B. Ndjoloko rassure : « La riposte contre Ebola évolue très bien »

par -
0 168
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La riposte contre la fièvre hémorragique d’Ebola évolue très bien en dépit de quelques cas de persistance, a assuré le chargé des Opérations des ripostes, lors d’un entretien accordé à la presse le vendredi dernier dans le cadre de la riposte contre cette épidémie, qui est en à son neuvième épisode en  Rdc. D’après M. Bathé Ndjoloko Tambwe, la surveillance épidémiologique est arrivée au niveau maximal de déploiement et du fonctionnement des équipes. Les équipes sont visibles à travers la ville de Mbandaka, précisément dans la zone de santé de Wangata  et de Mbandaka II.

«   (…) toute la ville de Mbandaka est quadrillée. C’est dans la zone de santé de Bikoro et d’Iboko, qu’il y a eu des cas actifs. Et parmi les équipes déployées, il y a des épidémiologistes,  relais communautaires, y compris le personnel de santé. Nous avons aussi un grand réseau d’acteurs communautaires, constitué des religieux, des chefs coutumiers, des leaders d’opinion, qui eux aussi ont mis la main dans la pâte pour couvrir tous les villages, tous les ménages afin de s’assurer qu’il n’y a pas des cas suspects, qui pourront nous échapper », a affirmé le chargé des Opérations de la Riposte, aussi Directeur général de la Direction générale de lutte contre la maladie.

L’espoir est réellement permis, se réjouit le chargé des Opérations de la Riposte Ebola. Car, les équipes sont suffisamment déployées sur les terrains. A ces équipes, estime-t-il, il est extrêmement capitale que la population puisse s’approprier la riposte contre cette épidémie.

«  Il est  important de noter que dans la lutte contre l’épidémie de la fièvre hémorragique Ebola comme dans toutes les autres épidémies,  que la population s’approprie la riposte  afin de gagner la bataille. Et c’est le cas. Aujourd’hui, il n’y a plus de résistance. Toute la population a compris que c’est une maladie et qu’elle doit s’impliquer dans la ville de  Mbandaka que dans les zones de santé voisines, y compris dans les provinces voisines », a exhorté M. Bathé Ndjoloko.

Soulignons que cette épidémie est survenue dans une zone  frontalière du Congo Brazzaville et des autres provinces, la Tshopo, Mai Ndombe essentiellement. Ce qui oblige le gouvernement congolais de veiller et à renforcer la vigilance  dans toutes les entrées, dont notamment les aéroports, aérogares, ports ferroviaires et routiers. A cet effet, le chargé des Opérations de la Riposte Ebola indique qu’une stratégie de gestion des entrées est mise en place et évolue bien.

Cette stratégie gère en prenant en charge toutes les voies d’entrée et de sortie. «   Nous avons joué à ce que nous appelons la gestion des portes d’entrée.  Ce sont tous les ports et aéroports, les gares ferroviaires et routières, ports où nous avons placé nos agents, qui contrôlent toutes les entrées et sorties. Au de-là de ça, nous avons déployés des équipes pour contrôler les arrivées  à  Kinshasa », a-t-il ajouté.

S’agissant justement de la capitale, le Gouvernement congolais précise qu’un  cordon est placé également dans tous les aéroports et aérogare de la capitale et dans tous les  ports de Maluku à la Gombe. A cela, il faut ajouter la communication, qui est permanente afin de mieux informer les populations et d’étouffer, mieux, d’éliminer, de renverser toute fausse rumeur  qui tenterait de prendre le dessus sur la vérité.

«  La  population est appelée à rester  vigilante de notifier, d’informer  d’un cas suspect qui surviendrait à travers la République, parce que les populations sont en train de se mouvoir normalement. Notre travail est justement de faire que les populations arrivent à se mouvoir normalement sans danger »,  a conclu M. Bathé Ndjoloko.

(Prince Yassa/Cp)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse