Auteurs Articles de La Rédaction

La Rédaction

11741 ARTICLES 0 COMMENTAIRES
Toute l' actualité congolaise en un clic

par -
0 862

Le chanteur Fabrice Mbululu connu sous le sobriquet de « Fabregas » du label Koffi Central, devra effectuer en début du mois de juillet courant une tournée africaine, sa deuxième sortie internationale, par une production à Luanda en Angola, où il est attendu avec impatience, a-t-on appris de son entourage. En transit pour l’Afrique du Sud, avant ce déplacement, celui qui se surnomme « le métis noir » doit agrémenter la fête du 55èmeanniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo  du 26 au 28 juin 2015 dans la ville de Lubumbashi (province du Katanga) pour le compte d’un groupe d’hommes d’affaires. Depuis la sortie fracassante de son tube « Mascarade » avec le cri et danse « Ya mado » en fin d’année 2014, «  Fabregas » fait l’objet de plusieurs sollicitations. Cette œuvre originale a ouvert la voie à la nouvelle génération promettante dans la défense de la musique congolaise. Comme on peut le constater, notre pays ne manquent pas de talent.

La rumba congolaise, bien qu’elle ait perdu son éclat d’antan, revient au galop sous une autre forme, transformée en rumba métissée coupé-décalé. Le succès de « ya mado » s’est imposé en   marque de l’impression des tissus et modèle de couture actuellement à la mode à Kinshasa.

(Franck Ambangito)

par -
0 700

Contrairement aux rumeurs, Joli Mubiala, le jeune frère à King Kester n’est pas écarté du jeu, il prendra bel et bien part aux concerts ‘Hommage à King Kester ‘ que devront donner les anciens musiciens de Victoria Eleison rassemblés à Paris en France, fixés du 16 au 20 août 2015 notamment deux spectacles à Kinshasa, un concert à Matadi et un autre à Kikwit (Kongo Central ). Cette précision nous a été donnée par un des organisateurs en commentant : « Ce sont principalement les musiciens qui ont chanté avec King Kester Emeneya n’ayant pas eu l’occasion de voir de visu la dernière demeure du disparu… Sans exception aucune, Joli Mubiala est d’ores et déjà associé à la fête… ».

Dans la délégation qui fera le déplacement Paris –  Kinshasa, figurent cinq musiciens entre autres Moulo Scanto, le guitariste Auguy Lutula, Safro Mazangi, Ade Lokela et M. Bass qui seront accompagnés de trois membres du comité d’organisation. En plus de Joli Mubiala qui venait de mettre en place une nouvelle ossature, préparant déjà une chanson au studio, les « Victoriens » de Kitambo  Dream Team Dream Band version « This is me » y feront également partie.

(Franck Ambangito)

par -
0 1134

Hervé Ferré Gola Bataringe dit « jésus des nuances, douze malins » et Héritier Wata se surnommant « Boss live le magma maître supérieur », sont les deux invités de Bill Clinton Kalonji qui fête ses 10 ans de fidélité à son sponsor et ses 20 ans de carrière musicale. Ce natif de Ngiri-Ngiri , considéré comme l’animateur musical le plus populaire de tous les temps en République Démocratique du Congo, a pensé à ses deux anciens compères de Wenge Musica Maison Mère avec qui il va agrémenter ce double anniversaire. Le programme se résume premièrement en un match de football loisir qui va opposer son orchestre « les Samouraï » à celle de la presse sur le terrain de la RTNC (ex-Ocal’ dans la commune de Lingwala. Spectacle à l’espace Roméo Golf de la Gombe le lundi 29 juin 2015 à 18 heures. Tandis que le mardi 30 juin, Mc Intoch donnera un concert populaire au marché de la liberté à Masina dans le district de la Tshangu. Avec comme invité du rire Evala vala

, du groupe Chic Choc Loyenge du comédien musical Ngadiadia Ngadios , en provenance de Londres où il réside habituellement.

(Franck Ambangito  )

par -
0 458

Comme d’aucuns ne l’ignorent, la 3è édition du Tour cycliste international de la République Démocratique du Congo appartient désormais à l’histoire depuis le dimanche 21 juin dernier.

Cette édition, comme les précédentes du reste, a rehaussé davantage le prestige de la RDC sur l’échiquier continental et international et celui de la discipline sportive qu’est le cyclisme. Les hommes normaux dans pareille circonstance font l’évaluation et tirent des leçons pour l’avenir.

Témoin oculaire de ce grand événement qui a connu la participation de trois pays européens et 10 d’Afrique, nous avons recueilli des éléments inconnus du grand public qui méritent d’être dévoilés sur la place publique.

Parmi ces éléments, les trois équipes alignées par la RDC ont utilisé des vélos de trois qualités différentes : 1ère qualité : vélos professionnels d’occasion. 2è qualité : des vélos professionnels neufs et enfin 3è qualité, des vélos amateurs.

L’équipe A de la RDC avait utilisé des vélos pros d’occasion achetés cette année. L’équipe B avait utilisé des vélos pros et des vélos La Pierre anciens achetés au 1er tour. Et enfin, l’équipe C avait utilisé des vélos amateurs et des vélos La Pierre.

Au Centre mondial de l’Union Cycliste internationale ‘’UCI’’ d’Afrique du Sud où ils ont passé deux mois de stage, les cyclistes rd congolais ont évolué avec des vélos de marque Luc de bonne qualité et chacun d’eux a pu s’habituer avec ces engins. Le souhait général était de voir ces athlètes recourir aux mêmes vélos. Malheureusement, certains ont utilisé des vélos qu’ils n’avaient jamais utilisés avant la 3è édition du tour cycliste international de la RDC.

Le cyclisme est une discipline mécanique qui requiert beaucoup de compétence. Le formateur de l’UCI en Afrique du Sud avait déclaré que les rd congolais étaient très forts au point de l’impressionner car les résultats scientifiques au centre étaient très bons.

Il faudra noter que le cyclisme est différent du football où la rencontre dure 90 minutes. Mais, le cyclisme prend des heures et les efforts sont triplés voire quadruplés…Pour que le cycliste fasse de bons résultats, il faut un temps assez long. Le formateur en RSA ne cessait de dire aux cyclistes que pour avoir les résultats, il faut que l’athlète accomplisse au moins 10 ans de formation.

La RDC a la chance parce que son équipe nationale est truffée des athlètes dont la plupart ont l’expérience et ont participé à plusieurs compétitions internationales. Cependant, il leur faut une dose suffisante sur le plan moral.

Pour revenir au Tour de la RDC, le niveau des athlètes alignés à la 3è édition était plus élevé que lors des deux précédentes éditions. Il faut souligner ici qu’au niveau africain, c’est le tour qui paie le mieux.

Des points positifs ont été enregistrés côté hébergement et restauration reste. Quant au niveau technique, des problèmes se sont posés à propos du classement général dès la 1ère étape. A l’avenir, des dispositions spécifiques doivent être prises pour que la situation ne se répète plus.

Quant à la sélection de la RDC, jusque-là et pour dire vraie, la RDC n’a pas une équipe nationale de base, c’est-à-dire neuf coureurs dont six titulaires et trois réserves. Avec les talents dont dispose le pays, avec Dieu et les efforts que déploie la Fédération Congolaise de Cycliste sous la férule de son président Sylvestre Motayo et l’appui du gouvernement, nos cyclistes feront des exploits.

*Portrait

Sumbu Masala Matthys Pierre, coach national de cyclisme

Petit de taille mais grand par les connaissances et l’expérience accumulées, tel est le cliché du coach national de cyclisme de la RDC, M. Sumbu Masala Matthys Pierre.

Fiche signalétique

Nom et Postnom : Sumbu Masala

Prénom : Pierre

Sobriquet : Matthys

Né à Kinshasa, le 26/05/1954

Fils de Mabele Zeka Lubalu Pierre (+)

& de : Kitoki Makengo Marie

Taille : 1,65 m

Poids : 72 kg

Etat-civil : Marié à Mavakala Matwasilua Marie Charlotte et père de neuf enfants

*Carrière sportive

Comme les autres enfants de son quartier, Sumbu a commencé avec le football avec les Tubilandu, les Santos Muntubile, les Kakoko, etc. Puis, la boxe chez César Sinda et Mutombo Baudouin alias le casseur l’a attiré. Il s’adonna ensuite au cyclisme. C’est en 1969 qu’il débute avec la compétition dans cette discipline sportive. Dans l’entretemps, il s’adonne aussi au self-défence avec Me Ling Chang Kiesolo, Me Silex, Me Kimfuta, Me Baudry…jusqu’à l’obtention de la ceinture bleue.

Pour revenir au cyclisme, son 1er vélo il l’avait acquis à Kintambo. Sa chance, il a toujours été capitaine partout où il passait dans les disciplines sus évoquées.

Bons souvenirs

Le fait d’être resté au top dans sa discipline de prédilection le cyclisme. La médaille d’or de mérite sportif lui décernée par la Chancellerie des Ordres nationaux du Congo. Plusieurs diplômes glanés dans sa carrière.

Ambition ou rêve déjà réalisée car il a créé une école de cyclisme depuis 1994 dénommée Ecole Congolaise d’Apprentissage et d’Avenir du Cyclisme ’’ E.C.C.A.A.CY ’’en sigle. Il est président-fondateur de la Fondation Zeka Lubalu, E.C.C.A.A.CY. Il a son entreprise de jardinage GDF Matthys Flors qui est son entreprise de jardinage et assainissement où il est propriétaire Directeur Général. Avec son entreprise, il est fier d’avoir embelli la Primature, la Place des évolués, le Parlement, les Affaires étrangères et la Fonction Publique.

Le souci majeur de Sumbu Matthys demeure l’encadrement de la jeunesse congolaise.

*Basket-ball

Hatari bat Ndjadi 59-43 hier à la Liprobakin

Poursuite hier au stadium YMCA à Matonge de la 2è phase du championnat de la Ligue Provinciale de Basket-ball de Kinshasa ‘’Liprobakin’’. En version féminine, l’équipe d’Hatari a signé une belle victoire face à Ndjadi Kumba 59-43 tandis que chez les messieurs, Ceforbak a eu raison de Mukasa 63-42.

Suite du calendrier vendredi 26/06/2015

14h00 : V.Club-Mboka Mboka (D) :

15h30 : SCTP-Terreur (M) :

(Antoine Bolia)

par -
0 481

Ngoyi Kasanji : « Santos Muntubile n’a jamais été chassé de Sanga Balende … »

Après l’élimination de SM Sanga Balende de la Coupe de la Confédération, des rumeurs circulent avec persistance selon lesquelles le coach Santos Muntubile Djalma Santa Maria aurait été chassé de Sa Majesté Sanga Balende.

Interrogé par la presse sur la question, le président de ce club rouge-or de Mbuji-Mayi, le gouverneur Alphonse Ngoy Kasanji a démenti en ces termes lesdites rumeurs : « Santos Muntubile n’a jamais été chassé de Sanga Balende. Il est parti après avoir rempli son contrat de trois mois que nous avons conclu verbalement avec lui. On s’est séparé à l’amiable en attendant de trouver un autre coach qui va présider aux destinées du staff technique du club ».

Si jamais le club rouge-or s’était qualifié à la phase de groupes, peut-être que Santos aurait continué à y prester même si les joueurs n’ont pas les qualités qu’il aurait souhaitées.

Selon une source crédible, les rapports entre Santos et le président-gouverneur n’ont pas été tout le temps tendres. Ceci serait dû au fait que le gouverneur, très autoritaire aux humeurs imprévisibles, tente de temps en temps d’imposer ses vues sur le classement avant le match et surtout les remplacements en cours de match. Et comme Santos est une personnalité technique qui n’aime pas que quiconque marche sur ses plates-bandes, il n’obéit pas à ces injonctions.

Selon la même source, c’est la raison qui a fait partir du club les prédécesseurs de Santos Muntubile dont le coach Médard Lusadusu.     

(D.L.)

par -
0 466

DCMP/K : La malchance, l’hypocrisie et la guerre des tribus !

Le Daring Club Motema Pembe de Kinshasa est tombé face aux Cheminots de ST Eloi Lupopo mardi soir au stade TP Mazembe à Lubumbashi (0-1). Les Kinois perdent ainsi tout espoir et la dernière rencontre devant l’opposer à la formation des Dauphins Noirs de Goma ce jeudi n’étant qu’une formalité d’usage car Lupopo est déjà le qualifié du groupe B.

Retour sur un match que les Kinois auraient aisément gagné s’ils avaient concrétisé trois belles occasions qu’ils s’étaient créés dès l’entame de la partie.

Daring est éliminé parce que le règlement a prévu trois équipes par groupe. Chacune d’elles joue deux matches et celle qui aura totalisé le plus grand nombre de points est qualifiée. Or, dans le groupe de Daring, Lupopo totalise 6 points en deux sorties. Daring et Dauphins noirs zéro pont tombent quel que soit le résultat de leur deuxième et dernier match de ce soir.

Des boucs émissaires désignés

Et comme cela arrive toujours en cas de déconfiture, les boucs émissaires ont été vite désign   és. Surtout du côté des dirigeants. Les Imaniens accusent leurs présidents (celui du comité de direction, l’honorable Gentiny Ngobila et celui de la section football Charles Tambwe). Le nom du pasteur Amos Mbayo Kitenge est lui aussi cité. On leur reproche de « tribaliser » la gestion du Club, de népotisme et de haute trahison. Le pasteur, élément catalyseur, qui tente de calmer les esprits se retrouve dos au mur. La crise n’a que trop duré. Il faut trouver les origines de cette série noire, de la poisse des immaculés et empêcher que l’imbroglio ne prenne corps dans l’édifice avant d’autres échéances. Dans nos prochaines éditions, nous allons éventrer le boa. Nous ferons parler les patrons et barons du Dcmp/Kin. Les accusés vont se lever pour porter toute la lumière sur ce virus qui prend corps dans la baraque et qui risque de l’emporter ad patres….

(Fernand Mukaku Lalabi-Muke)

par -
0 652

FC Renaissance du Congo-OC Bukavu Dawa : le duel des taureaux

  • Pour l’honneur, DCMP/K rencontre Dauphin Noir

Le stade TPM de Kamalondo vivra ce jeudi 25 juin une ambiance festive avec le duel opposant le FC Renaissance du Congo (tombeur de KFA) à la formation de l’OC Bukavu Dawa.

Ce match sera suivi avec beaucoup d’intérêt car le résultat sera déterminant pour le second qualifié du groupe A, adversaire de Lupopo de ce lundi 29 juin en finale.

En cas de victoire de Renaissance, il sera automatiquement qualifié parce qu’il sera premier du groupe A avec 6 points contre 3 à KFA. Il en sera de même en cas de match nul. Dans ce cas de figure, c’est toujours Renaissance qui va se qualifier parce qu’il comptera 4 points devançant toujours KFA d’un point. Par contre, si Renaissance perd le match de ce jeudi contre Bukavu Dawa, c’est KFA qui sera qualifié parce que tous les trois clubs auraient le même nombre de points (3). Tout sera alors déterminé par le goal-différence. Or, jusqu’ici, sous réserve du score de ce soir, ce sont les jeunes académiciens de KFA qui ont un meilleur goal-différence (+ 4) par rapport à ses deux adversaires.

En termes strictement statistiques, nous disons que Renaissance a deux chances sur trois (soit 66 % de chance) de se qualifier contre 34 % à KFA dont le sort est lié au bon résultat hypothétique de Bukavu Dawa. Quant aux chances de Bukavu Dawa, elles sont difficilement évaluables en ce moment précis car non seulement on ne connaît pas le score qui va sanctionner ce match de ce soir mais aussi même s’il doit gagner, le score doit être très lourd, ce qui n’est pas évident.

Me Bonane, président de l’OC Bukavu Dawa depuis hier à Lubumbashi

Le président de l’OC Bukavu Dawa, Me Bonane Mushi a pris son avion hier pour la capitale du cuivre.

Il aurait confié à la presse peu avant son embarquement qu’il est très confiant pour le match contre Renaissance du Congo. La lourde défaite subie contre KFA, explique-t-il, est due à la fatigue du voyage. En effet, arrivés à la Luano (aéroport de Lubumbashi) le dimanche 21 juin à 12 heures, les joueurs devaient descendre sur le terrain deux heures plus tard.

Nous apprenons d’une source crédible qu’une main généreuse qui a requis l’anonymat aurait promis aux joueurs de Bukavu Dawa une prime consistante en cas de victoire.

Dans le camp adverse de Renaissance, on est toujours dans l’euphorie de la victoire contre KFA. Fort de cela, joueurs et supporters « orange » ont le moral au zénith et pensent récidiver l’exploit d’avant-hier pour passer en douceur en finale contre Lupopo.

Tous les Kinois sont donc invités à se trouver devant leur petit écran pour suivre le match Renaissance-Bukavu Dawa. Moto akokufa !, comme disait feu Alphonse Kuba.

DCMP/K-Dauphin Noir, un match de formalité pour l’honneur

L’autre match du groupe B mettra aux prises DCMP/K et Dauphin Noir de Goma. Un match sans enjeu, un match de formalité, un match pour l’honneur.

Sur le calendrier préétabli, ce match se jouera à 15h45 (heure locale) alors que le précédent a lieu à 13h45. Le comité organisateur a cependant le pouvoir d’inverser l’ordre chronologique de ces deux matches, en ayant toutefois soin d’en tenir informé les quatre équipes.

(Denis Lubindi)

par -
0 1196

Le Vice-Premier ministre en charge de l’Emploi, Willy Makiashi, représentant le Chef du Gouvernement, Matata Ponyo, a donné le coup d’envoi,   hier mercredi, à dans un hôtel de la place, de l’atelier national de lancement de la réforme de l’aménagement du territoire en RD Congo, en présence des invités de marque. Durant deux jours, soit du 24 au 25 juin, ce forum qui engage la RD Congo dans la réforme de l’aménagement du territoire, facteur-clé de l’émergence socio-économique, a comme objectif de s’accorder de façon consensuelle sur les orientations stratégiques ainsi que sur la feuille de route qui mèneront à l’élaboration d’une politique nationale de l’aménagement du territoire. Ce, pour une planification équitable et raisonnable de l’utilisation des espaces et des ressources en RD Congo.

D’après le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et de l’Habitat, Omer Egwake, cette reforme vise entre autres comme objectifs de présenter et s’approprier des recommandations de la Feuille de route élaborée à la retraite de Kisantu pour la mise en œuvre du processus d’aménagement du territoire ; de recueillir des recommandations relatives à la mise en œuvre de la Feuille de route du processus de la reforme de l’aménagement du territoire ; présenter des mécanismes de collaboration avec les ministères sectoriels ; favoriser le partenariat avec les institutions académiques et les centres de recherche spécialisés dans le domaine de l’aménagement du territoire.

Aménager le territoire pour favoriser le développement

En effet, l’enjeu de cette réforme constitue un évènement majeur et historique pour la RD Congo. Omer Egwake a entrepris cette réforme historique, avec l’appui de certains partenaires techniques et financiers traditionnels de la RD Congo, à savoir le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’USAID/WRI. La vision de cette réforme est claire : « Aménager efficacement le territoire national en vue de favoriser le développement durable de la RD Congo et son émergence comme puissance régionale d’ici à l’an 2035, et ce conformément à la révolution de la modernité et au plan stratégique national de développement ». Mme Priya Gajraj, Représentant Résident ai du PNUD, a félicité le Gouvernement et salué le leadership du ministère de l’Aménagement du Territoire, Urbanisme et Habitat qui a fait de cette problématique une priorité en RD Congo.

Il sied de souligner que cette réforme devra permettre à la RD Congo d’assurer un équilibre entre régions et secteurs de production ; de valoriser durablement les riches et multiples ressources naturelles du pays, et de rationaliser le développement urbain sans négliger le développement rural intégré.

Du reste, pour atteindre cet équilibre entre le développement du monde rural et urbain, la RD Congo dans sa politique de développement durable doit prendre en compte l’importance stratégique de l’aménagement du territoire. Celui-ci est entendu comme une politique et stratégie cohérente d’orientation et d’organisation de l’espace et des ressources à long terme, tout en y intégrant les problématiques économiques, sociales, environnementales et culturelles.

(Saint Hervé M’Buy)

par -
0 630

L’asthme est une maladie caractérisée par une inflammation plus ou moins grave des voies respiratoires, et surtout des bronches et des bronchioles. Elle se traduit par une difficulté à respirer, un essoufflement, une respiration sifflante ou une sensation d’oppression dans la poitrine.

Selon le Dr Mulolo de la polyclinique Akhenaton à Kinshasa dans la commune de la Gombe, l’asthme est «  une maladie chronique, qui se manifeste le plus souvent par des crises entrecoupées de périodes où la respiration est normale. Chez certaines personnes, l’asthme induit une gêne respiratoire permanente, qui interfère avec les activités quotidiennes. Cette maladie est souvent liée à une réaction anormale des voies aériennes à divers stimuli (des allergènes dans l’air, de la fumée, poussières, forte chaleur, etc.)

La crise d’asthme

Parlant de la crise d’asthme, Dr Mulolo a indiqué que, cela correspond à l’aggravation subite des symptômes. Chez de nombreuses personnes, l’asthme ne se manifeste que par des crises occasionnelles, la respiration étant normale en dehors des crises. Elle commence souvent par une toux sèche, suivie d’une difficulté à respirer, qui provoque une respiration sifflante clairement audible. Elle s’accompagne habituellement d’expectorations de mucus (toux et crachats).

En effet, poursuit-il, durant une crise, l’ouverture des bronches est réduite en raison d’une importante réaction inflammatoire et d’une contraction des muscles de la paroi des bronches.

Cependant, les causes de l’asthme ne sont pas bien connues. Elles seraient à la fois génétiques et environnementales. C’est ainsi qu’on l’associe à des allergies respiratoires, mais il n’est pas forcement d’origine allergique. Chez les personnes asthmatiques, on retrouve une sensibilité excessive des bronches à une ou plusieurs substances.

Précautions à prendre

Selon le médecin, la saison sèche est une période dangereuse des personnes souffrantes de l’asthme. Le froid et la poussière sont de facteurs à risque qui contribuent à déclencher une crise d’asthme ou à aggraver la gêne respiratoire.

«Pendant cette période, il est obligatoire de mettre toujours un tricot ou une écharpe pour couvrir son coup. Se Couvrir toujours le nez par un mouchoir ou un linge pour éviter la poussière de la route. Eviter de l’eau froide ou aliment, boisson congelé. Bien veiller à l’eau pour se laver, de préférence se laver de l’eau chaude pendant la cette saison sèche ou s’il ya un peut de la chaleur, prendre l’eau tiède mais pas froide. Bien se couvrir le coup ainsi que toutes les parties du corps humain », a-t-il souligné.

Chez certaines personnes, a-t-il poursuivi, les crises d’asthme sont rares et n’ont pas de répercussions graves sur la vie quotidienne. Cependant, elles peuvent devenir plus graves lorsqu’elles sont fréquentes et si les symptômes sont intenses. Dans certains cas, les difficultés respiratoires et l’essoufflement persistent entre les crises.

Conséquences

Un asthme mal contrôlé peut provoquer des symptômes permanents. Exceptionnellement, il peut dégénérer au point de causer une détresse respiratoire et mettre en danger la vie des gens qui en souffrent. Ainsi, l’immense majorité des personnes asthmatiques peuvent vivre tout à fait normalement, à condition de bien suivre leur traitement. Par ailleurs, il est rare que les crises surviennent brutalement sans signe annonciateur.

Certes, il est recommandé d’apprendre à reconnaitre ces signes, car cela permet d’agir à temps pour réduire la gravité des crises.

(Clémence Kilondo/Stagiaire)

par -
0 803

Le Commissaire européen pour la Coopération internationale et le Développement, M. Neven Mimica, a signé le mardi 23 juin 2015 le Programme Indicatif Régional (PIR) pour l’Afrique centrale du 11ème Fonds Européen de Développement (FED). Celui-ci, pour un montant de 350 millions d’euros pour la période 2014-2020.

A cet effet, le Commissaire Mimica  a déclaré que «l’intégration régionale n’est viable que si elle vient de l’intérieur. Elle constitue un moyen d’atteindre les objectifs stratégiques définis dans l’accord de Cotonou et de s’appuyer sur les avancées qui ont déjà été réalisées par la CEEAC et la CEMAC dans les domaines de l’intégration économique et monétaire, de la paix et de la sécurité, des infrastructures et de l’environnement et des ressources naturelles.»

La signature a eu lieu en présence de ministres et de représentants de la région d’Afrique centrale, du Secrétaire général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et du président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Domaines concernés

Le programme, dont la mise en œuvre fera l’objet d’un suivi par un comité de pilotage, couvrira trois domaines: l’intégration et la coopération politiques dans le domaine de la paix et de la sécurité (43 millions d’euros), l’intégration économique et le commerce au niveau régional (211 millions d’euros, dont 135 millions qui transiteront par le Fonds fiduciaire pour les infrastructures) et le développement durable des ressources naturelles et de la biodiversité (88 millions d’euros). Un montant supplémentaire de 8 millions d’euros est prévu pour l’assistance à la coopération technique et aux ordonnateurs régionaux. 

La région d’Afrique centrale comprend onze pays: l’Angola, le Burundi, le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine, la République du Congo, la République démocratique du Congo, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad.  Il faut cependant noter que la Guinée équatoriale n’a jamais signé l’accord du Cotonou révisé et ne peut donc pas bénéficier directement d’une aide dans le cadre du FED.  Au total, elle compte environ 160 millions d’habitants, dont près de la moitié vivent en République démocratique du Congo. Il s’agit d’une région riche en ressources naturelles qui abrite la plus grande superficie de forêt tropicale après l’Amazonie.

Les fonds dégagés précédemment en faveur de l’Afrique centrale au titre du 10e Fonds européen de développement s’élevaient à 165 millions d’euros. La cagnotte est donc passée du simple au plus du double.

(Emmanuel Badibanga )