Avènement du Premier ministre Samy Badibanga: La communauté Babindji de Kinshasa salue le défi de la cohésion nationale

par -
0 502
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Président Joseph Kabila Kabange a rompu, le 17 novembre courant, le suspense de l’attente en signant l’acte de  nomination du Premier ministre Samy Badibanga. A l’annonce de cet événement qui survient quatre ans après le mandat du Premier ministre sortant Augustin Matata Ponyo, des langues se sont déliées en sens divers, les  unes pour  fêter l’acte de nomination, les autres appelant à la mobilisation tous azimuts, au regard notamment des défis de l’heure.

C’est à cette dernière démarche que s’est livrée la communauté Babindji de Kinshasa. En effet, dans un point fait à la presse le week-end dernier, le professeur Roger- Vincent Kapalayi Mutanga (voir photo) de la  Faculté des Sciences sociales, administratives et politiques de l’Université pédagogique nationale, UPN a exprimé, en sa qualité de  porte-parole de l’association,  la satisfaction qui habite la communauté Babindji de Kinshasa et par extrapolation le peuple Babindji en général, au terme de cette nomination historique.

La nomination du Premier ministre Samy Badibanga en cette période charnière de la marche de notre pays, revêt une  portée sociopolitique particulière, et qui ne peut laisser indifférent le peuple Babindji. Ce faisant, ce dernier  dont la communauté des ressortissants est structurée dans la capitale Kinshasa, s’associent à cet heureux événement et expriment toute leur gratitude au Président Joseph Kabila Kabange, artisan de la paix et de la cohésion nationale.

En effet, la confiance historique que le Chef de l’Etat a placée au Grand Kasaï, à travers ce choix historique porté  sur un de ses dignes fils, est pour les Babinji un motif à la fois d’honneur et de responsabilité. D’honneur, c’est que le Centre se sent honoré du fait que la République se penche sur elle, recourt à son génie pour faire face aux grands défis de l’heure formulés dans le cadre du Dialogue politique inclusif. De responsabilité, comme le renseigne une sagesse,  la connaissance responsabilise. C’est ici l’occasion de rappeler que le Grand Kasaï est, en effet, conscient de son rôle dans le concert des provinces en RD Congo.  Vu tout ce qui précède, la communauté Babindji de Kinshasa adresse ses félicitations au nouveau Premier ministre et le rassure de son soutien, pour l’équilibre des institutions de la République, pour la cohésion nationale et le pari de l’organisation des élections, conformément à la feuille de route issue des assises de la Cité de l’Union africaine.

En effet, le peuple Babindji croit fermement à la force du dialogue. Car, à travers les âges et les conquêtes qui ont émaillé la charpente du monde dans sa configuration actuelle, le dialogue a toujours préfiguré comme un facteur et à la fois une vertu essentielle permettant de mettre en exergue l’ordre humain.  Face à cette considération inaliénable, la communauté Babindji de Kinshasa recommande au Premier ministre notamment de s’appuyer sur cet atout et de le placer au centre de son action. Ceci pour le pari de la cohésion nationale, préalable à toute entreprise électorale.

Samy Badibanga : la cohésion nationale, soubassement des élections apaisées

La cohésion nationale implique un effort réel des fils et filles du pays, les uns et les autres dans leurs périmètres de vies respectifs. C’est à cela que doit s’atteler le nouveau Premier ministre, afin de rassembler tous les Congolais et les mettre d’accord sur l’accord politique issu du dialogue ; organiser les élections dans le délai arrêté par les dialoguistes de la Cité de l’Union africaine ; améliorer le social des congolais, tel qu’annoncé par le Président de la République, lors de son discours sur l’état de la nation ; travailler sur l’économie nationale pour une croissance réelle, afin d’atteindre le cap vers l’émergence.

D’où viennent les Babindji ?

Certains ethnographes et historiens, à l’instar de Démonie situent les Babindji (Bambangani) au noyau du Bas-Kasaï dont la dernière étape serait située dans l’entre Sankuru-kasaï.   Vansina pour sa part, pense que les Babindji tirent origine chez les Lunda auxquels ils sont très apparentés par leurs noms, coutumes et par leurs parlers. C’est pourquoi, l’auteur les place dans la région Lunda. Par contre, O. Boone pense qu’ils viendraient de Sangalubangu. L’auteur partage avec le professeur Tshisungu l’hypothèse selon laquelle, les Babindji (Bambangani) seraient venus  des plateaux de Lunda, une hypothèse  qu’ils estiment proche de la réalité.

Quid de leurs voisins directs et l’état de la  cohabitation avec des peuples environnants

De nature, les Babindji (Bambangani) est un peuple social, hospitalier. C’est pourquoi la cohabitation avec les voisins Lulua, Kete, Salampasu, Lualua, Tshokwe, Mbala, etc. est facile. Les Babindji croient à l’existence d’un être suprême « Ganunu » et le Créateur « Gamafuga », c’est-à-dire celui qui s’est créé lui-même ou « Wabafuga », celui qui a créé les autres. Ils croient aux esprits de morts « Bazodi » et aux forces de la nature. Le Dieu Créateur n’intervient dans leur vie que par l’intermédiaire des ancêtres. Ce sont ces derniers qu’ils invoquent dans tous leurs événements et dans leur subsistance. Tout cela par le biais de l’incantation « Musanzu ». Les croyances des Babindji (Bambangani) aux esprits des ancêtres se justifient par certaines règles émanant de ceux-ci et à travers certains rituels de chasse, de terre, etc.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse