Avec le financement du Fonds mondial: Sanru en campagne d’utilisation de la moustiquaire imprégnée contre le paludisme

par -
0 462
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Asbl Sanru a lancé depuis hier, la campagne pour la promotion de l’utilisation de la  moustiquaire imprégnée d’insecticide par les femmes et les enfants de moins d’un an et l’utilisation des Act pour soigner le paludisme simple. Ce, avec le financement du Fonds mondial de lutte contre le Vih, le paludisme et la tuberculose, représenté lors du point de presse tenu par Sanru, par sa chargée des Opérations, Mme. Fiona Merali.

La première étape de cette campagne a commencé depuis le 10 mai, et va se clôturer le 10 aout, soit pendant un mois. Et pendant cette campagne,  le Docteur Fernandine Panzu, chef du Projet, a fait savoir que  sa structure va appuyer la distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action en routine dans les formations sanitaires de 313 zones de santé, par le biais des Ong sous-récipiendaire. «  Nous précisons ici, à l’intention de la population que cette distribution est gratuite sur toute l’étendue des zones ciblées et de ce fait  la Moustiquaire imprégnée d’insecticide ne peut  donc  pas être venue », a-t-indiqué, avant de souligner l’importance de l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action comme l’un des moyens de prévention du paludisme chez les femmes enceintes et les enfants de moins d’un an dans le monde et particulièrement. C’était en présence de son collègue chef adjoint interne, M. Degaul Falanga, qui a précisé ceci : «  A côté des enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes constituent également une cible vulnérable de la malaria qui est l’une des causes les plus importantes d’avortement, de fausse couches, d’accouchement prématurés et mort-nés. Les interventions, menées dans le cadre de ce financement, couvrent près de 44 millions d’habitants, dont 17600 000 femmes enceintes répartis dans les 25  provinces ».

Et donc, les interventions menées consistent  en l’approvisionnement  en moustiquaire et en médicaments contre le paludisme simple et grave pour réduire la mortalité liée à la malaria. La sensibilisation des populations et des autorités  sur toutes les mesures de salubrité est donc d’une importance capitale et les populations doivent intérioriser  et mettre cela en pratique.

Les moustiquaires ne sont pas à vendre

Par cette campagne, dont la première phase a commencé depuis le 10 mai pour se clôturer le 10 aout prochain, Sanru interpelle surtout l’opinion  sur l’interdiction de la vente des moustiquaires imprégnées d’insecticide et des médicaments frappés de la mention « fabriqué pour Sanru ».

«  Toute vente illicite d’une de ces moustiquaires constitue non seulement un délit mais surtout elle prive une femme enceinte ou un enfant d’une moustiquaire qui pourrait les protéger contre la malaria et de ce fait les expose à cette pathologie qui peut causer la mort », avait-elle averti.

Soulignons ici que  Le paludisme ou malaria est un sérieux problème de santé publique. Il reste la pathologie la plus meurtrière des maladies parasitaire en Rdc, en particulier chez les enfants de moins de cinq ans. La région africaine compte à elle seule 80% des cas rapportés et 90% des décès dus au paludisme suivant le rapport l’Oms de 2015. Il sied de signifier que par ordre d’importance, la Rdc occupe le 2eme rang en termes de mortalité palustre dans le monde. Suivant le rapport du Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) de 2014, près 9 millions de cas ont été enregistrés avec près de 25 milles décès.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse