante, aucun acquittement, les prévenus du premier groupe qui est devant la cour ne méritent que la peine de mort selon le ministère publique, indique le correspondant de la Rtga World à Beni.

Comme lundi passé, la Cour opérationnelle militaire du Nord-Kivu a poursuivi avec ses audiences. Hier mardi, c’était la plaidoirie de la partie civile contre la plupart des prévenus du premier et du deuxième groupe. Les avocats de la partie civile ont demandé à la Cour de condamner tous les prévenus présentés devant elle, parce qu’ils sont coupables de crimes contre l’humanité. Ces avocats ont demandé à la Cour d’accorder des dommages et intérêts  aux victimes telles qu’elles s’étaient exprimées, même si ce que les victimes ont demandé en termes de dommages et intérêts est insignifiant.

A la perte de la vie de leurs chères, l’avocat de l’Etat congolais lui, Me Barume dans sa plaidoirie, n’a pas contredit les avocats de la partie civile. Il a tout simplement ajouté que ces quelques prévenus du premier et du deuxième groupe devront dédommager l’Etat congolais en plus de leur condamnation d’une somme symbolique de 100 millions de dollars Us à titre de dommages qu’ils ont fait subir à la République démocratique du Congo par leurs actes de terrorisme. Le ministère public lui n’est pas allé par quatre chemins. Il a requis la peine de mort contre Muyindo Jackson, contre le Tanzanien Kahagi Djuma, contre le Rwandais Sempela Toyota et compagnons.

La défunte du prévenu elle, a demandé à la Cour de lui accorder l’avant-midi de mercredi pour plaider en faveur de ses clients. Tous risquent la peine de mort. Aujourd’hui mercredi, les mêmes prévenus du premier et du deuxième groupe seront devant la Cour pour écouter les plaidoiries et réquisitoires. C’est le cas de l’Imam, ainsi que ses compagnons. Le même jour, la Cour prévoit de s’imprégner afin de fixer le sort de quelques prévenus du premier et du deuxième groupe. Probablement le vendredi de la même semaine, l’Imam et compagnons seront fixés à leur tour sur leur sort par la Cour qui siège en premier et dernier ressort, c’est-à-dire, pas de recours en aucune autre juridiction en Rdc après la condamnation.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse