Basket-ball: C’est finalement Brazzaville qui est choisi pour les éliminatoires CACC/Zone 4

par -
0 502
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après le désistement du Cameroun où devaient se dérouler les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des clubs champions de basket-ball dans les deux versions, et après d’intenses négociations avec quelques pays de la zone, la Fiba/Afrique Zone 4 organisera finalement cette compétition à Brazzaville, capitale de la République du Congo. C’est ce que nous apprend une source officieuse, confirmée par un administratif du bureau de la zone. Quatre formations Rd congolaises participeront à ces éliminatoires, à savoir : le BC V. Club et le BC INSS en version féminine et le BC Mazembe et le BC SCTP en version masculine.

A cet effet, notre confrère Paul Herman Malutama a fait parvenir à la rédaction du Journal L’Avenir sa réflexion sur cette question. Compte tenu de la pertinence de cette réflexion, nous la publions in extenso.

Pour notre confrère, les difficultés que connaisse la Fiba-Afrique zone 4 pour l’organisation de cette compétition sont d’ordre multiple. Qu’à cela ne tienne, il estime que la compétition pouvait bien se dérouler à Kinshasa, siège de cette institution que dirige d’ailleurs un compatriote en la personne de Juvénal Lufuma Makanda son président. Ce dernier est toujours flanqué d’une autre compatriote, Mme Justine Irung Kawang (Secrétaire Générale). Cette démarche, très difficile, nous la reconnaissons, était néanmoins, tout à fait réalisable. Comment ?

Sauf erreur ou mauvaise interprétation des textes de sa part, au basket-ball, pense-t-il, les règlements généraux (Fiba continentales, fédérations nationales…) sont calqués sur ceux de la Fiba-Monde. Et comme les préviennent des dispositions desdits règlements, la zone 4 pouvait bien organiser les éliminatoires précitées à Kinshasa suite au refus, semble-t-il, des pays de l’Afrique Centrale d’accueillir ce tournoi. Ainsi en est-il de la Fédération de basket-ball du Congo, Fébaco, qui, à chaque fois qu’un problème de ce genre se pose, a toujours récupéré la situation en organisant la Coupe du Congo à son siège (Kinshasa). Malheureusement, poursuit le confrère, le bureau de la zone 4, a semblé ignorer cette disposition pourtant claire. Conséquence, il s’est embrouillé, ne sachant plus, apparemment, quoi faire ou à qui s’adresser.

Et notre confrère de faire remarquer que c’est ici que le nom de Dédé Mabusa Eseka, est revenu dans la mémoire collective pour rappeler que, jadis, alors que ce dernier trônait à la tête de la zone 4. Le président émérite de la Fiba-Afrique agissait en véritable diplomate, parvenant à convaincre le gouvernement de son pays (RDC), pour l’organisation des compétitions, et les pays membres de la zone 4, pour leur participation. Curieusement, poursuit-il, au jour d’aujourd’hui, celui qui a remplacé M. Mabusa semble incapable de suivre cette voie, préférant plutôt se compromettre dans les aventures sans lendemains, comme cette tentative de déstabilisation de la Fébaco de connivence avec cette obscure organisation (SOS basket) dont on n’a d’ailleurs plus aucun échos, conclu-t-il.

Fort de ce qui précède, notre confrère estime que les conséquences de ces égarements et du manque d’une certaine vision, les éliminatoires au niveau de la zone 4 risquaient de capoter, discréditant du coup le bureau de la zone, dont il croit que les actions sont quasi-inexistantes, mais aussi notre pays. Ce, après que nos équipes eurent dépensé énormément de temps et d’argent pour leur préparation. Pour le confrère, les équipes congolaises  ont toutes les chances de se qualifier pour la phase finale.

Toujours lucide, notre confrère Paul Herman cite sans désemparer l’autre problème qui a toujours bloqué l’organisation des compétitions d’envergure de basket-ball dans notre pays. Le manque d’infrastructures adéquates pour lequel, la Fiba/Afrique demeure réticente. Concrètement, il s’agit d’installations couvertes. Le basket-ball ne se joue plus en plein air, mais dans une salle couverte mieux identifié sous le vocable de gymnase ou Palais des sports. Et là, Paul Herman est sec pour admettre que c’est le gouvernement de la RDC, sponsor officiel et naturel du sport congolais, qui doit être indexé. Pour étayer ses propos, il rappelle à ce sujet, le projet de construction d’un Palais des sports sur le site devant le stade des Martyrs, en face du Palais du Peuple. Projet qui est resté sans suite. Mais la pancarte avec l’inscription ‘’ici sera érigé le Palais des Sports’’ est toujours visible, sans qu’un seul coup de pioche n’ait été donné. Ridicule ! En définitive, pour notre confrère, la jeunesse et le sport rd congolais n’ont pas du tout bénéficié du programme de cinq chantiers de la République et encore moins, de la révolution de la modernité du chef de l’Etat.

Et le confrère d’ajouter que de l’autre côté du fleuve Congo, quelques mois ont suffi au gouvernement du Président Denis Sassou Nguesso pour sortir des terres des installations sportives modernes, aux normes internationales, ‘’la cité sportive de Kintelé où se sont du reste déroulés les 11èmes Jeux Africains de Brazzaville, ville située à quelques minutes de Kinshasa et où se dérouleront certainement ces éliminatoires de basket-ball de la zone 4. Une honte pour la RDC, une grande nation de sports admet-il volontiers. Pour lui, les autorités de notre pays doivent être gênées et se sentir interpellées. D’autre part, ajoute le confrère, on se souviendra qu’à son élection à la tête de la Fiba Afrique zone 4, Juvénal Lufuma Makanda avait promis. Il le cite : ‘’de peser de tout son poids pour contraindre le gouvernement de la RDC à construire ces installations qui ont toujours manqué au pays’’ fin de citation.

Au jour d’aujourd’hui, le seul constat fait par le confrère, c’est absolument rien n’a encore été réalisé. Et il croit que c’était une pure démagogie.

Qu’à cela ne tienne, renchérit le confrère, au lieu de tergiverser et se perdre dans des contacts improductifs, la zone 4 était parfaitement capable de faire jouer cette compétition à Kinshasa, au stadium des Martyrs. Ce, si ses dirigeants s’y étaient investis  totalement , en allant toquer à la bonne porte, et être capables de convaincre. Ils le savent. Au lieu de chercher des poux sur la tête du président de la Fébaco.

Entretemps, contrairement aux autres zones de la Fiba-Afrique dont les équipes qualifiées pour la phase finale sont déjà connus, la zone 4 continue à trainer les pieds. Comment pouvait-il en être autrement, dès lors qu’elle est dirigée par un rd congolais, dont le pays a une mauvaise réputation de retardataire invétéré aux lieux de compétition ?

La phase finale de la CACC est prévue à Maputo au Mozambique au mois de novembre prochain.

(Un dossier d’Antoine Bolia & Paul Malutama/ CP)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse