My Weblog: kutahya web tasarim umraniye elektrikci uskudar elektrikci umraniye elektrikci istanbul elektrikci satis egitimi cekmekoy elektrikci uskudar kornis montaj umraniye kornis montaj atasehir elektrikci beykoz elektrikci

Auteurs Articles de La Rédaction

La Rédaction

13725 ARTICLES 0 COMMENTAIRES
Toute l' actualité congolaise en un clic

par -
0 672

Les employés et agents de la RTNC appelés à maximiser leurs rendements

Au cours d’une cérémonie d’échange de vœux organisée le vendredi 22 janvier 2015 en la salle de fête de l’hôtel Kabinda Center à Lingwala, initiée par la Délégation Syndicale de la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC), les employés et agents de cette institution publique ont été encouragés à redoubler d’efforts durant cette nouvelle année 2016, en vue de maximiser leur rendement.

Rehaussée par la présence de Mme la Directrice Générale a.i Nicole Dibambu, qui préside avec succès aux destinées de cet établissement communicationnel public, sous la modération de Dieudonné Yangumba, cette retrouvaille a connu trois temps forts .

D’abord, l’intervention   de René Kalonda , président de la délégation syndicale de l’administration centrale de la RTNC qui a salué la volonté de travail de partenariat exprimée entre le syndicat et l’employeur durant toute l’année 2015 et le DG a toujours été à l’écoute des avis et considérations de ses collaborateurs.

Aux responsables et différents membres de la base , le syndicaliste a soulevé que malgré les divergences de vues (l’on vient de différentes familles syndicales) mais nous surmonter en restant un corps et avancer ensemble au regard des missions qui nous sont confiées ,  un combat syndical selon les lois statutaires de la RTNC doit bénéficier de votre soutien étant une entreprise très stratégique.

Aux directeurs, après avoir gravi des échelons, aujourd’hui collaborateurs de l’employeur, René Kalonda leur a demandé d’apporter au DG les meilleures orientations   «  désidérata » du personnel, ensemble, ils seront des interlocuteurs valables auprès de l’employeur. Quant aux fonctionnaires représentés par la base, il faut des informations fiables pour faciliter la tâche au lieu de spéculations risquant de créer un fossé entre l’employé et le directeur.

Il a aussi présenté le bilan de l’année 2015 qui se trouve être mitigé, mais une réelle volonté de la délégation syndicale qui a fourni des efforts énormes dans un seul souci de mieux faire. Des avancées salariales , les redevances, la TNT, gratifications de fin d’année… sont comptés à l’actif des efforts fournis par Mme le Directeur Général Nicole Dibambu   qui mérite des applaudissements et acclamations .

Il a déploré le comportement de certains agents   qui s’absentent au travail suite aux rapports des directeurs. Pour une administration efficace, il leur a été demandé de multiplier dans un esprit d’initiative

DG Nicole Dibambu pour un partenariat solide, sincère et confiant

Prenant la parole à son tour, la DG Nicole Dibambu qui, tout en remerciant les partenaires de la RTNC, a fait remarquer que  le partenariat délégation syndicale et la direction générale a porté du fruit, car beaucoup de choses ont été résolues néanmoins quelques dossiers sont restés en suspens   et seront abordés cette année. « Nous sommes appelés à travailler ensemble pour le bien de la RTNC , nous ne sommes pas des adversaires encore moins des ennemis, il faudrait raffermir et renforcer notre partenariat, pour qu’il soit   un peu plus solide, plus sincère, et plus confiant..» a-t-elle renchéri avant de promettre l’inauguration prochaine   de la polyclinique de la RTNC dotée d’une salle d’opérations. Du moins, la présence des Messieurs

Flory et Kisungwa Diatezua Kams, respectivement directeur commercial et directeur à la direction marketing de la RTNC a gonflé le rang des agents à cette cérémonie d’échange des vœux.

(Franck Ambangito)

par -
0 409

Les grandes équipes ne meurent jamais. C’est une vérité qui se vérifie du jour le jour dans plusieurs disciplines sportives. Ceux des férus du basket-ball kinois qui suivent de près le championnat de la Ligue Provinciale de Basket-ball de Kinshasa ‘’Liprobakin’’ l’ont constaté le samedi 23 janvier 2016 au stadium Ymca à Matonge. Ce jour-là, en version féminine, Arc-En-Ciel qui est l’une des grandes équipes de basket, est tombée face à Hatari 52-79.

Et pourtant, beaucoup n’accordait aucune chance à Hatari truffée des jeunes joueuses mais pétries de talent. Preuve qu’en dépit de nombreux départs et du rajeunissement de son effectif, Hatari demeure une grande équipe. Le même jour, en version masculine, SCTP a déversé toute sa bile sur la modeste équipe de CSM 101-47.

Résultats enregistrés vendredi 22 janvier 2016

JVK-Yellow Stars (D) : 00-20 FF

Hier Dimanche 24/01/2016

New Generation-Biso na Biso (M):

INSS-V. Club (D):

(Antoine Bolia)

par -
0 474

La CCIM encourage le gouvernement congolais à parachever le processus d’adhésion

La situation des armes à sous-munitions en RD Congo intéresse, au plus haut point, les organisations de lutte contre les mines basées à Kinshasa, dont la Campagne congolaise pour Interdire les Mines et les armes à sous-munitions (CCIM). Sous le leadership du Centre congolais de Lutte contre les Mines (CCLAM), ces structures sont montées au créneau, encourageant la RD Congo à parachever le processus d’adhésion à la convention d’Oslo sur les armes à sous-munitions (CASM).

Celle-ci est entrée en vigueur le 1er août 2010. Cette étape a marqué, sans conteste, le couronnement d’une longue bataille menée durant le processus dit d’Oslo. Pendant cette période, en effet, le texte du traité a été discuté et adopté par les Etats. La convention avait été ouverte à la signature des Etats en 2008 et est entrée en vigueur deux ans plus tard. C’était après avoir bénéficié de 40 ratifications. Elle est aussi appelée convention d’Oslo parce que c’est dans cette ville norvégienne qu’a été organisée, en 2008, la conférence de signature de la convention.

Quid de la convention

Globalement, la convention d’Oslo interdit la production, l’utilisation, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions. Elle en recommande, bien par ailleurs, leur destruction. Car ces armes ont des conséquences néfastes sur la vie des populations civiles, innocentes et sans défense. Cet aspect inspire la nécessité d’une norme juridique internationale largement contraignante, interdisant ces armes.

La RD Congo n’est pas encore Etat-partie à la Convention sur les armes à sous-munitions. Néanmoins, elle l’a signée le 18 mars 2009. Le projet de loi autorisant l’adhésion de ce pays à cette convention a, été adopté par les deux chambres du Parlement. La prochaine étape prévoit la promulgation de cette disposition légale au journal officiel par le chef de l’Etat. Après quoi l’instrument d’adhésion pourrait officiellement être déposé aux Nations-Unies.

Au vu de ce qui précède, trois objectifs spécifiques ont été poursuivis à travers la célébration du 5ème anniversaire d’entrée en vigueur de la convention d’Oslo, début août 2015 à savoir : (i) Partager les progrès réalisés par la RD Congo dans le sens du respect des obligations générales et particulières de la convention, sur les armes à sous-munitions ; (ii) contribuer au parachèvement du processus d’adhésion de la RD Congo à cette convention ; (iii) favoriser la participation, au plus haut niveau possible de la RD Congo, à la 1re conférence d’examen de la convention. Celle-ci a eu lieu à Dubrovnik en Croatie, en septembre 2015.

Pour favoriser le parachèvement du processus d’adhésion de la RD Congo à la convention d’Oslo sur les armes à sous-munitions, une action d’alerte avait été lancée par les organisations non gouvernementales œuvrant dans le secteur de l’action contre les mines. Dans cet ordre d’idée, un appel avait été lancé au chef de l’Etat, de s’impliquer personnellement en promulguant dans le journal officiel la loi autorisant l’adhésion. Ceci entrainant cela, l’implication de l’autorité suprême permettant de veiller à ce que l’instrument d’adhésion soit transmis au dépositaire du traité.

Quatre mois après le lobbying, les structures activistes expriment le vœu que le processus évolue. La RD Congo, il est vrai, a entamé la mise en œuvre anticipative de cette convention à travers les opérations de dépollution qui se déroulent dans les zones affectées par ces armes nocives. « Nous pensons que cela ne suffit pas. Il y a nécessité que le gouvernement affirme sa volonté réelle de bannir la production, l’emploi, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions, en adhérant formellement à la convention qui les interdit », a relevé un activiste.

Payne

par -
0 835

Le choix de la candidature du Parti congolais du travail

La 4ème réunion du comité national d’investiture du parti congolais du travail (PCT), parti au pouvoir se tient à Brazzaville les 24 et 25 janvier 2016 au Palais du parlement de Brazzaville. Et ce, pour choisir le candidat du parti et de la Majorité présidentielle au scrutin présidentielle du 20 mars 2016 au Congo.

Au cours de cette session d’investiture, le Secrétaire général et président du Rassemblement de la majorité présidentielle, M. Pierre Ngolo, a exhorté les membres du PCT à centraliser, sélectionner et investir le candidat du PCT et de la Majorité présidentielle au scrutin de mars prochain.

A ces assises, le Secrétaire général du PCT a rappelé l’intérêt accordé par le pays et la communauté internationale au choix du candidat du PCT aux élections présidentielles de 2016 qui doivent se dérouler dans la transparence et la paix, en vue de garantir l’unité nationale.

Ainsi, le choix du candidat unique du PCT au scrutin de mars sera validé au cours d’une session du comité central du parti pour rendre publique et officielle cette candidature.

Au Congo, plusieurs voix s’élèvent à travers le pays pour appeler le président Sassou N’guesso à faire acte de candidature pour la présidentielle du 20 mars.

A propos, dans plusieurs localités, des collectes et autres levées des fonds sont organisées par les affinitaires à la Majorité présidentielle, pour rassembler la causions de 25 millions de FCFA exigée à chaque candidat à la courses à la présidentielle, selon les nouvelles dispositions de la loi électorale votée récemment par le parlement congolais.

(Roch Bouka/RTGA World/Brazzaville)

par -
0 715

Raymond Tshibanda et Franck-Walter Steinmeier à Berlin, le 22 janvier 2016/Ph. JP Baziyaka

Le chef de la diplomatie congolaise, Raymond Tshibanda séjourne dans la capitale allemande, Berlin, où il est arrivé jeudi 21 janvier 2016. Répondant à l’invitation officielle de son homologue allemand des Affaires étrangères, Franck – Walter Steinmeier, qui avait déjà effectué une visite de travail en RD Congo l’année dernière, le 19 février 2015, il était à la tête d’une forte délégation d’investisseurs allemands intéressés à investir en République démocratique du Congo.

A en croire le service de presse au cabinet du Minaffeci, la rencontre  officielle du chef de la diplomatie allemande et congolaise le vendredi 22 janvier 2016 dans la soirée, s’est tenue au ministère fédéral allemand des Affaires étrangères à Berlin. C’était dans le cadre du raffermissement des relations d’amitié et de coopération bénéfiques aux deux pays.

A son arrivée au ministère allemand des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda a été accueilli chaleureusement par son homologue allemand, Franck-Walter Steinmeier. Par la suite, ils ont co-présidé un point de presse conjoint en vue de présenter l’objet de la visite du ministre congolais des Affaires étrangères et de la coopération internationale en Allemagne. Les deux chefs de la diplomatie ont salué l’excellence des relations d’amitié et de coopération entre l’Allemagne et le Congo.

En toile de fonds de cette visite de travail, la dynamisation des relations diplomatiques et la consolidation de la coopération économique entre Kinshasa et Berlin dans plusieurs domaines d’intérêts communs bénéfiques aux deux pays. Les questions de la paix, l’économie et les investissements entre les deux pays étaient au centre des discussions entre Tshibanda et Steinmeier.

Sur le plan sécuritaire dans la région des Grands-Lacs, la situation politique au Burundi a également été évoquée par les deux ministre des Affaires étrangères du Congo et de l’Allemagne, et dans son intervention, le ministre Tshibanda a rappelé les efforts de son pays pour la stabilisation de la région, processus qui s’effectue avec le concours des dirigeants des pays de la région des Grands-lacs en vue de créer une nouvelle ère consacrée au renforcement de la coopération économique régionale et du respect des intérêts mutuels dans la région.

A cette occasion, le chef de la diplomatie congolaise a lancé un appel aux acteurs politiques burundais à prendre conscience en vue de favoriser le dialogue pour la paix et la stabilité au Burundi.

Concernant la République démocratique du Congo, Raymond Tshibanda a devant la presse allemande, présenté la situation économique de son pays qui s’améliore chaque jour davantage.

Sur le plan politique, le chef de la diplomatie congolaise a précisé que la RDC se prépare à organiser dans les prochains jours, le dialogue politique national et inclusif, et que le pays du Président de la République Joseph Kabila a choisi la voie la plus difficile, à savoir la consolidation de la démocratie. La bonne tenue du processus électoral en vue de baliser le chemin des élections justes et crédibles en République démocratique du Congo était au cœur des discussions.

Séance de travail à Afrika-Verein à Berlin

Auparavant, le chef de la diplomatie congolaise avait eu une séance de travail le 21 janvier,  avec les dirigeants d’Afrika-Verein, sous la conduite de Christoph Kannengieber, Directeur général de l’association économique Germano-africaine spécialisée dans le commerce extérieur des entreprises et des institutions allemandes pour l’Afrique. Il était question d’échanger sur les opportunités d’affaires au Congo-Kinshasa et à cette occasion, les responsables des différentes entreprises allemandes désireuses de s’implanter au pays de Joseph Kabila ont été édifiés par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Raymond Tshibanda N’Tungamulongo.

Visiblement, les investisseurs allemands s’intéressent à différents secteurs de coopération en RDC, notamment le domaine de l’énergie, de l’agriculture, des infrastructures ferroviaires, ainsi que le domaine de l’éducation.

A titre de rappel, la ratification du traité entre la République démocratique du Congo et la République fédérale d’Allemagne relatif à l’encouragement et la protection mutuelle des investissements de capitaux avait été signée à Bonn, le 18 mars 1969. Actuellement, l’Allemagne, le pays d’Angela Merkel est la première puissance économique de l’Europe et entend ainsi développer la coopération avec la République démocratique du Congo.

(JMNK)

 

par -
0 777

*Le TP Mazembe domine le CS Don Bosco

Le Racing Club de Kinshasa sera en quête des 3 points face à l’AS V.Club le leader de la zone Ouest. RCK est parmi les trois équipes qui se battent pour la 3ème place de la qualification pour le play-off

L’AS V.Club (35 points), en 14 sorties, est dans la course effrénée avec son éternel rival le Dcmp (34 points) en 15 sorties. Acceptera- t-il de concéder un nul où une défaite devant RCK qui, en cas d’une nouvelle défaite sera presque hors course. Voyons voir cet après-midi sur la pelouse du stade Tata Raphaël de la Kethulle.

RCK possède 23 points en 15 sorties, goal de différence + 4 ; Shark XI FC (23 points), en 13 sorties, goal de différence + 7 ; MK (23 points), en 15 sorties, goal de différence + 3. Donc, RCK n’a plus droit à une autre défaite qui hypothèquerait sa qualification.

Le TP Mazembe domine le CS Don Bosco

Le TP Mazembe continue sa course pour la première place qu’occupe actuellement le SM Sanga Balende depuis plusieurs jours. La dernière victime est le CS Don Bosco battu 3-1, hier au stade Mazembe de la commune de Kamalondo pour le compte du match en retard de la 12ème journée de la 21ème championnat de la Ligue Nationale de Football (LINAFOOT) zone Centre –Sud. Les buts des Corbeaux ont été respectivement inscrits par le zambien Singuluma à la 34ème minute, Deo Kanda à la 60ème minute, Adjei à la 75ème minute pour le TP Mazembe et celui de Don Bosco par Ben Malango à la 88ème minute.

Dans la zone Est, le match qui devait opposer l’AC Nkoy Bilombe de Kindu contre l’AC Capaco de Beni a été avancé aujourd’hui vendredi dans les mêmes installations et à la même heure.

(Gaby Mass)

par -
0 1017

Déo Rugwiza s’en va-t’en guerre contre « CDFTI »

Le patron de la douane congolaise Déo Rugwiza Magera est déterminé à éradiquer la corruption, le détournement, la fraude, les tracasseries et l’impunité, connus sous l’acronyme CDFTI au sein de la régie financière pourvoyeuse des recettes de l’Etat. C’est ce que l’on peut retenir à l’issue de la 11ème session des Directeurs de la DGDA, Direction générale des douanes et accises, dont les rideaux sont tombés hier à Kinshasa.

Débutés le 19 janvier courant, les travaux de la 11ème session des Directeurs centraux et provinciaux de la Direction générale des douanes et accises (DGDA) se sont clôturés hier jeudi à Kinshasa, assortis de recommandations et stratégies. Ce, afin d’éradiquer la corruption, le détournement, la fraude, les tracasseries et l’impunité, connus sous l’acronyme CDFTI au sein de la régie financière pourvoyeuse des recettes de l’Etat. Pour au finish booster les recettes au profit du Trésor, en rapport avec les assignations budgétaires exercice 2016, plus singulièrement son premier semestre. La séance de clôture a été présidée par le Secrétaire général aux Finances, en présence des Directeurs généraux adjoints de la DGDA, Gabriel Mwepu et Carol Lutaladio.

Un menu consistant

En effet, en exécution des instructions du ministre des Finances, a dit le DGA Mwepu, la présente session a permis de faire le point de l’activité douanière de l’année 2015 afin d’identifier les vraies causes de la tendance observée en matières de mobilisation des recettes ; de formuler les résolutions pertinentes pour redresser la situation ainsi constatée et, de communiquer les assignations budgétaires du premier semestre 2016.

Au cours de la présente session, il a donc été question de relever les faiblesses qui sont à l’origine de la tendance à la baisse des performances dans la mobilisation des recettes ; et de définir les mesures correctives concrètes susceptibles d’avoir un impact direct et immédiat sur les recettes.

Comme la Loi des Finances n° 15/021 du 31 décembre 2015 assigne à la DGDA 2.579 milliards de Francs congolais, Gabriel Mwepu a, au nom du DG Déo Rugwiza, rappelé aux Directeurs centraux et provinciaux l’impérieuse nécessité de réaliser les prévisions budgétaires assignées à leurs entités respectives. C’est dans ce cadre précis que ces derniers ont pris un engagement solennel en signant les contrats programmes de performances, devant se traduire dans la gestion quotidienne de leurs services respectifs dans le strict respect des dispositions légales et règlementaires, et par un encadrement efficient du Personnel.

A cet effet, Déo Rugwiza, par la bouche de son adjoint Gabriel Mwepu invite les Directeurs à s’impliquer davantage dans le suivi des opérations de dédouanement des marchandises et dans le contrôle des activités des services, et de mettre fin à une certaine passivité observée.

Lutte contre les antivaleurs

Ces antivaleurs, connues sous l’acronyme CDFTI : corruption, détournement, fraude, tracasseries et impunité ayant la peau dure au sein de la régie financière pourvoyeuse des recettes de l’Etat, nécessitent une lutte acharnée. « Je me dois d’attirer l’attention de chacun de vous sur l’importance de la lutte que nous devons tous mener contre la fraude et la corruption, car il sera illusoire de croire que l’on saura redresser la barre sans remporter la bataille contre les antivaleurs », a-t-il lancé.

A ce propos, le patron de la douane congolaise a tenu à rassurer le Secrétaire général aux Finances de l’engagement de la haute hiérarchie de la DGDA à mettre en œuvre les résolutions formulées à l’issue des travaux, tout en sollicitant du Gouvernement de la République son accompagnement dans leur mise en œuvre. Ce qu’a acquiescé le SG.

Avant de clore son propos, Gabriel Mwepu a invité, pour leur part, les cadres et agents de la DGDA à garder présent à l’esprit la devise de la douane congolaise : « Toujours davantage : aujourd’hui plus qu’hier et demain plus qu’aujourd’hui », relevant en même temps que cela n’est possible que si l’on abandonne CFDTI.

Ce qu’a été la séance d’ouverture

Le ministre des Finances Henri Yav Mulang, accompagné de son vice-ministre Albert Mpeti, avait ouvert le mardi 19 janvier 2016, devant le Directeur général des douanes et accises Déo Rugwiza Magera, les travaux de la 11ème session des directeurs centraux et provinciaux de la DGDA, Direction générale des douanes et accises. Cadre choisi : le centre événementiel Romeo Golf, à Kinshasa.

Premier à prendre la parole, le, le DG Rugwiza avait, dans son allocution, rappelé que chaque année, la DGDA organise deux sessions des travaux des Directeurs centraux et provinciaux, auxquels se joignent les représentants de cette régie financière à l’étranger.

Les deux sessions se tiennent respectivement en janvier et juillet. La première est consacrée au bilan de l’exercice passé et à la communication des assignations budgétaires du premier semestre de l’année en cours.

A ce sujet Déo Rugwiza a rappelé que conformément à la loi des finances N°14/027 du 31 décembre 2014, les assignations budgétaires de la Dgda pour l’exercice 2015 s’élevaient à 2.579.343.267.599 FC. Au 31 décembre 2015, la Dgda a mobilisé les recettes s’élevant au taux d’exécution de 71.42% par rapport aux assignations budgétaires ; et de 101.46% par rapport aux projections internes, arrêtées à 1.815.658.102.980 Fc. Comparé aux réalisations de l’exercice fiscal 2014, les réalisations de l’exercice 2015 accusent un taux d’accroissement de 2.60% et une plus-value de 48.841.282.487 Fc.

Au DG de renchérir : «  comme vous pouvez le constater, les réalisations de la DGDA en fin 2015 ont connu un accroissement par rapport à l’exercice fiscal de 2014. Mais force est de constater que ce taux d’accroissement est relativement faible par rapport aux années antérieures », prenant à titre d’exemple quelques cas : en 2012, le dépassement était de l’ordre de 32.52% par rapport à 2011. Pour 2013, elles ont dépassé de 29.19% celles de 2012. Les recettes réalisées en 2014 connaissaient un accroissement de 4.64% par rapport à l’exercice 2013.

Une mission difficile

« Nous devons donc profiter de l’occasion que nous offre cette session pour examiner fortement les raisons réelles de cette tendance à la baisse du taux d’accroissement de manière à dégager des recommandations pertinentes pour une réalisation des recettes plus accrue », a-t-il recommandé aux participants.

L’occasion a été propice pour le premier des douaniers d’informer que « la loi de finances N°15/021 du 31 décembre 2015 pour l’exercice 2016 assigne à la Dgda de mobiliser 2.579.943.278.582 Fc à repartir sur deux semestres de l’année, selon un coefficient saisonnier », a-t-il dit aux Directeurs centraux et provinciaux.

«  Je voudrais donc, à l’ouverture de ces travaux, en appeler au sens de responsabilité de chacun des directeurs provinciaux et centraux ici présent, en ce qui concerne l’obligation légale de mobiliser les recettes des douanes et accises votées par le Parlement et promulguées par le Président de la République ».

« Je sais que la présente session se tient à un moment où l’économie connait des perturbations marquées notamment pas la chute du prix du pétrole et du cuivre sur le marché mondial. Ce qui est à la base du ralentissement des activités des sociétés minières. Cependant je reste convaincu de l’impact non négligeable du facteur humain dans la mobilisation des recettes.

En effet, les rapports des missions de contrôle et d’audit effectués dans des provinces douanières au cours de l’année 2015 ont révélé que les efforts sont encore nécessaires en ce qui concerne l’éthique professionnelle. C’est peut-être là le terrain de bataille à mener en 2016 en vue de l’amélioration, a lancé le numéro 1 de la douane congolaise.

Yav Mulang remercie Déo Rugwiza

Prenant la parole à son tour, le ministre Henri Yav Mulang a dit merci au Dg Déo Rugwiza pour son invitation. « Je voudrais, avant toute chose, remercier le Directeur Général des Douanes et Accises, de m’avoir convié, comme l’année passée, à la cérémonie d’ouverture de la 11ème session des travaux des Directeurs de la DGDA », a-t-il commencé. Et de poursuivre : « Je saisis l’occasion que m’offre lorganisation, en ce début d’année 2016, de cette manifestation pour présenter mes vœux de santé et de succès à
l’ensemble du personnel de la Direction Générale des Douanes, ici représenté par les Directeurs centraux et provinciaux ».

Comme le DG l’vait préalablement dit, le ministre a mis la puce à l’oreille des participants pour circonscrire le rendez-vous: « chaque année, la présente session, organisée en ce début de l’exercice budgétaire 2016, doit pouvoir vous permettre de faire le bilan de l’activité douanière au cours de l’exercice passé, particulièrement du point de vue de la mobilisation des recettes en faveur du Trésor Public, principale
mission de votre organisation ».

Partant de cette évaluation, il a noté qu’il reviendra de réfléchir sur les voies et moyens de pallier les lacunes et les faiblesses constatées, et partant de
définir les stratégies d’amélioration de vos résultats au cours de cette année
nouvelle.

Tout en saluant les prouesses de la DGDA, Henri Yav a néanmoins regretté que « si la Loi des Finances pour l’exercice 2015 avait assigné à votre régie un objectif des recettes à atteindre supérieur de 43,8 par rapport à vos réalisations de l’année 2014, on note cependant qu’au 31 décembre 2015, le taux d’exécution des assignations de la DGDA n’a été que de 71,42 par rapport aux prévisions budgétaires ». En effet, quoiqu’indiquant une amélioration en valeur absolue par rapport aux réalisations de 2014, les montants des recettes produites en 2015 restent en deçà des prévisions budgétaires.

D’où, le vœu du ministre, qui est du reste celui du Directeur général : « J’ose donc espérer que vous vous appliquerez, au cours de vos travaux, à examiner, sans complaisance, les raisons qui entravent une mobilisation plus accrue des recettes ainsi qu’à proposer des mesures concrètes à prendre au niveau interne pour atteindre de meilleurs résultats en 2016, et cela, sans plus continuer à vous soustraire derrière les réformes et autres mesures structurelles attendues du Gouvernement ».

Mauvaise météo internationale

La loi de Finances pour l’exercice fiscal 2016 assigne à la DGDA un objectif des recettes de l’ordre de 2.579 milliards 943 millions 278 mille 582 Francs congolais à mobiliser. Le ministre des Finances se dit « conscient de l’environnement international actuel peu favorable, marqué par la baisse des cours des matières premières sur le marché mondial et le ralentissement général des activités économiques, particulièrement celles du secteur minier, qui constituent le gros des exportations de notre pays; facteurs qui ont un impact certain sur l’activité douanière ».

Mais, selon sa coutume, M. Yav lancera : « n’est- ce pas en des moments aussi difficiles que l’Etat devrait attendre de chacune et de chacun de vous un regain de professionnalisme et de conscience dans l’exercice de vos fonctions afin que vos efforts internes puissent compenser le manque à gagner causé par la conjoncture ? », ajoutant que « c’est maintenant, plus que jamais, le moment de montrer les résultats de l’effort des services ».

Le souci du ministre étant de garder tous à l’esprit, comme l’a si bien annoncé dernièrement le Président de la République Joseph Kabila que l’année 2016 sera ‘’une année de multiples défis’’. « Aux exigences du développement du pays, en général, et de l’amélioration des conditions de vie de la population, en particulier, auxquelles le Gouvernement doit faire face, 2016 comporte des enjeux majeurs,
notamment ceux relatifs
à l’organisation des élections et à la consolidation de
nouvelles provinces issues du processus de décentralisation
 », a-t-il cité.

Pour faire face à ces défis complexes, l’Etat aura encore besoin davantage
de moyens financiers que les services mobilisateurs des recettes, dont la
DGDA, sont appelés à lui procurer.

Engagés malgré vents et marrées

Dans la chute de son discours inaugural, le ministre a insisté que le Gouvernement attend de la DGDA un engagement citoyen pour accroître les recettes douanières. A l’en croire, cet engagement passe, on ne le répétera jamais assez, par la lutte contre la fraude et la corruption qui continuent à plomber la mobilisation des recettes. « A chacune et à chacun de vous de conformer désormais son comportement et ses actes à cette exigence morale et professionnelle », avait-il conclu, renvoyant les Directeurs chargés d’une noble mission de mobilisation accrue des recettes. N

Emmanuel Badibanga

 

par -
0 1142

« Miracle » avec Ferré Gola et Bill Clinton

« Le roi marquis » Jus d’Eté Mulopwe, de son vrai nom Jacquie Ilunga, envisage la tenue d’un concert « Miracle » dans les touts prochains jours à Kinshasa, allusion faite à l’intitulé de l’album réalisé lors de leur séparation d’avec Werrason. Il était alors accompagné de Bill Clinton, Ferré Gola et Serge Mubiala et les autres au sein du groupe « les marquis », un des plus éphémères connus en RDC. Intervenant sur une chaine de la place, Jus d’été a fait savoir qu’il entretient toujours de bons contacts avec ses amis précités. « Cela est possible maintenant. Mais l’on doit trouver un sponsor neutre qui ne va pas bousculer les relations de ses compères liés dans des contrats avec leurs sponsors habituels… », a-t-il déclaré. Véritable rendez-vous pour les nostalgiques, avec des tubes tels « Examen » ou encore « Ecole.

Il est reparti pour Paris et continue à séjourner dans le vieux continent, en vue de finaliser son nouvel opus intitulé « Acteur principal » et cela après sept ans d’absence sur le marché du disque dans sa carrière solo après « Moleki ya Nzela ». Il contient  au total quatorze titres entre autres « Silikoti » dont les mélomanes continuent à déguster la valeur artistique. Produit par la maison ‘ Sek productions’ de l’honorable Serge Kayembe, la sortie sur le marché de « Acteur principal » est programmé pour le mois de février courant.

Il a rejoint cette maison de production il y a quelques semaines pour finaliser son prochain disque intitulé « Silikoti ».
Concocté dans de bonnes conditions par des artistes qui l’accompagnent, l’œuvre de Jus d’Eté, une fois lancée dans les bacs, ne manquera pas de captiver tout le monde pour la simple raison qu’en sa qualité d’artiste bien avéré, de chanteur compétent et d’auteur-compositeur de première force qui a u prouver tout au début ses talents

Expérience de 7 ans dans Wenge El Paris et Wenge Musica Maison Mère

Ayant débuté sa carrière aux côtés de Duc Hérode dans « Golden Tchatcho » et intégrer le groupe « Wenge El Paris » depuis l’Europe, avant de confirmer ses talents au sein de l’orchestre Wenge Musica Maison Mère pendant sept ans également, il n’a jamais lancé la balle à côté du poteau.

Ceci pour dire en conclusion que le disque qu’il est en train de finaliser en Europe va mettre tout le monde d’accord, pourvu qu’il songe à s’écarter de la lignée des autres qui sont devenus des spécialistes au lancement des œuvres pleines d’insanités quoique dans « Silikoti », Jus d’Eté « papa Popi » a réservé une place noble à la gent féminine.

 

(Franck Ambangito)

 

par -
0 1114

Sa famille biologique s’insurge contre les fausses rumeurs 

Décédée d’une manière inopinée dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 janvier 2016, dans les murs de l’hôpital Sino Congolais au quartier 7 de la commune de Djili, à la suite d’un malaise alors qu’elle se trouvait en retraite, la cantatrice Marie Misamu continue de faire l’objet de fausses rumeurs injustifiées. En effet, l’on constate que certaines indiscrétions sans vérifier les faits se sont mis non seulement à discréditer la personnalité de la star disparue   sur sa vie privée, mais également à confirmer la disparition de sa mère biologique qui, semble-t-il, n’aurait pas pu supporter le choc après la mort de sa fille qui s’ajoute à celle de son grand-frère en l’espace d’un mois. Selon de sources concordantes arrivées   au domicile de la famille biologique situé   au quartier Sans fil dans la commune de Masina, la maman de la défunte est en vie. Ses fans choqués ont carrément déploré ce comportement à propager une nouvelle sans devoir au préalable vérifier son exactitude. Eu égard à ce fait, d’autres encore ont saisi l’opportunité pour lancer un plaidoyer auprès des autorités du pays, pour qu’elles prennent des dispositions , en lançant une campagne d’éducation qui permettra de combattre ce fléau qui discrédite les valeurs fondamentales de la nation, surtout que la quasi-totalité   des nouvelle passe depuis par des réseaux sociaux, a ajouté un confrère de la Prospérité. L’on préfère aussi réglementer l’impression de macarons à son effigie pour que cela soit vraiment profitable à sa descendance.

(Franck Ambangito)

par -
0 695

Un professeur de biologie recommande l’hygiène intime

L’hygiène intime abusive pourrait tuer les protections naturelles génitales, car le vagin est un autonettoyant, a prévenu le professeur Odette Kabena. La primeur de la publication du document y afférent, a été réservé, lundi dernier, à l’ACP. Le document intitulé : « la pratique d’une bonne hygiène intime féminine », a été vulgarisé pour sensibiliser les femmes exposées aux hygiènes intimes abusives dans ce domaine. Le professeur montre que la répétition journalière de la toilette interne fragilise la muqueuse vaginale et occasionne de réelles difficultés gynécologiques et sexuelles. Une petite toilette intime au quotidien et biquotidien est largement suffisant, a-t-elle fait savoir. Mme Kabena a signifié qu’une bonne hygiène intime est nécessaire, pour des raisons d’ordre sanitaire et sociologique. Ceci pour limiter le développement local des microbes, et contribuer à l’acte sexuel en permettant aux partenaires de s’offrir l’un à l’autre un plaisir, tout en évitant des sécrétions génitales dues à une toilette non adéquate, et évitant également lors de l’accouplement, le dégagement de mauvaises odeurs. «  Dès son très jeune âge, la fillette apprend à accorder une attention particulière à son organe génital et à l’entourer des soins appropriés. Plus elle grandit et devenant sexuellement active, elle s’attache aux recettes qui peuvent lui permettre de conserver sa santé génitale et sexuelle » a-t-elle poursuivi. La biologiste a fait savoir que dans la société congolaise actuelle, où la majorité de familles se caractérisent par une insuffisance de communication sur l’éducation sexuelle, les programmes et manuels de l’école ne s’attardent pas sur les règles à appliquer si sur des dangers liés à de mauvaises pratiques d’hygiène intime.

La propreté corporelle chez une femme est l’un des éléments de la vie à ne pas négliger. Ceci ne veut guère dire qu’un homme doit négliger l’aspect propreté corporel.

Il faut marteler surtout chez les jeunes filles qui commencent à voir leurs menstrues, dit une mère de famille. Celle-ci constate que certaines jeunes filles, pendant leurs menstrues, se négligent à tel point qu’elles ne se lavent pas tôt. Et le fait de rester pendant longtemps en période des menstrues sans se laver, entraine de très mauvaises odeurs. D’ où, les parents se doivent d’être rigoureux avec leurs enfants, dès leurs bas âge, en les stimulant de se tenir chaque fois propre.

Vu sa physionomie par rapport à l’homme, la femme doit correctement et chaque jour prendre soin de son corps. Pas de façon abusive, mais avec trop de produits au corps, a souligné une éducatrice.

Pendant leurs menstrues, maintes jeunes filles profitant du relâchement de leurs mères, ne veulent pas se laver.

Il serait mieux que les parents sachent rester rigoureux envers leurs filles, les préparer avant le début de leurs menstrues, à bien prendre soin de leurs corps. Car abuser des soins, c’est encore détruire la protection naturelle.

L’hygiène génitale des femmes constitue un sujet pour lequel les barrières socioculturelles doivent être levées, a conclu Mme Kabena. Elle a été proclamée, dernièrement, Docteur en sciences, à l’issue de la soutenance de sa thèse intitulée : « Produits d’hygiène intimes des femmes à Kinshasa et leurs effets in vitro sur la croissance microbienne et la mobilité des spermatozoïdes ».

(Mamie Ngondo)