My Weblog: kutahya web tasarim umraniye elektrikci uskudar elektrikci umraniye elektrikci istanbul elektrikci satis egitimi cekmekoy elektrikci uskudar kornis montaj umraniye kornis montaj atasehir elektrikci beykoz elektrikci

Auteurs Articles de La Rédaction

La Rédaction

13794 ARTICLES 0 COMMENTAIRES
Toute l' actualité congolaise en un clic

par -
0 641

Les membres de l’Assemblée plénière de la CENI visitent les BRTC

Ce sont les BRTC de Limete et de N’sele qui ont reçu la visite des membres de l’Assemblée Plénière de la CENI présent à Kinshasa, sous la conduite du Vice-président de la CENI, M. André Mpunwe Songo, hier lundi 18 mai 2015 dans la ville de Kinshasa. Il ressort de cette visite le constat de la poursuite normale des opérations de dépôt et de réception des dossiers des candidatures à une semaine de la fin des opérations.

A l’issue de la visite, le Rapporteur de la CENI a indiqué que « pour les BRTC de Kinshasa, près de 4.315 formulaires et 1.108 note de perception de la DGRAD ont été retirés, pour une ville qui ne compte que 44 sièges à pourvoir dont 4 à coopter, cela est encourageant et vu que les habitudes sont celles que les gens viennent toujours à la dernière minute, nous espérons que d’ici la fin de cette opération le lundi 25 mai 2015, les statistiques vont s’améliorer. C’est la raison pour laquelle nous invitons ceux qui hésitent encore qu’ils leur restent encore une semaine pour ce faire. De plus à la clôture des opérations le 25 mai 2015 à 16h30, les jetons seront remis à ceux qui se trouveront dans la file d’attente et c’est seulement ces derniers qui seront reçus jusqu’à épuisement des jetons », a-t-il déclaré à la presse.

Le Rapporteur de la CENI a justifié le report de la date initiale de clôture prévue le 5 mai 2015 pour le prolonger jusqu’au 25 mai 2015 prochain, par le fait que la CENI a voulu que chaque candidat aille déposer les dossiers dans sa circonscription et non dans les chefs lieux des territoires comme cela fut le cas en 2011. Il appartient à tous les candidats de mettre les stratégies en place pour déposer les dossiers dans les meilleurs délais, car il n’y aura pas une autre prolongation, a-t-il soutenu.

Les dépôts des dossiers de candidature se poursuivent dans les différents territoires de la RDC dans les Bureaux de Réception et Traitement des Candidatures (BRTC)

Il sied de noter qu’au total, 6.737 formulaires ont été retirés dont 5.404 par les Partis politiques; 106 par les Regroupements politiques ; 1227 par les Candidats indépendants. Par contre, 352 dossiers pour le compte des Partis politiques, 5 pour les Regroupements politiques et 74 pour les indépendants, soit 431 dossiers de candidatures ont été déjà déposés en bonne et due forme, à la date du 16 mai 2015,   dont 11% des femmes.

Pour rappel, la circonscription électorale dans les provinces, c’est la Ville et le Territoire. Tandis que pour la ville de Kinshasa, c’est la commune. Globalement, ce scrutin vise 20 anciennes villes, 145 territoires de la RDC et 24 communes de Kinshasa, soit au total, 189 circonscriptions. Le nombre de sièges pour les provinciales 2015 est fixé à   711 sièges éligibles. A cela, il faut ajouter 69 sièges à coopter.

L’URD et la DPM adhèrent officiellement au processus électoral

Le Président Roger Mwamba Mulumba de l’Union pour la restauration et le développement (URD) vient de signer officiellement le Code de Bonne Conduite des Partis politiques en période électorale en République Démocratique du Congo et un mandataire du Parti Politique La Dynamique des Patriotes Militants (DPM) a signé le Protocole d’accord instituant le Comité de Liaison entre la CENI et les Partis Politiques. C’était le lundi, 18 mai 2015, à la Maison des Elections (Ex-Kin Mazière), qu’a eu lieu cette cérémonie de haute facture électorale.

A ce jour du 18 mai 2015, les données statistiques de la CENI montrent que sur les 479 Partis politiques reconnus en RDC 340 Partis Politiques ont apposé leurs signatures sur le Code de Bonne Conduite des Partis Politiques et 626 mandataires des partis politiques ont signé le Protocole d’Accord instituant le Comité de Liaison entre la CENI et les Partis Politiques. C’est par la poignée des mains scellant les liens de collaboration entre les deux parties qu’a pris fin la cérémonie de signature à la Maison des élections.

(JMNK)

par -
0 893

Couple ayant adopté un enfant congolais. Ici, lors de la fête des familles adoptives 2015. France, le 16 mai 2015

Selon une source proche du dossier, ils seront une cinquante à rejoindre leurs parents dès la première quinzaine du mois de juin prochain. Une prévision logique, dictée par l’urgence et les moyens que le gouvernement congolais a décidé d’affecter, depuis le 24 avril dernier, au traitement des dossiers des enfants congolais régulièrement adoptés par les étrangers.

Deux ans après le moratoire imposé par la Direction Générale de Migration (DGM) sur la sortie du territoire congolais de ces enfants, Evariste Boshab, Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, qui a dirigé la réunion interministérielle du 24 avril dernier, appelée à se pencher sur cette suspension de voyage, veut aller vite et a opté pour le cas par cas. Rappelons qu’une commission a été constituée, le même jour et séance tenante.

Commission à qui il a été demandé de vérifier, en deux mois, l’authentification des jugements contenus dans 1300 dossiers concernés, ainsi que leur conformité à la procédure congolaise. Mais au nom du principe de la continuité, les dossiers qui étaient déjà passés en commission, il y a un an, ne subiront pas un double examen. Ce qui fait dire à un membre de la nouvelle commission, qui a requis l’anonymat, que « 40 dossiers concernant 50 enfants seront libérés avant la fin du mois de mai 2015. Et les premiers départs interviendront début juin ».

La vérification de l’authenticité des jugements produits apparaissait indispensable. Il résulte, en effet, des différentes enquêtes, menées par la Direction Générale de Migration, et rendues publiques, que certains dossiers litigieux contenaient des jugements rendus en fraude et en violation de la procédure congolaise en la matière. Ce travail de vérification devrait commencer ce lundi. Les ambassades des pays touchés par le moratoire ont été invitées, depuis le 12 mai, à déposer les dossiers complets de leurs ressortissants visés par la mesure conservatoire de la DGM.

(Jules Kidinda)

par -
0 825
  1. Yav, M. Kabwelulu et N. Ngudianga attendus dans 72 heures au Sénat

Face aux préoccupations de sénateurs sur la gestion du secteur minier en RD Congo, au cours de la plénière d’hier à la Chambre haute du parlement, le ministre des Finances, Henri Yav Mulang, au nom de ses homologues du Commerce et des Mines invités au Sénat, a demandé un délai de 72 heures pour leur permettre de préparer des réponses appropriées et réunir ainsi des documentations nécessaires. La requête lui a été accordée par le Président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo.

En effet, trois ministres du Gouvernement de Matata Ponyo, respectivement des Finances, Henri Yav Mulang ; du Commerce, Néfertiti Ngudianga Bayokisa et des Mines, Martin Kabwelulu ont répondu à l’invitation du Sénat, concernant la question orale avec débat du sénateur David Mutamba Dibwe, relative aux droits, taxes, redevances payés à l’exportation des produits miniers marchands. Dans le même ordre d’idées, auparavant, l’auteur de la question orale, le sénateur David Mutamba, a renseigné l’assistance sur l’importance du guichet unique, qui du reste, a fait remarquer l’orateur, n’est pas respecté. En effet, le guichet unique simplifie le mode de payement avec une très grande transparence pour éviter le coulage des recettes.

La ministre du Commerce, Néfertiti Ngudianga, a reconnu qu’il existe sur le terrain une taxe du commerce extérieur qui du reste, n’est pas émise par son ministère et que celle-ci est perçue en toute illégalité. D’autres membres du Gouvernement ont évoqué des mesures d’assainissement du secteur minier. Ils n’ont pas manqué d’évoquer des mauvaises pratiques à décrier. Pour le ministre des Mines, Martin Kabwelulu, l’importance du secteur minier constitue l’attraction de plusieurs opérateurs. Il faut donc des mesures d’assainissement.

Au cours de leurs interventions dans un débat houleux autour de la gestion du secteur minier, les sénateurs ont constaté la multiplicité des taxes dans les frontières nationales, l’échec du guichet unique, l’application illégale et frauduleuse d’une taxe du commerce extérieur, la corruption et l’invasion fiscale, l’octroi abusif de carrés miniers  et autres griefs qui violent les idéaux de la bonne gouvernance.

Les sénateurs ont fait remarquer qu’il existe une taxe de commerce extérieur. Celle-ci n’est pas reprise dans la nomenclature des taxes. Et si elle existe, les recettes sont versées dans quel compte ?

Le Sénateur Djoli a dénoncé la corruption et l’évasion fiscale avec la multiplicité des taxes dans le secteur minier qui échappent aux comptes de l’Etat. Le sénateur Mulaila a révélé pour sa part que les bénéficiaires de carrés miniers ne sont pas connus. « Donnez des titres à ceux qui contribuent au développement local », a clamé l’orateur, avant de dire que cela part d’un constat. L’environnement de ces carrés miniers pour la plupart connaît une grande pauvreté. Ces zones d’extraction des produits ne contribuent pas au développement local.

Le sénateur Ramazani a soutenu cette question orale qui a fait la lumière sur le disfonctionnement du secteur minier en RD Congo, caractérisé par une megestion. Alors que le budget de l’Etat avoisine 9 milliards Usd, le secteur minier mobilise un peu plus de 41 milliards de recettes. L’Etat ne bénéficie que d’un milliard. « Cette megestion touche à un problème de bonne gouvernance…Nous atteignons les limites de l’acceptable… », a constaté l’orateur. Pour lui, dans les cas de taxes illégales, il n’est pas question de les supprimer, mais de sanctionner les acteurs. Les taxes n’atterrissent pas dans les caisses de l’Etat.

A l’intention du ministre des Finances, le Sénateur Siluvangi est revenu sur le résultat du séminaire sur le coulage des recettes. Il veut savoir qu’elle est le niveau de l’application des recommandations dudit séminaire. Concernant la ministre du Commerce, ce sénateur a dénoncé que les petits commerces sont envahis par les expatriés. « Ils ne se gênent pas d’utiliser des droits d’appellation »… L’orateur a fait allusion au couplage dans l’appellation de certains établissements de commerce. La nomination d’un nom congolais rattaché à celui d’un étranger. Est-ce que c’est une faire valoir dans loi sur le commerce de détail ? Le sénateur Mokolo, membre du bureau a fait savoir à l’assistance que 15% des recettes minières rentrent dans le trésor public contre 85 % qui s’évaporent dans la nature.

(Saint Hervé M’Buy)

par -
0 669

Comme d’aucuns ne l’ignorent, la province du Katanga est depuis un certain temps, le théâtre des violences intercommunautaires entre les Luba et les groupes pygmées. Lesquelles violences ont forcé plus de 800.000 personnes à fuir leurs contrées pour d’autres. Ce lourd bilan du déplacement massif des populations n’a pas laissé indifférent le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, Martin Kobler, qui est allé personnellement à la rencontre de ces deux communautés en conflit, ainsi que des autorités politico-administratives et sécuritaires de cette partie du pays, pour d’éventuelles discussions. Ce, en vue de trouver des solutions de paix qui s’imposent. Signalons que ce conflit débordant et sanglant a déjà fait plus de 200 morts depuis janvier2015.

Martin Kobbler est arrivé sur place, hier dans l’après-midi, dans le territoire de Nyunzu, dans la province du Katanga, fortement touché par ce conflit dans la future province de Tanganyika où il a coprésidé avec le ministre provincial de l’Intérieur, Juvénal Kitungwa, une réunion du comité de sécurité de Nyunzu. Après quoi, il a visité les sites des déplacés pygmées et Luba, avant de rencontrer les leaders de ces deux communautés.

A sa descente de l’hélicoptère, Martin Kobler a été accueilli par le 19ème bataillon béninois de la force de la Monusco basé à Nyunzu auprès de qui, il a reçu des explications nettes sur la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans ce territoire. Laquelle situation est marquée par un profond conflit communautaire ayant débordé avec fortes violences entre les communautés Luba et les groupes pygmées. C’est une situation très délicate qui a causé beaucoup de problèmes dans la contrée dont le déplacement massif des populations, les viols des femmes, etc. Et ce, en plus de divers difficultés d’ordre logistique.

Cela inquiète les soldats de la paix qui ne préconisent que le dialogue politique inclusif comme seul solution durable. Accompagné du ministre provincial de l’Intérieur, des autorités politico-administratives, militaires et policières locales, ainsi que des représentants des agences du système des Nations-Unies telles le Pam, Ocha, Unicef, Pnud, … le Représentant de Ban Ki moon a présidé une réunion de sécurité . Au cours de cette réunion, il a encouragé les parties en conflit à promouvoir la paix, à s’entendre et à oublier leurs différends pour une cohabitation pacifique. Car, a-t-il dit, la vraie richesse d’un pays, c’est sa population. Aussi, il a tenu à rencontrer la société civile et les notables de Nyunzu. Son agenda prévoit le déplacement vers le territoire de Manono et Mitwaba pour la même cause.

(Depuis Nyunzu, Lepetit Baende)

par -
0 745

Courant politique à l’initiative du député national Steve Mbikay, la Nouvelle Classe politique et Sociale, qui veut faire la politique autrement après le constat fait chez certains opérateurs politiques de mèche avec l’extérieur, n’attend pas s’aligner sur cette voie de la perdition. Car, le Président national du Parti Travailliste, va rendre demain au siège de son parti PT, sa déclaration politique en rapport avec le dialogue politique.

Pour rappel, lors de la sortie officielle de ce courant politique, Steve Mbikay déclarait que l’initiative de la Nouvelle Classe Politique et Sociale qui s’inscrit dans la logique de la lutte de nos pères tels que Simon Kimbangu, Patrice Emery Lumumba et la Dona Kimpa Vita, consiste à éveiller la conscience des Congolais face à une barbarie qui n’a plus son nom, crime commis par l’Occident vis-à-vis de ces illustres personnalités, dont le député national souligne avec force en ces termes : « si l’holocauste juif et le génocide arménien ne sont pas oubliés, pourquoi devons-nous oublier ce génocide congolais ? Un jour viendra où nous ouvrirons un contentieux avec la Belgique qui devra réparer ce préjudice. Un jour viendra où les comptes seraient demandés à cette même Belgique concernant la mort de Simon Kimbangu et celle de Patrice Emery Lumumba. Voilà l’histoire que nous devons enseigner aux enfants du Congo, au lieu de leur enseigner l’histoire de la Française Jeanne d’Arc dit « La pucelle d’Orléans », a dit Steve Mbikay. Dans la même logique, elle parle avec insistance d’enseigner l’histoire de Kimpa Vita dite Ndona Béatrice, de sorte que nos enfants doivent savoir qu’il y a plus de 3 siècle qu’elle déclarait : « Le Kongo doit recouvrer son intégralité et sa splendeur passée et renouer avec sa tradition culturelle bafouée depuis l’arrivée des occidentaux ».

Dans la même optique, Steve Mbikay souligne qu’il faut mettre fin à l’acculturation de l’homme africain, et lorsque la Nouvelle Classe Politique et Sociale dont e PT en tête seront au pouvoir, nos quatre langues nationales deviendront des langues officielles. Ainsi donc, la NCPS vient lutter pour la reconstitution de l’identité du Congolais en particulier et de l’Africain en général. « La Nouvelle Classe Politique et Sociale va lutter pour créer une fierté nationale qui amènera la génération actuelle et les générations à venir à dire non à l’acculturation et à la colonisation mentale du peuple congolais en particulier et du peuple africain en générale », a-t-il insisté.

Dans sa plaidoirie, le député national PT n’a pas ménagé d’effort lorsqu’il affirme que cette dépendance fait que dans tous les domaines, scientifiques, économiques, politiques et culturelles, l’africain a les yeux tournés vers l’extérieur ! « Et comme le poisson ne commence à pourrir que par la tête, les chefs d’Etats africains prêchent par un mauvais exemple ! Vous n’avez qu’à voir comment l’année passée, Obama les avait invités à Washington, leur parlant du haut de son podium comme parlant à ses gouverneurs », a-t-il rafraichi la mémoire des militants et militantes de la Nouvelle Classe Politique et sociale.

(Pius Romain Rolland)

par -
0 767

*Cyclisme

La RDC termine 2è au classement général par équipe au Tour du Togo

  • Au Nord-Kivu, Samuel Mwanu Hehere a remporté la 1ère édition du Tour de la Paix et de l’environnement

La 24è édition du Tour du Togo s’est clôturée en beauté le dimanche 17 mai 2015 en présence de M. Sylvestre Motayo, président de la Fédération Congolaise de Cyclisme ‘’Fécocy’’ qui a effectué le déplacement au pays d’Eyadema. Le moins que l’on puisse dire est que la participation des cyclistes rd congolais a été brillante. La RDC a glané deux trophées dont un pour avoir terminé 2è au classement général aux points et une coupe de meilleur coureur sur la combativité. Le maillot jaune a été remporté par le Burkinabé Mimoungou Omar.

Rappelons que les Rd congolais ont réalisé des performances inouïes à ce Tour du Togo qui restera gravé dans les annales du cyclisme RD Congolais.

A la 1ère étape courue le lundi 11 mai

Dukwa Bumba Fiston a occupé la 5è place sur 72 coureurs. Il a gagné le meilleur prix de l’intégration.

2ème étape courue le mardi 12 mai

Le rd congolais Dukwa a récidivé en occupant la 5è place. Ici, il a gagné le prix de la combativité.

3è étape courue mercredi 13 mai

A la 3è étape courue entre Niamtougou-Basar 103 km, Dukwa a terminé 2è derrière le ghanéen Amin Samuel avec un temps de 2h50’56’’ et une moyenne de 36,4 km/h.

4è étape, Dukwa était classé 2è. A la 5è étape, Mayele Djani a terminé 2è. Et à la 6è étape, Mbungu Orly s’est classé 3è. Un autre rd congolais était parmi les 10 premiers.

*Au Nord-Kivu, Samuel Mwanu Hehere a remporté la 1ère édition du Tour de la Paix …

Samuel Mwanu Hehere a remporté en solitaire la 1ère édition du Tour de la Paix et l’Environnement dénommé ‘’Grand Prix du changement climatique organisée par M. Spraya Mwana Bwato du 16 au 17 mai 2015 à Goma avec l’appui de l’ONG internationale WWF.

Au total, 27 coureurs dont une fille Sarah Mayani, un de Kisangani et 5 de Bukavu avaient pris le départ à 10h00. Samuel Mwanu Hehere a bouclé les 147 km en 3h42’52’’ suivi de Jacob Kamasua en 3h44’20’’. Kasereka Mahamba a occupé la 3è place en couvrant le parcours en 3h52’21’’ et Ishara Daniel a terminé 4è en réalisant 3h58’40’’. La fille Sarah Mayani a été plébiscitée révélation du Tour pour avoir parcouru 78,4 km tandis que le cadet âgé de 11 ans Privilège Mwana Bwato a réalisé 98 km soit 10 tours sur les 15 prévus en circuit fermé de 9 km et 8 mètres.

Il faudra noter que tous les lauréats sont du Nord-Kivu. Les coureurs de Bukavu et celui de Kisangani n’ont pas tous atteint l’objectif ainsi que quelques coureurs du Nord-Kivu suite aux multiples abandons liés aux crevaisons et au mauvais état de matériel.

 

 

*Volley-ball

Espoir (M) et Police (D) au-dessus du lot à la phase aller de l’Euvokin

Comme souligné dans notre édition d’hier, la phase aller du championnat de l’Entente Urbaine de Volley-ball de Kinshasa ‘’Euvokin’’ a pris fin dimanche 17 mai au terrain Mikasa Olympique de Bandal. Chez les dames, Police a terminé 1ère avec 13 points et chez les messieurs, Espoir a réalisé le maximum des points 18/18.

Résultats enregistrés Dimanche 17 Mai :

Ouragan-Police (D) : 0-3 (20-25, 22-25,20-25)

Free Boys-New Espoir (M) : 0-3 (8-25,17-25,15-25)

Espoir-Mwangaza (M) : 3-0 (25-19,25-19,25-19)

  1. Club-Canon (D) : 2-3 (2-3 (25-23,23-25,25-23,16-25,7-15).

*Ce qu’ils ont déclaré

-Thomas Mukuidi (coach Espoir) : ‘’Ce fut un match âprement disputé. Tactiquement, on a eu à contrer la stratégie de Mwangaza. Notre bilan est positif, on a perdu qu’un seul set face à Force Terrestre. A la phase retour, nous essayerons de nous améliorer pour atteindre l’objectif de ne pas perdre un set’’

-Swaleh Omari (coach Mwangaza) : ‘’On ne s’attendait pas à la défaite. Je ne m’attendais pas à la prestation d’aujourd’hui de mes joueurs. Par rapport au match précédent, notre prestation n’était pas très bonne. Quelques athlètes n’ont pas donné. Dans l’ensemble, l’équipe n’a pu prester au niveau que je voulais. Espoir a eu beaucoup de réussites au service. Et leurs attaquants avaient beaucoup de réussites. Nous, on a beaucoup péché. Ce qui est sûr, Mwangaza doit renforcer l’effectif d’un ou de deux joueurs. Il y a des matches où on doit avoir chaque joueur à son poste. On a notre joueur Lobota Sapeur qui ne joue pas on ne sait pas pourquoi. Nous espérons une suite favorable à la phase retour’’.

-Thomas Mukuidi (Coach Canon de N’Djili) : ‘’V. Club est une grande équipe. Il fallait jouer serré. Trouver la tactique juste. A l’avenir, on doit travailler le mental des joueuses pour que nous soyons toujours performants’’

-Ilonga (coach V. Club) : ‘’On s’est préparé pour gagner. Les filles ont respecté les consignes. Mais aux derniers sets, elles étaient fatiguées’’

-Charles Mananga (Secrétaire exécutif Euvokin) : ‘’Le niveau du championnat était élevé surtout chez les messieurs. On attend la réunion d’évaluation pour fixer la date du démarrage de la phase retour’’

Classement 9è Journée Messieurs

  1. Espoir 18 pts, 2. Mwangaza 17 pts, 3. F.T 16 pts, 4. Police 14 pts, 5. G.R 13 pts, 6. Olympic 12 pts, 7. Free Boys 11 pts, 8. New Mwangaza 11 pts, 9. New Espoir 10 pts, 10. Révolution 8 pts

Classement 7è journée Dames

  1. Police 13 pts, 2. DCMP/K 13 pts, 3. Canon de Ndjili 12 pts, 4. Ouragan 10 pts, 5. Le Prosport 10 pts, 6. V. Club 9 pts, 7. Pijec 8 pts, 8. La Gracia 7 pts.

*Golf

Le dimanche 17 mai au Cercle Golf Club de Kinshasa

Clôture en beauté du 17è Open de Kinshasa sponsorisé par Vodacom et BCDC

120 Golfeurs venus de divers horizons ont participé du 15 au 17 mai au Golf Club de Kinshasa au 17è Open de Kinshasa dans 4 catégories.

Sponsorisée par Vodacom et BCDC, une voiture de marque Honda était mise en jeu pour ce 17è Open de Kinshasa. Mais personne n’a réussi le ‘’Hole in one’’ ou Trou en un coup.

En attendant la publication de tous les résultats qui seront rendus publics ce mardi 19 mai, signalons que le classement pour la catégorie pro se présente comme suit :

1er Gérard Greesse

2è Mobelengo Willy

3è Kafumpa Augustin.

Nous y reviendrons.

(Une Sélection d’Antoine Bolia)

par -
0 1066

Au cours d’un entretien avec la presse congolaise le week-end dernier, le personnel de l’Hôpital de référence de N’Djili situé dans la commune qui porte ce même nom au quartier 7, sollicite à haute voix la main du gouvernement au sein de cette institution, inique l’Agence congolaise de presse.

Il ressort de cet entretien que ce dernier attend du gouvernement une réhabilitation sur l’ensemble de cet hôpital et dans presque tous ses départements.

Le personnel de cette institution déplore beaucoup de réalités vivantes et sur plusieurs plans. Ce, entre autre, le manque effectif du matériel médical approprié, des couveuses et des bonbonnes, l’insuffisance de lits par rapport au nombre de malades en observation, ainsi que l’utilisation du matériel de laboratoire installé qui est à l’état de vieillesse installé depuis 1968.

C’est ainsi que dans le même ordre d’idées, Dr Jean-Paul Mbuyi, médecin traitant dans cet hôpital, à son niveau saisit l’occasion pour dénoncer la situation de la conservation des corps à la morgue de cet Hôpital qui ne se fait pas du tout dans de bonnes conditions à cause de l’instabilité du courant électrique.

En effet, ces coupures intempestives de l’énergie électrique, constitue une menace pour le bon fonctionnement de l’Hôpital en général, et pour la conservation des corps en bon état dans la morgue en particulier.

D’où, cette formation médicale est dans l’attente de l’appui du gouvernement congolais dans le plus bref délai. Car, la médecine marche de paire avec l’hygiène. La médecine a ses exigences et surtout sur le plan hygiénique, qui demande les soins des matériaux utilisés.

Cet appel est destiné aussi plus à la Société Nationale de l’Electricité ( SNEL), pour remédier à cette situation des coupures intempestives du courant. Cela pour mettre en sécurité tous les services existant au sein de cette institution.

Signalons que l’Hôpital de référence de N’Djili, existe depuis en 1952. Il est donc sexagénaire. Il est beaucoup plus sollicité pour ses services de maternité, de médecine interne, de banque du sang, de pédiatrie et de  chirurgie. Mais actuellement, il se trouve dans un état de délabrement avancé qui laisse à désirer.

L’opinion de cette commune se demande pourquoi le ministère de tutelle ne propose pas des crédits budgétaires adéquats pour réhabiliter cette formation hospitalière qui aide la population de cette commune et des environs. Elle espère que l’appui du gouvernement qui est sollicité ne se fera pas attendre pendant longtemps. Car, la santé est un trésor. La santé des Congolais du coin constituent un facteur de développement pour le pays.

(Charlie Muepu/ stagiaire)

par -
0 1080

DG Kimbembe Mazunga : « La reprise du trafic va favoriser la promotion du tourisme… »

L’imposant bateau ITB Kokolo a accosté hier à Kinshasa , avec à son bord 800 tonnes de marchandises , après avoir fait en ‘escale’ vers Maluku durant la commémoration des festivités du 17 mai. La flotte venait de quitter le terminal de Kisangani, chef–lieu de la Province orientale. Au cours d’un entretien avec la presse, M. Kimbembe Mazunga, Directeur général de la Société congolaise des transports et des ports (SCTP), a félicité le gouvernement provincial et la population « boyomaise », celle de la ville cosmopolite de Kisangani, pour la mobilisation et l’accueil réservés à l’ITB Kokolo. « Ce qui est certain est que la reprise du trafic sur le fleuve Congo va également favoriser la relance du tourisme, un atout capital du développement de la RDC… », a-t-il souligné. Ceci est d’autant plus vrai que le Congo, ce n’est pas seulement une étendue géographique à parcourir par bateau pour permettre l’évacuation des tonnes de vivres, mais aussi un paysage à admirer, la faune et la flore.

Le DG Kimbembe Mazunga a saisi cette occasion, pour exhorter la population de la Province orientale à s’approprier ce patrimoine national, conçu pour acheminer les fruits de leurs travaux vers les grands centres de consommation. C’est notamment du gibier, des poissons fumés et salés, des fruits, du maïs, du manioc, d’arachide, de l’huile de palme, … En somme, les produits champêtres dans leur diversité, en quantité et en qualité.

Le tonnage à bord représentait plus de la moitié de la capacité du bateau, en attendant l’étape de Mbandaka, ont rapporté des voyageurs avisés.

L’exploitation fluviale dans le contexte de la révolution de la modernité

Le fleuve Congo, cordon ombilical du pays, doit être mis en valeur en tant que patrimoine de première heure. Dans cet ordre d’idée,                                 l’exploitation fluviale est sans conteste un gage du développement économique pour plus d’une raison. C’est le cas du rapprochement des communautés (interprovinciales), des échanges qui contribuent à la force intérieure d’un Congo qui se veut effectivement grand. Ce pari tient, non pas par référence à quelque configuration géographique, mais par la conscience intérieure d’un grand peuple. C’est à juste titre qu’en son temps, feu l’illustre M’Zee Laurent-Désiré Kabila exprimait son credo en ces termes : « Le Congo est conscient de son rôle dans le concert des nations ». La capacité d’assurer la jonction entre les différentes communautés intérieures, les gens sont en mouvement. Les pêcheurs doivent être dotés des moyens d’un rendement maximal. Tout compte fait, L’ITB KOKOLO c’est une mission accomplie. Et un appelle deux selon la sagesse, les autorités ont promis de se pencher utilement sur l’ITB GUNGU. Le pari de redonner vie à chaque port sur le fleuve.

Evacuation rapide et massive des produits

L’évacuation rapide et massive des productions de l’intérieur est remarquable et encourageante. Avec 800 tonnes, dans le cas d’espèce, le bateau vient inonder le marché local. De quoi rassurer les consommateurs locaux, en occasionnant, le cas échéant, la baisse des prix. Ceci pour que le discours « Consommons congolais »  ne demeure guère un slogan.

Car la RDC a une vocation agricole, avec une multitude des cours d’eau, et serpentée par le fleuve Congo. « A quoi servirait–t-il d’avoir cet avantage naturel si l’on ne sait pas évacuer les productions pour les acheminer vers les milieux de grande consommation, c’est ça le sens de l’exploitation fluviale », s’est exclamé un père de famille, au vu de l’TB KOKOLO en accostage. Comme on le comprend, il est encourageant de saluer ces débuts et favoriser l’expertise locale en navigation. Il reste maintenant à mettre en confiance le personnel naviguant, pour que les uns et les autres donnent le meilleur d’eux-mêmes.

(Franck Ambangito)

par -
0 744

Le bouillant chorégraphe professionnel Lambio Lambio , responsable du ballet Vijana se démerde, remuant ciel et terre, pour la réussite du concert d’anniversaire de l’orchestre T.P Ok Jazz du regretté François Luambo Makiadi Franco. La commémoration prévue pour le 6 juin prochain, chez Mama Kulutu à Kasa – Vubu. Il a initié des séances des répétitions en faisant un rappel des troupes de quelques compères musiciens à l’instar de Joss Diena, Anthony Sampaïo, Manda Chante, Alain Mpela, Prof Jules Kibbens et autres … Reste à savoir s’ils ont réellement donné leur accord. La cérémonie va se passer avec l’accompagnement de l’orchestre O.K Jazz, actuellement supervisé par Emongo Luambo et coordonné par l’impresario Manzenza. L’on se souviendra que le spectacle « Lambio chante Luambo » initié par le chorégraphe, a été maintes fois reporté pour des raisons d’ordre organisationnel. Dans le passé, en effet, Lambio Lambio a eu à collaborer avec feu le Grand maître Luambo Makiadi, notamment pour la monture du spectacle chorégraphique du T.P O.K Jazz. Un regard sur l’histoire renseigne, à cet effet, que c’était lors de la production de cet orchestre en Hollande.

(Franck Ambangito)

par -
0 682

Le « Nkumu » Manda Chante

En attendant la sortie de « Je suis », son nouvel album très attendu par ses fans, le chanteur Nkumu Manda Chante, président de l’orchestre Wenge Référence vient de trouver « refuge » au restaurant Mam’Africa localisé dans la commune de Limeté Funa, (sis entrée TP). Il nous revient que l’ancien sociétaire du groupe El Paris réalise draine du monde à faire courber des sceptiques. Ce qui, de bonne augure, présage le succès de son œuvre en gestation, qui ne manquera pas d’égaler ses tubes tels « Celina », « Onction » ou encore « Bouclage ». Avant de débuter ses séances de répétions, le Nkumu Manda Chante a immortalisé le chanteur Ntesa Dalients du Tout Puissant O.K Jazz et les Grands maquisards à travers un concert fort réussi, « Manda Chante (chante) Ntesa Dalients ».

En cet endroit, Manda Chante succède à Brigade Sarbaty. Mam’Africa constitue également le siège des réunions pour des groupes folkloriques de la RD Congo piloté par l’Empereur Lelimba Wa Kutshila des ‘Bayuda du Congo’.

(Franck Ambangito)