Basket-ball: Gracin Bakumanya, le prochain congolais en NBA ?

par -
0 1415
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après les Dikembe Mutombo, Serge Ibaka, Bismack Biyombo ou encore Emmanuel Mudiay, le prochain basketteur congolais qui rejoindra la grande ligue américaine se trouve actuellement peut être bien dans les rangs de l’équipe espoir des Sharks Antibes en la personne de Gracin Bakumanya (2m12, 18 ans).

Par Alan Le Bolloch l’a rencontré pour en savoir plus sur son parcours et ses ambitions.

Comme pour beaucoup de pivot, c’est sur le tard que Gracin Bakumanya effectue ses premiers dribbles avec la balle orange.

« J’ai commencé à 14 ans, je ne savais pas du tout jouer au basket. En y repensant, la manière dont je jouais était vraiment amusante (rires) », se remémore-t-il.

C’est presque par pur hasard qu’il fut recruté par un club espagnol et que le basket allait devenir une passion plus que sérieuse pour lui.

« Avec ma famille, j’étais en vacances à Madrid et nous sommes allés voir un match du Real. Un coach là-bas m’a repéré car j’étais grand. Il m’a dit qu’ils allaient me donner des conseils pour progresser dans ce sport. Et comme j’aimais aussi le basket et que dans mon pays je ne jouais pas beaucoup, simplement à l’école et juste pour m’amuser, je suis resté en Espagne ».

Très vite, le jeune Gracin montre d’énormes progrès et devient redoutable pour les équipes adverses.

« Là-bas, j’ai beaucoup travaillé et progressé. J’ai été élu deux fois MVP d’un tournoi à Madrid et classé prospect n°1 de ma catégorie d’âge en Europe ».

Ses performances individuelles attirent l’attention des recruteurs du lycée américain de Montverde, situé en Floride et actuellement en course pour décrocher un quatrième titre national consécutif. Le natif de Kinshasa n’hésite donc pas à traverser l’Atlantique pour évoluer au sein d’une des plus prestigieuses académies de basket aux Etats-Unis. Malheureusement pour lui, il est l’un des plus jeunes de l’effectif et il ne disputera aucun match officiel.

« A Montverde, ça ne s’est pas passé pour le mieux, ce n’était pas la situation idéale pour moi. En cours d’année, je suis donc parti à Bendigo dans le Texas. Mais je suis quand même resté un peu de temps à Montverde car j’avais l’opportunité et la chance de m’entraîner avec de grands joueurs tels que D’Angelo Russell (Los Angeles Lakers) ou encore Ben Simmons qui sera certainement n°1 de la prochaine draft NBA. Ils étaient plus âgés que moi et me motivaient à l’entraînement ».

C’est donc aux côtés de futures superstars qu’il côtoiera alors au quotidien que Bakumanya poursuit son apprentissage du haut niveau. Suite à cette première expérience américaine mitigée, la possibilité d’un retour en Europe se présente. Le pivot sautera sur l’occasion. Arrivé sur la Côte d’Azur la saison passée, Gracin effectue d’abord ses débuts avec les Sharks dans la catégorie cadets France et U20, l’équipe professionnelle évoluant alors en Pro B et le club ne disposant donc pas d’équipe engagée dans le championnat Espoirs. Néanmoins, il s’entraîne régulièrement déjà au contact du groupe pro. Depuis la rentrée 2015/2016, ce prospect NBA effectue désormais tous les entraînements avec l’équipe Pro A. Il lui est même arrivé de faire trois fois le banc des pros les week-ends de match et d’effectuer deux apparitions de une et sept minutes sur le terrain. Son plus gros temps de jeu, obtenu sur le parquet de la Meilleraie à Cholet en l’absence de Moustapha Fall, le jeune africain s’en souvient. Il avait eu l’occasion d’arracher deux rebonds offensifs.

« Il y avait vraiment beaucoup d’ambiance. C’est très différent que pour les matchs espoirs où il n’y a personne à la salle. Mais c’est le même basket, mis à part que c’est un peu plus dur et physique, et que les joueurs ont aussi beaucoup plus d’expériences en pro », explique- t-il pour évoquer les différences entre les niveaux Pro A et Espoirs Pro A.

Chez les espoirs, Bakumanya est le leader offensif et défensif de son équipe. Il est couvé par Christian Corderas, coach qui a vu passer dans ses rangs les Timothé Luwawu-Cabarrot et Isaia Cordinier lors de ces trois dernières années. Tous de futurs potentiels joueurs NBA.

« Le coach m’aime beaucoup, il m’aide et me fait énormément travailler. Avec lui à Antibes, j’apprends beaucoup de choses sur et en dehors du terrain ».

Un temps meilleur rebondeur du championnat avec une dizaine de prises par match en moyenne, Gracin a débuté la saison en trombe avant de se voir ralentir par une blessure. De retour au top, il vient de battre le week-end dernier face au Mans Sarthe Basket son record de points dans la compétition avec 25 unités inscrites à son compteur personnel. A la mi- saison, cet intérieur prometteur fixe des objectifs collectifs élevés mais à la hauteur de ces ambitions personnelles à terme.

« Mon objectif est d’essayer de faire jouer mon équipe et de l’amener parmi le Top 5 du championnat. On est en retard mais il faut gagner tous les matchs. Il faut faire les efforts, il y a d’autres matchs qui nous attendent », avance Gracin, alors que son équipe pointe actuellement en 13ème position au classement général et dispose de 6 victoires de retard sur les équipes du Top 8.

« Individuellement, je travaille pour aller jouer en NBA. Je ne veux pas seulement être drafté et être simplement sur le banc, je veux aller le plus haut possible. C’est mon rêve et je travaille en conséquence pour essayer de devenir l’un des cinq meilleurs joueurs mondial à mon poste ».

Très concentré sur ses objectifs, il va certainement se rendre de nouveau au pays de l’Oncle Sam l’été prochain pour se perfectionner encore et encore à l’occasion de workouts en compagnie de NBAers.

« Je veux travailler tous les aspects de mon jeu : mental, physique, etc. », clame- t-il.

Et qu’en est-il des joueurs qui l’inspirent ?

« J’aime bien Tim Duncan des San Antonio Spurs. On n’a pas le même style de jeu, mais j’aime bien sa mentalité sur le terrain et la façon dont il joue et pousse son équipe ».

A seulement 18 ans, Gracin Bakumanya a tout l’avenir devant lui et encore 3 ans au maximum pour rejoindre la meilleure ligue au monde par la voie royale, le premier tour de la draft.

(Antoine Bolia)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse