Ayant tenu des propos discourtois à l’endroit du président de l’Assemblée nationale

par -
0 807
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le député Fabrice-Albert Pwela désavoué par ses pairs

 *L’élection de Aubin Minaku Ndalandjoko en tant que président de l’Assemblée Parlementaire Francophone à Berne en Suisse, une première dans l’histoire de cette institution internationale pour un africain de la Rd Congo, est vue d’un mauvais œil par ceux-là même qui n’ont aucune leçon à donner en cette matière. Surtout qu’un député national par surcroît, ne peut jamais jeter en pâture son institution, ni son président qui dirige une telle institution de haute facture. Le faire relève de l’indécence, du cynisme et de l’immaturité parlementaire

*Tout est parti de l’initiative du député Abdallah Pene Mbaka qui, dans une motion incidentielle, a sollicité que le président de l’Assemblée nationale sorte du silence et réagisse aux propos discourtois du député Albert Fabrice Pwela. Vu que l’élu de Matadi n’est pas à son premier forfait, il a sollicité que son cas soit soumis au Comité des Sages de leur chambre législative

Depuis l’élection de l’honorable Aubin Minaku au bureau de l’Assemblée nationale comme président de cette institution, beaucoup de sceptiques ne lui accordaient pas la moindre chance d’être à la hauteur de la tâche. La maîtrise de son travail parlementaire crée de part et d’autre des mécontents et des jaloux, alors qu’ils l’attendaient au tournant pour saper les efforts et la confiance du président de la République placée en ce jeune président de l’Assemblée nationale.

Ce pur produit de l’Université de Kinshasa, par son intelligence, en ce y compris les efforts fournis par le président de la République en trois ans, consistant à remettre la Rdc Congo dans le concert des grands, certains dignes fils du pays, en lieu et place de jeter des fleurs à leurs frères, trouvent les moyens de vilipender les institutions de la République auxquelles ils appartiennent.

C’est le cas de le dire, puis qu’à la plénière d’hier mercredi 29 juillet 2015, consacrée à l’adoption du projet de loi fixant statut des chefs coutumiers, le député national Abdallah Pene Mbaka, dans une motion incidentielle, a sollicité que le président de l’Assemblée nationale sorte du silence et réagisse aux propos discourtois du député Albert Fabrice Pwela. Ce dernier, à en  croire le motionnaire, s’est mis à critiquer l’élection du président Aubin Minaku au poste de président de l’Assemblée Parlementaire Francophone.

Et d’affirmer que son collègue n’est pas à son premier forfait, pourtant protégé par la même institution sous la direction d’Aubin Minaku, de ses déboires judiciaires. Dans une émission à la télévision, Albert-Fabrice Pwela qui n’a aucun sens de la moralité, s’est mis à vilipender cette élection, en qualifiant d’immatures  et de moins que rien ses collègues qui ont réservé un accueil délirant au président Aubin Minaku lors de son retour  à l’aéroport international de N’Djili.

Dans son argumentaire, le député national Abdallah Pene Mbaka, touché dans sa chaire d’homme d’Etat, parlementaire fier de son pays qui dirige une grande Assemblée internationale, n’a trouvé mieux que de solliciter que le cas de son collègue Albert-Fabrice Pwela soit soumis au Comité des Sages de leur chambre législative. Ceci dit, l’élu de Matadi n’est pas à son premier forfait, surtout qu’il  eu à poser un lapin aux ministres qu’il avait invités par une question orale avec débat.  Et plus de deux fois, Albert-Fabrice Pwela ne s’est jamais pointé dans pareil débat.

Les réactions contre Pwela

Ce comportement n’a pas laissé ses collègues indifférents, quand bien même le président de l’Assemblée nationale a fait la mise au point de la moisson abondante de la Suisse. Les députés qui ont fait partie de la délégation sont tous membres siégeant dans cette institution de l’APF, car son Assemblée générale se tient une fois l’an, par surcroît élective. Mais, à l’occasion, ayant eu vent d’une motion d’un député qui voulait soulever la problématique de viol en RD Congo, le Président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku a dépêché une députée nationale, en l’occurrence Géneviève Inagossi, ancienne ministre du Genre et Famille, pour défendre ce dossier qui a failli couler la RD Congo. A en croire Aubin Minaku, Géneviève Inagosi l’a fait d’une bonne et excellente manière, en mettant à nu les prétendues accusations. D’autre part, il a été fait mention de la demande de l’APF pour la désignation d’un député et d’une députée, question de respecter la parité.

Pius Muabilu contre-attaque

La moisson étant fructueuse à Berne en Suisse, Pius Muabilu, président du Groupe Parlementaire Terre d’Avenir, l’un des doyens de la Chambre basse du Parlement, s’en est pris à son collègue. Malgré lui, le député national élu de Mont Amba a eu les mots justes pour exprimer son indignation. « Par décence, je ne veux pas répondre à l’auteur de ces mots insultants à l’égard de ses collègues, mais je me réserve le droit de répondre à un moment parce que je suis concerné. Je suis membre de la Commission Politique de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie depuis quelques années, en remplacement de notre collègue, grand frère honorable Christophe Lutundula, qui est délégué Afrique de l’APF. J’ai été pendant des années membre de la commission socio-culturelle de cette Assemblée », a-t-il dit.

Il s’est indigné de constater qu’un événement aussi important qui fait la fierté de tous les Congolais et de notre pays, soit suivi des actes de ce genre. « Et quand ça vient de quelqu’un d’autre, on peut aussi comprendre qu’il ne soit pas parlementaire, mais quand ça vient d’un député, c’est très grave, vraiment grave, car je tiens à rappeler ce que le président de l’Assemblée nationale venait de dire du haut de la tribune », a-t-il poursuivi, pour dire que toute la quasi-totalité des députés qui l’ont accompagné sont des membres de cette commission permanente, tout en précisant dans quel contexte la brillante députée nationale Géneviève Inagossi y a été pour défendre les intérêts de la République.

« Ce que j’ai suivi à la télé et j’ai demandé qu’on enregistre, me laisse un  arrière-goût amèr. Je suis député depuis 16 ans, des choses que je suis en train de suivre de la part des députés de l’opposition me tracassent quand même. Et surtout quand ça vient de la bouche de ceux qui n’ont aucune leçon de morale ou de moralité à donner à ses pairs », a dit le président national du Congrès National Congolais (CNC). Pius Muabilu Mbayu Mukala qui se réserve le droit d’y répondre quand bien même présent à cet événement grandiose à Berne en Suisse qui concerne l’élection du président de l’Assemblée nationale, mais aussi a été accueillir à juste titre l’heureux élu.

 « Je dis ici que c’est une fierté pour la première fois qu’un Africain dirige l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie, élu au bénéfice de notre pays qui prouve effectivement que le chef de l’Etat fait bien son travail et en moins de trois ans, il a réussi un coup de maître avec l’organisation du 14ième Sommet de la Francophonie salué par tout le monde même à Berne, parce que lorsque tous les étrangers prenaient la parole, ils faisaient référence à l’organisation réussie de la RD Congo », a indiqué Pius Muabilu, qui ajoute que c’est dans cette droite ligne du président de la République Joseph Kabila Kabange que le Congo a vu son fils Aubin Minaku être élevé à la tête de cette Assemblée Parlementaire de la Francophonie.

A quatre  jours de la clôture de la session extraordinaire, Pius Muabilu s’estime heureux du travail abattu par le bureau sous la présidence d’Aubin Minaku Ndjalandjoko. Par son travail abattu par son primus inter pares fait mal à certaines langues qui croyaient qu’il pouvait échouer pour se mordre les doigts. Politiquement,  ce n’est pas très sportif. En politique, lorsque quelqu’un fait du bon travail, il faut le féliciter. C’est le cas du président de la République qui a fait du bon travail, argumente Pius Muabilu, en organisation un Sommet de manière formidable,  ce dont certains de ses collègues de l’APF l’ont dit plus de huit fois pour saluer cette capacité organisatrice de Joseph Kabila. Mais que les Congolais de mauvaise augure qui se croient avoir l’impérium d’insulter les gens à tort et à travers, en tout lieu et en toute circonstance, c’est inadmissible.

Sinon, François Nzekuye qui abondait dans le même sens, s’indigne du comportement de son collègue Albert-Fabrice Pwela qu’il invite à la décence. Comme récidiviste, Pwela mérite d’être entendu une fois de plus au Comité des sages de l’Assemblée nationale. D’ailleurs, c’est l’un des députés qui a des dossiers noirs dans cette chambre.

(Pius Romain Rolland)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse