Bandundu et perspective du dialogue

par -
0 764
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’honorable Etibako déplore : « Bolobo n’a pas été consulté »

L’honorable Eddy Etibako est député national élu de Bolobo, dans la province du Bandundu. Il a été face à la presse dimanche dernier, au sortir d’une réunion de la communauté Banunu bobangi. C’était en l’espace Maman Moluka Pour la Paix (ex Maître Taureau) à Yolo sud, dans la commune de Kalamu.

Parlant de l’apport du territoire de Bolobo dans la perspective du dialogue, l’orateur a apprécié la démarche initiée en amont, par le Président Joseph Kabila Kabange, instituant les consultations locales dans les provinces. Toutefois, a-t-il tenu à préciser, l’inquiétude relève de la non-consultation de sa base par l’autorité politico-administrative de la province.

A la question : Vous êtes député national élu de Bolobo. Qu’est-ce que votre circonscription apporte dans la perspective du dialogue ? L’honorable : Je suis désolé, parce que tous les gouverneurs ont reçu la recommandation de consulter leurs bases respectives. Malheureusement, nous qui sommes à Bolobo, le gouverneur n’a pas tenu compte de nous. C’est comme si nous, au district du Plateau, ne sommes pas considérés comme partie intégrante de la province du Bandundu. Nous n’avons pas été consultés, malheureusement. Nous ne savons pas ce qui a été rapporté sur Bolobo dans le document présenté au Président de la République.

-Vous sortez d’une réunion de la communauté des Banunu bobangi résidant à Kinshasa. De quoi a-t-il été question ?  

L’on avait mis en place une commission ad hoc qui devra se pencher sur les statuts de l’association Banunu bobangi. C’est une association qui remonte en 1948, et ses activités ont longtemps sombré dans la clandestinité. C’est pourquoi la nouvelle génération veut qu’on mette tout sur papier, au lieu de demeurer comme dans le contexte traditionnel.

Quel est le timing qui est accordé à la commission ad hoc ?

Ils ont pris environ une année, et l’assemblée a approuvé le projet de statuts élaboré. Ceci sera sans doute enrichi avec des amendements.

Certains orateurs ont insisté sur l’unité balobo. Dans quelle mesure cela a été mis en cause ?

L’histoire renseigne que l’unité des Banunu bobangi a été disloquée en 1933. A l’époque, tous les Banunu bobangi étaient dans la province de Léopoldville. Et en 1933, lorsqu’on avait créé des districts, puis progressivement avec le découpage des territoires, les Banunu bobangi se trouvent établis, depuis lors, dans les deux provinces : Bandundu et de l’Equateur.

Bolobo à l’avant-garde de la culture chrétienne en RD Congo

La Cité Bolobo est dans le territoire du même nom, district du Plateau. Bolobo qui s’étend le long du fleuve Congo, est un centre portuaire particulièrement mouvementé, à cheval entre les provinces du Bandundu et de l’Equateur. Six quartiers composent la cité de Bolobo : Bonzongo, Boyambola, Mabwa, Montsundi, Mpeti, Mpunga.

En effet, l’histoire de l’Eglise montre que les tout premiers Missionnaires qui sont venus, ont commencé à évangéliser à Bolobo. Partant, la communauté Banunu bobangi l’une des plus anciennes visées par les pionniers Missionnaires en RD Congo. Le nom d’un grand homme de Dieu, a été de tout temps évoqué : George Grenper, présenté comme l’un des pionniers qui a commencé ses activités à Bolobo. Et à partir de cela, il a opté comme langue d’évangélisation, le bobangi. Donc le bobangi était la langue d’évangélisation de tous ceux qui venaient à sa suite. C’est notamment ce qui renforce le credo du professeur Ndondoboni, lorsqu’il affirme : « Tout l’Equateur a été colonisé par la culture Bobangi ».                                                                            Les Catholiques ont pris le bobangi et l’ont transformé à leur manière, avec une utilisation un peu non grammaticale. Et cela a fait naître le lingala actuel. Ils ont été plus au nord vers l’Equateur, à partir de Mankanza. Donc, les banunu bobangi ont cette notion fondamentale de pouvoir continuer à évangéliser.

Mettre la population en confiance, pour les défis de l’heure

A l’heure de la mise en application du macroprogramme de la Révolution de la modernité qu’a lancé le président de la République Joseph Kabila Kabange, et de la Décentralisation, la mise en confiance de la population en général et des contribuables de Bolobo en particulier est le socle de la transformation sociale. Car le territoire de Bolobo ne tarit pas d’ambitions, pour des lendemains enchanteurs : de l’accès à l’énergie (eau et électricité) aux services de base (santé primaire, éducation et épargne pour tous) à la promotion d’un habitat moderne. A cela s’ajoute bien entendu, la valorisation des ressources humaines et la vocation des jeunes à une main-d’œuvre devant tenir compte de la modernisation des moyens de production locale.                                             Il est de principe que l’insuffisance de recettes empêche un service public de qualité. A l’heure de se remettre au travail, le territoire de Bolobo ne peut laisser de côté aucun secteur qui ne puisse retenir l’attention autant des populations que des décideurs.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse