Auteurs Articles de La Rédaction

La Rédaction

11741 ARTICLES 0 COMMENTAIRES
Toute l' actualité congolaise en un clic

par -
0 524

« Faute de moyens conséquents, cette première édition va se concentrer  sur les chorales de la ville de Kinshasa. Nous avons reçu une centaine de candidatures venant de quatre coins du monde. Après étude, il était prévu que deux groupes viennent de Douala au Cameroun et du Congo Brazzaville. Toutefois, hélas, le problème des finances se pose avec acuité  », a précisé dès l’entame de la conférence de presse, le Cœur Mutshipayi, initiateur du projet et coordonnateur du Festival Nuits des Chœurs prévu du 3 au 5 septembre prochain, au Théâtre de verdure du Mont Ngaliema.

Ce projet de réunir la musique chorale autour d’un festival a pris corps il y a de cela quatre mois, avec comme motivation promouvoir ce genre de musique qui, jusqu’à ce jour à Kinshasa, n’a pas de grand rendez-vous du genre. Le souci qui ronge l’initiateur depuis plusieurs années, c’est de réunir en un cadre d’honneur les choristes pour qu’ils célèbrent devant un public nombreux durant plusieurs jours leurs talents déjà accepté entre autre dans les églises. Parlant de constant sur terrain, a-t-il dit, nombreux sont des choristes qui quittent les chorales pour aller dans les genres de musique comme le ndombolo, rumba,… c’est en créant de pareilles tribunes que la musique chorale va encore émerger et ne sera pas seulement une affaire des églises. C’est cette conférence de presse tenue à ce sujet au Centre Culturel  Mont des Arts vendredi 7 aout dernier que l’organisateur de cette rencontre a révélé qu’il a eu à recevoir plusieurs candidatures même des chorales de l’étranger, vu que le moyen n’a pas répondu à la taille des ambitions, cette année, nous allons nous focaliser sur Kinshasa.

Pour sa deuxième édition, nous allons voir la possibilité de travailler avec des chancelleries pour que certaines dépenses soient allégées. Mais ce qui est sûr, c’est que l’engouement qu’il y a eu dans le dépôt des candidatures nous a prouvé que cette manifestation tombe à pic… Cela vient combler un vrai vide », a déclaré l’initiateur du projet.

Parrainé par le Ministère de la culture et des arts et organisé en collaboration avec la Fédération nationale de musique chorale de la RDC,  cette première édition va, trois nuits durant, mettre sur une même scène 15 chorales. Ce sont : Luc Gillon, Chœur La Grace, Chœur peace and love de la Monusco, Cali Mass choir, Chœur miséricorde divine, Brebis de Jésus, Chœur rossignols,  Choristes sans frontières, vox disposa, Chœur nouvelle alliance,  Chœur de la ville  néo apostolique, Chœur international de Bilenge de Bima, Chœur cantate dominum et Chœur de St Cyprien.

« Chorale sans frontière », c’est le thème retenu pour cette messe culturelle qui mettra plus l’accent sur le côté culturel et artistique de la musique chorale. Par, soirée, a-t-on, appris,  cinq chorales vont défiler et toutes les variétés de musique seront représentées : classique, gospel et de variété. L’objectif ici, c’est de faire la promotion de cette musique, puisqu’on y trouve des groupes qui interprètent la rumba, les anciens succès, Lwambo Makiadi, et aussi des chorales institutionnelles sont à compter sur cette liste.

Le représentant du Ministre de la culture et des arts n’a pas voilé sa joie de parrainer et de soutenir cette initiative, car, a-t-il dit, le Ministère encourage de tels projets puisque il faut entretenir la créativité de l’homme congolais.

Répondant à une question de la presse sur l’espace choisi, Le Cœur Mutshipayi s’est montré plus rassurant d’une part parce que ; chaque chorale a déjà son public, d’autre part, c’est l’ampleur qu’il voulait donner à cet évènement annuel, comme pour dire « Un festival grand, dans un grand espace ».

( Onassis Mutombo)

par -
0 547

Le championnat démarre le vendredi 18 septembre 2015

  • C’est le consensus qui s’est dégagé au cours de la concertation entre clubs

Lors de l’Assemblée générale ordinaire de la Linafoot tenue dimanche dernier au Centre Nganda, il a été décidé que le championnat démarre le 29 août prochain. Mais certains clubs avaient trouvé que cette date est trop rapprochée à tel point qu’ils ne seront pas encore prêts. Ils avaient alors engagé une discussion quant à ce.

Hier, ils se sont retrouvés autour du comité de gestion pour une concertation sur la question. Durant cette concertation, il s’est dégagé enfin un consensus selon lequel le championnat démarre le vendredi 18 septembre 2015.

Rappelons que le prochain championnat comptera 28 (vingt-huit) clubs dont les 20 de la saison dernière ainsi que les 8 autres qui proviendront du tournoi pour la montée à la Linafoot devant se jouer du 27 au 29 août dans les trois zones géographiques de développement. Onze clubs (champions des ligues provinciales) y prendront part. De ce nombre, huit vont se qualifier et trois vont tomber.

(Gaby Mass)

par -
0 535

Après le tirage au sort de la Super-Coupe de Kinshasa

Le calendrier des matches  rendu public

  • AS Dragons Bilima dispensé du premier tour

Comme annoncé, le tirage au sort de la Super-Coupe de Kinshasa a été fait hier par la Ligue de football de Kinshasa (Lifkin). Ce, en présence des représentants des clubs participants et ceux de leurs entités respectives.

Ainsi, le calendrier des matches a été rendu public. Il est à noter que l’AS Dragons Bilima qui représentant de l’Epfkin (l’entité hiérarchiquement élevée) est dispensé du premier tour.

Voici la grille des matches qui se jouent les 17, 19 et 21 août.

Lundi 17 août au STR

11h OC Idimu-AC Ujana (1)

13h FC Sans Malanda-AC Okinawa (2)

15h AC Kuya-FC Dijack (3)

Mercredi 19 août au STR   

13h Vainqueur (1)-Vainqueur (3) (Fin. I)

15h AS Dragons Bilima- Vainqueur (2) (Fin. II)

Vendredi 21 août au STR

15h Finaliste I-Finaliste II

Il convient de préciser que chaque club participant devra payer la somme de 400 USD (quatre cents dollars américains à titre de droit de participation. Les clubs qui ne paieront pas ledit montant pour quelque prétexte que ce soit se verra infliger une amende de 2.000 USD(deux mille dollars américains).

Séminaire de mise à niveau des arbitres

Aussitôt le tirage au sort terminé, il s’est ouvert le séminaire de mise à niveau des arbitres. C’est une recommandation du séminaire national de lutte contre la violence dans les stades tenu dernièrement à Kinshasa. Car, il a été constaté que parmi les causes endémiques de la violence dans les infrastructures sportives, l’arbitrage figure en bonne place. D’où, il faut recycler les chevaliers du sifflet pour qu’ils s’imprègnent des 17 lois du jeu. Chaque entité tiendra le séminaire du même genre pour ses arbitres.

 

(Denis Lubindi)

par -
0 599

Que peut-on attendre du team RDC ?

Dans moins de trois semaines, l’attention des sportifs du continent et de la RDC sera focalisée vers la ville de Brazzaville où vont se dérouler les 11è Jeux Africains. La RDC y sera présente dans 15 disciplines sportives.

Une chose est certaine, la RDC cherchera à battre son propre record. 1 médaille en bronze aux 8è Jeux Africains à Abuja au Nigeria en 2003 par l’entremise du judoka Ngbongbo Bokoko, 3 médailles aux 9è Jeux Africains d’Alger en 2007 dont 1 argent et 2 bronze en karaté par l’entremise de Nancy Tshiaba (argent), Braudry et Pathy Esasi bronze et une dizaine de médailles dont une en or par l’entremise de la taekwondo in Naomie Katoka aux 10è Jeux Africains de Maputo au Mozambique.

*Possibilité accrue pour la RDC de glaner plus de médailles

C’est possible pour la RDC de battre ses propres records pour plusieurs raisons que nous essayerons d’en énumérer.

Première raison, c’est pour la première fois que la RDC aligne un nombre impressionnant de disciplines sportives (15 au total). Il s’agit de : athlétisme, badminton, cyclisme, handball, karaté, escrime, judo, luttes, taekwondo, tennis de table, lawn tennis, natation, volley-ball et handisport.

Deuxième raison, la délégation de la RDC sera plus nombreuse que les autres fois.

Troisième raison, les athlètes rd congolais ont acquis plus d’expérience que par le passé.

Quatrième raison, la proximité de Brazzaville avec Kinshasa fera en sorte que les athlètes puissent bénéficier du renfort des supporters venus de Kinshasa.

Cinquième raison, les rd congolais ne se sentiront nullement en terre étrangère puisque Brazza et Kinshasa sont considérés comme une seule ville.

Sixième raison, la montée en puissance de disciplines telles que le taekwondo, handball féminin et cyclisme à laquelle il faudra ajouter le savoir-faire des judokas, boxeurs, karatekas, tennismen et beach volleyeurs, augure un lendemain meilleur même si pour certains ils n’ont plus effectuer des sorties sur l’échiquier africain ou mondial.

Septième raison, les athlètes sont déterminés à se surpasser pour mériter de la république.

Comme on peut s’en rendre compte, la liste des raisons qui feront en sorte que la RDC glane plus de médailles et batte ses propres records, n’est pas exhaustive.

Huitième raison, le gouvernement a promis de libérer les fonds y afférents avant le déplacement et non la veille ou après que la délégation soit partie comme autrefois. Cette manière d’agir, rassurera et motivera à coup sûr les athlètes.

Il est vrai que les Léopards de différentes disciplines n’ont pas tous bénéficié d’une préparation à la hauteur de la compétition attendue. Les taekwondo-in nous rassurent eu égard aux merveilles qu’ils réalisent dans les différentes compétitions auxquelles ils ont pris part. Nous pensons ici au championnat du monde de la spécialité en Russie où l’athlète Arnold Nkoy avait atteint les ¼ de finale ce qui n’est pas une mince affaire. A l’open de Russie 2015, Boyipamba Gaignauld avait créé la sensation en arrachant la médaille d’argent. Et  à côté de deux précités, il faudra compter avec tous les autres qui ont fait parler la poudre à la 6è édition du championnat d’Afrique zone 4 tenue à Kinshasa en 2015. Nous pensons ici à Naomie Katoka, Rosa Keleku, Mahonza Brenda, Bolili Parker, Mwaka Glodi, Gradi Kamuanya, Cédrick Botalatala, Giresse Kakesa, Mbombo Koda etc.

Sur cette photo Les Léopards/taekwondo dames médaillées d’or de la 6è éd. Championnat d’Afrique zone 4 Ph. Willy Mpia

A côté de taekwondo in, les cyclistes qui sont en stage bloqué en Afrique du Sud vont se surpasser. Il en est de même des handballeuses qui n’ont pas dit leur dernier mot. En Afrique, elles ont déjà atteint le carré d’AS, il faudra maintenir le cap. Les autres disciplines, faute d’une préparation minutieuse, vont compter sur le renfort des athlètes évoluant à l’étranger. Nous pensons ici à l’athlétisme, à la lutte, lawn tennis et nous en passons.

*Judo

L’escalade des disparitions affecte le judo en RDC

Par ailleurs, la Lijukin poursuit le Dojo vacances à l’YMCA

Depuis la disparition de Gd Maître Vambanu Lukoki Chi-ku, la famille du judo est sérieusement secouée par l’escalade de décès comme le témoigne le relevé ci-après :

Décès de l’athlète Guégué Basunga de l’ASJ Djalo de Kinshasa le 11 août. Moussa Tchiam du Judo Club Ngiri-Ngiri et cousin au président de la Ligue de Judo de Kinshasa ‘’Lijukin’’, a perdu son cousin, le 10 août. ASJ Kalamu a perdu son secrétaire sportif Youré Youyou Edjidjimo enterré le samedi 8 août dernier et le dimanche 9 août, décès de la mère de Tripot Losele de la Lijukin.

La conséquence de tous ces décès fait que les activités de judo pour les clubs ou l’entité, sont sérieusement affectées.

*Poursuite du Dojo Vacances de la Lijukin à l’Ymca 

Pour ceux qui l’ignorent, la Ligue de Judo de Kinshasa ‘’Lijukin’’ que préside Me Eugène Aliwu Tchiam continue avec le Dojo vacances qu’elle organise à l’YMCA Matonge.

Les séances ont lieu de 9h00 à 11h00 et de 16h00 à 18h00 l’après-midi. Le Dojo vacances est ouvert aux enfants âgés de 5 à 17 ans.

Une fois de plus, la Lijukin lance un appel pressent à son mécène attitré, l’honorable Ingele Ifoto pour lui venir en aide afin de lui permettre d’acquérir des kits scolaires à remettre aux enfants qui vont bientôt reprendre le chemin de l’école. La ligue lance également le même appel aux différents sponsors et autres personnes de bonne volonté qui peuvent soutenir son action pour le bien des enfants. Il y a lieu de retenir que ces derniers sont très bien encadrés par des encadreurs bien outillés et maîtrisant leur art pendant cette période des grandes vacances. Ils apprennent aux enfants le judo.

(Antoine Bolia)

par -
0 483

Des déplacés regagnent leurs milieux d’origine

Plus de 15.000 personnes ont déjà regagné leurs villages, a affirmé hier Mme Florence Marchal, coordonnatrice du groupe de communication des Nations Unies. Ce mouvement de retour des déplacés internes constaté est un signal positif de la paix entre les deux communautés Lubas et Pygmées qui se sont entredéchirées durant plus de deux ans dans la nouvelle province du Tanganyika. Il y a donc lieu de saluer les efforts menés quant à ce par les autorités congolaises et la MONUSCO.

Comme d’aucuns ne l’ignorent, des combats à grande échelle avaient éclaté depuis 2013 entre deux communautés luba (Balubakat) et batwa (ou pygmées), suite à un conflit interethnique multiforme et séculaire, dans la nouvelle province du Tanganyika (ancien Nord-Katanga).

Ces combats violents à l’origine ont été provoqués par des tensions latentes entre les Batwas ou Pygmées et les Lubas dans le territoire de Manono. Puis, les deux communautés ont formé des milices et les combats se sont par la suite propagés aux territoires de Kabalo, Kalemie, et dans le sud du territoire de Nyunzu.

Les Nations Unies a fait état de centaines de civils tués dans ces violences intercommunautaires, de dizaines de villages incendiés et de dizaines de milliers de personnes déplacées, puisque, contraintes de quitter leurs milieux d’origines (villages) et leurs foyers.

Hier au cours de la conférence de presse des Nations Unies à Kinshasa, des questions sur cette situation ont été également soulevées. Dans  les réponses, Mme Florence Marchal, coordonnatrice du groupe de communication des Nations Unies en Rdc, a affirmé qu’un mouvement de retour des déplacés internes de ce conflit est constaté depuis un certain temps dans cette partie du pays.

Elle a confirmé que déjà plus de 15.000 personnes ont regagné leurs villages. Lesquels villages, autrefois dévastés, ont à ce jour récupéré au moins 80 % du nombre des gens qui y vivaient avant, indique Mme Marchal. Cependant, déplore-t-elle, les conditions précaires et d’extrême pauvreté auxquelles vivent ces retournés dans leurs villages. Elle a rassuré quant à ce que les humanitaires étudient des possibilités de leur venir en aide.

Félix Basse s’inscrit en faux contre HRW

Le porte-parole de la Mission des Nations Unies pour la stabilité en Rd Congo (MONUSCO), M. Félix Prosper Basse qui animait la conférence depuis la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu à l’Est de la Rdc, pour sa part, s’est inscrit en faux contre une allégation contenue dans une note d’information de l’Ong internationale Human Rights Watch (HRW) rendue publique mardi 11 août dernier par rapport à cette situation. L’allégation selon laquelle les combats au Katanga ont très peu retenu l’attention de l’opinion nationale et internationale.

Félix Basse a démenti en soulignant que la Monusco a toujours travaillé pour ramener la paix dans ce coin enclavé de la Rdc. La Monusco a déployé une base opérationnelle temporaire, un bataillon béninois de la Force de la Monusco à Nyunzu, « qui fait un excellent travail malgré l’effectif réduit ».

Le porte-parole de la Monusco a fait savoir que le représentant du secrétaire général des Nations Unies en Rdc, M. Martin Kobler, s’est rendu personnellement à Nyunzu (c’était au mois de mai) pour s’enquérir de la situation et y trouver des solutions idoines pour le retour de la paix entre les deux communautés.

« Ce conflit n’est pas récent. C’est un conflit séculaire. Les deux milices s’affrontent de manière récurrente », a indiqué Félix Prosper Basse en saluant les efforts menés par les autorités de la République et la Monusco.

Signalons par ailleurs que la Monusco dans son survol de la dernière situation sécuritaire dans le pays, informe que, des tensions interethniques entre les communautés Luba et Pygmées, continuent d’être rapportées dans le territoire de Nyunzu, particulièrement dans la localité de Mwaluka, située à 37 km au Sud de Nyunzu-centre.

(Lepetit Baende)

par -
0 476

Lancement hier à Kinshasa de l’atelier sur la stratégie nationale de développement des PME

Dans le cadre de contribuer au renforcement des petites et moyennes entreprises PME et de promouvoir leur inclusion financière, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), en collaboration avec le Ministère des Petites et moyennes entreprises et classe moyenne (PME & CM), ont ouvert hier mercredi 12 août 2015, un atelier sur le lancement de stratégie nationale de développement à Kinshasa.

L’objectif de cet atelier est d’impliquer les parties prenantes et de réfléchir autour de deux thématiques principales. A savoir : l’état des lieux du secteur  des Petites et moyennes entreprises et la feuille de route du processus d’élaboration de la stratégie.

Plus spécifiquement, au cours de cet atelier il est question de promouvoir l’émergence des PME, l’employabilité et l’autonomisation des jeunes, des femmes et des milieux ruraux à travers la promotion de la petite entreprise.

A l’heure actuelle, les petites et moyennes entreprises souffrent d’un déficit de reconnaissance économique, juridique et sociale alors qu’elles contribuent à une part non négligeable du Produit intérieur brut (PIB) du pays et emploient plus de la moitié de la population active congolaise. Une politique nationale de promotion de ces entreprises bénéficierait par conséquent, à l’ensemble de l’économie congolaise.

Le PNUD au chevet d’une radio communautaire au Nord-Kivu

Dans un autre cadre qui concerne sa stratégie d’appui aux radios communautaires émettant dans la partie Est de la République démocratique du Congo, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) organise deux ateliers de formation, du mercredi 12 au samedi 15 août 2015, en faveur de la radio communautaire Bashi à 17 kilomètres de la ville de Butembo dans la province du Nord-Kivu.

Ces formations ont pour objectif de favoriser le développement d’une programmation radiophonique équilibrée de qualité et de renforcer les capacités des responsables en termes de management. « Une radio produisant des contenus de qualités peut facilement attirer les annonceurs et des partenaires financiers », indique le communiqué du PNUD en notre possession.

Lors de ces ateliers, les journalistes seront formés à l’écriture radiophonique, à l’organisation d’une rédaction et à la production de contenus de qualité. Ils seront également sensibilisés aux règles journalistiques d’éthique et de déontologie.

Par ailleurs, souligne le communiqué, des formations similaires sont aussi organisées à Masisi, Walikale et Beni dans la province de Nord-Kivu et à Nyunzu dans le Nord-Katanga. Pour rappel, c’est depuis 2008 que  le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) développe une stratégie globale et intègre d’appui en faveur d’une dizaine de radios communautaires de l’Est de la République démocratique du Congo.

(Clémence Kilondo/Stagiaire)

par -
0 393

Le Vice-gouverneur Clément Bafiba a reçu Mwimba Texas en audience

Le Vice-gouverneur de la ville-province de Kinshasa, M. Clément Bafiba a reçu dans son cabinet de travail M. Mwimba Makiese Alphonse Texas, président-fondateur de la Fondation qui porte son nom. C’était le mardi 11 août dernier en début d’après-midi.

La 2è personnalité de la capitale a félicité son interlocuteur de vive voix pour le travail de qualité qu’il abat en faveur de la promotion des personnes vivant avec albinisme. Bien qu’il y ait encore beaucoup à faire, a-t-il indiqué, il faut reconnaître que la stigmatisation et la marginalisation des albinos en République démocratique vont diminuant. Elles ne sont plus les mêmes comme il y a plusieurs années auparavant. Ce n’est pas par hasard si l’on dit que le pays de Kabila est un pays modèle quant à la protection et à l’encadrement des personnes vivant avec albinisme. Ce, contrairement à certains pays africains (surtout en Afrique australe) où les crimes rituels dont les albinos sont victimes ne se comptent plus.

Le Vice-gouverneur a promis son soutien à la Fondation Mwimba Texas

Mwimba Texas a profité de cette audience pour informer le Vice-gouverneur que l’ONG des albinos va organiser le 4 septembre prochain au Jardin botanique de Kinshasa une manifestation de sensibilisation et de conscientisation des albinos à la veille de la rentrée scolaire. La Fondation Mwimba Texas veut ainsi respecter la tradition qui veut qu’elle encourage les élèves albinos non albinos à l’occasion de la rentrée scolaire en leur fournissant des fournitures classiques (cahiers, règles, lattes, équerres, …) ainsi que des produits pharmaceutiques pour la protection de leur peau.

Le Vice-gouverneur de Kinshasa a promis tout son soutien à Mwimba Texas pour l’organisation matérielle de cette manifestation qui a lieu dans une vingtaine de jours. Son interlocuteur l’a remercié d’avance en souhaitant que d’autres autorités lui emboitent le pas comme le font habituellement des partenaires traditionnels comme la Fondation Gertler, l’Agence KPM Cargo, le Centre Ophtalmologique de Masina (COM), l’UNICEF, le Centre Walonnie-Bruxelles, Vitmilk, Lions’s Club, …

Le soutien matériel et moral des uns et des autres a toujours été un signal fort qui contribue à la promotion sociale de la personne vivant avec albinisme.

A sa sortie de cette audience, Mwimba Texas s’est exprimé devant la presse en ces termes : « Je suis très satisfait d’avoir été reçu en audience par le Vice-gouverneur de la ville-province de Kinshasa. Satisfait du fait qu’il ait promis de faire quelque chose pour la manifestation du 4 septembre prochain. Il pourrait rehausser cette manifestation de sa présence ou à défaut y déléguer un représentant. »  

(Denis Lubindi)

par -
0 487

La République Démocratique du Congo est à sa deuxième expérience législative, en cette troisième République. Après le scrutin de 2006 qui consacrait la première expérience démocratique, celle de 2011 est venue cimenter cette démocratie. Cette dernière se caractérise à l’Assemblée nationale par la volonté du président de cette Chambre législative de faire de son institution un temple de la démocratie. Ainsi, les députés nationaux ont une liberté de s’exprimer sur tous les sujets de leur choix. Ce qui peut permet d’apprécier la production législative de chaque député, ainsi que des arguments constructifs.

C’est dans cette optique qu’une mini-enquête a été effectuée par les fins limiers du Journal L’Avenir, afin d’en savoir un peu plus sur les meilleurs députés nationaux qui se font remarquer par leur prise de parole. Sur les 500 députés nationaux qui composent la chambre basse, une cinquantaine se fait remarquer positivement pendant les 3 ans de travaux parlementaires.

Il est vrai que les journalistes et la population n’assistent pas aux travaux en Commission, mais fondent leurs critiques aux travaux des séances plénières ouvertes au public. Le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko, celui qui assure la direction des débats, est exclu de cette catégorie des députés nationaux prolifiques, étant donné qu’il est au centre de tous les débats en ce qu’il oriente ceux-ci. Co-auteur de la proposition de loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour des comptes, Aubin Minaku, avec son collègue Jean-Marie Bamporiki, membre de l’opposition, sont également exempts de ce sondage.

  1. Gilbert Kiakwama Kia Kiziki

Papa Gilbert pour les uns, Papy Kiakwama pour les autres, ce natif du Kongo Central que personne ne peut dénier sa qualité intellectuelle, est un député qui sait placer les mots à leurs places sur ses interventions. Optimiste et peu radical, Gilbert Kiakwama est peu bavard. Il prépare toujours ses interventions en plaçant chaque mot à sa place. Très respectueux, mais l’homme semble perdre sa côte à cause des démêlées de son fils dans l’affaire Filimbi. Une affaire qui avait exigé la constitution d’une commission envue d’une enquête parlementaire au ministère de l’Intérieur et sécurité et à tous les services près ce ministère. Ancien ministre du Portefeuille, des Finances et Budget, Gilbert semble avoir tous les atouts pour apporter sa pierre à l’édifice de la nation. C’est de lui que sort souvent le mot du « budget de la honte, qui n’est pas à la taille de la RD Congo ». Il sanctionnait ainsi la fin des débats sur la loi des finances, pour l’exercice 2011 dans un  rapport dit explosif en ce qu’il met à nu la mégestion au Premier ministre. On lui colle une note satisfaisante dans ses interventions, soit 63,5%.

  • Serge Mayamba

Lucide, cet élu de l’UDPS est des rares députés de l’opposition qui ont un langage constrictif et modéré au sein de l’Assemblée nationale. Aussi, il est de ces députés nationaux de cette famille politique qui voit tout en noir. Il est d’un radicalisme à outrance. Mais lui, c’est la science et plus la doctrine qui l’intéresse en ce que le point de vue du souverain primaire doit triompher par rapport aux considérations partisanes de l’acharnement politique. Il se bat pour l’unité de l’opposition en vue de faire bloc ensemble pour une alternance en douceur. Mis sur le même pied d’égalité que le député nationale Toussaint Alonga Likili, l’élu de la Tshangu à l’Est de Kinshasa a été victime innocente de la part des incongrues des tristes journées du 19, 20 et 21 janvier 2015. Il intervient beaucoup dans de questions hautement sensibles au domaine juridique. Ce jeune avocat n’attend pas donner la carte blanche à ceux qui prennent de décisions sur son dos pour sécher les séances plénières en raison d’un coup de gueule et/ou à cause de divergences de vue. Pour lui, la vraie bataille se livre au sein de l’hémicycle et non en dehors de ce dernier pour faire de déclarations à la presse. Le travail d’un député, dit-il, est de légiférer, contrôler l’exécutif et plaider la cause de la population. On lui colle une note satisfaisante dans ses interventions, soit 63,4%.

  1. Calixte Mukasa

 S’il faut compter la ponctualité des élus du peuple au sein de l’Assemblée nationale, il ne faut pas oublier Calixte Mukasa. Ancien Dg de la Gécamines, le député national élu de Kipushi dans le Haut Katanga, lors d’un débat sur l’adoption du calendrier électoral, avait fait remarquer que le projet de loi modifiant et complétant la Loi n°007/2002 du 11 juillet 2002 portant Code minier ne peut être soumis à la commission mixte PAJ et Ecofin, dans la mesure où ce projet avait été soumis à la commission environnement, plus précisément  à la sous-commission mines et peut-être à la commission Ecofin, du fait  de certains  aspects fiscaux, mais pas à la commission PAJ, souligne-t-il. Son apport et/ou sa contribution au budget de l’Etat est significatif, surtout dans le secteur minier qui est le sien. Il tient beaucoup à l’aspect environnemental, ce qui justifie sa présence au sein de ladite commission. On lui colle une note satisfaisante dans ses interventions, soit 63,3%.

  1. Célestin Mbuyu Kabangu

Président du Groupe parlementaire Unité, Célestin Mbuyu Kabangu est sur tous les fronts dans la cause notable de ses électeurs de la province de Haut Lomami. Il est à son second mandat dans cette chambre. Il a été plusieurs fois ministres, notamment de l’Intérieur et des Hydrocarbures. Ce pétrolier a apporté mainte fois son expérience dans ce domaine, en apportant un appui considérable avec les amendements des projets et/ou propositions de loi relative aux hydrocarbures, notamment le pétrole et le gaz. Négociateur adulé, ce sage de Haut Lomami a un parcours riche puisqu’après son intervention à la tribune du Palais du peuple, il en donne quelques détails à la presse. Présent à la célébration des 55 ans d’accession de la République Démocratique du Congo à la souveraineté nationale et internationale, célébrée dans la province du Kongo Central, Célestin Mbuyu a relevé à L’Avenir les avantages économiques qui en découlent à chaque fois que la commémoration de pareils événements s’effectue d’une manière rotative sur l’ensemble du territoire. Bref, il a dit que c’est une manière d’impulser le développement de chaque province dans divers domaines, dont les infrastructures mobilières devant abriter les visiteurs, et aussi routières pour permettre la mobilité de transports. Sur ce, il avait loué l’idée ingénieuse du chef de l’Etat, initiateur de ce tour rotatif de la célébration de l’accession à la souveraineté nationale et internationale dans toutes les provinces. Compte tenu de son apport parlementaire, on lui colle une note satisfaisante dans ses interventions, soit 63,2%.

  1. François Awenze Makiaba

 Cet élu de la Tshopo à Kisangani fait marrer tout le monde lorsqu’il prend la parole.

Il intervient à temps et à contre temps.  Son seul crédo : il est mandaté par le peuple et il parle toujours en son nom. Malgré qu’il est membre de la Majorité parlementaire, Awenze semble avoir l’esprit indépendant, même  si le sujet à défendre concerne la Majorité. Mais lui, c’est le peuple qui compte, la politique enivre, à l’en croire. Plusieurs fois victime de retrait de parole, à cause des incohérences dans ses propos, depuis un certain temps, il a recouvré ses droits parlementaires en défendant son peuple dans tout dossier qui concerne la Tshopo, sa province.   On lui colle une note satisfaisante dans ses interventions, soit 64,8%.

A suivre…

(Pius Romain Rolland)

par -
0 475

Le processus de transformation de la société menacé

« Découvre le bien qui est en toi et fais-le », répétait Socrate, le philosophe grec de l’antiquité à son interlocuteur. Pour sa part, Jésus le Messie en prêchant l’abnégation, est désigné par les moralistes comme l’apôtre du bien. En effet, le bien est une valeur déterminante sans laquelle les efforts déployés pour la transformation communautaire demeurent infertiles. La recherche du bien passe notamment par le respect de la loi, la conformité aux règles régissant une communauté… Parlant de l’élite, le professeur sociologue Robert Ngub’Usim voit dans celle-ci l’agent (pivot) de transformation de la société.

L’élite, en effet, doit se prémunir du bien comme l’aiguille et le fil, et vice-versa. (Lire la Collection intitulée : « Elite et Démocratie », Sabakinu et alii, Presses universitaires de Kinshasa, PUK 2000). Depuis l’avènement de la 3ème République, mai 1997, le comportement collectif des Congolais est inspiré par des mots d’ordre renfermant la volonté d’une régénération individuelle et collective, qui appelle la transformation même de la société. C’est le cas de la reconstruction nationale, des comités du pouvoir populaire (CPP) ; des Forces d’autodéfense populaire (FAP) ; la Paix se gagne; mobilisons-nous et organisons-nous ; le Congo est conscient de son rôle dans le concert des nations; Finie la récréation; Tolérance zéro; les 5 chantiers de la République, la révolution de la modernité… Tout cela appelent en mont, un besoin de mobilisation. Les énergies doivent se mobiliser autour de ces mots d’ordre, pour que les fruits qui en découlent profitent à la marche de la nation. Malheureusement, des actes inconscients s’érigent fatalement en culture de tout un peuple, et amincissent la voie (spirituelle) de sortie de crise. « Pourtant, ces appels cadrent avec le vœu exprimé à travers l’hymne national le « Débout Congolais » et qui dit : « Levons nos front longtemps courbés et pour de bon, prenons le plus bel élan, dans la paix …».

Le tribalisme et la « coterie» : Il s’agit d’une forme de discrimination tribale courante, voire caractéristique des Congolais. Le tribalisme s’érigeant en un sentiment prédominant, devient une sorte de référence pour quiconque y baigne. Dans l’administration et dans d’autres secteurs de la vie active, des gens réagissent en fonction de cet instinct primaire d’appartenance tribale. Le tribalisme, le favoritisme enfreignent ainsi toute perception nationale. Et partant, difficilement compatibles avec les objectifs affichés dans le cadre de l’unité nationale. L’Illustre Léopold Sedar Senghor a constaté, en son temps : « La raison est hellène, l’émotion est nègre ». Car dans la distribution des rôles, le critère de compétence est ordinairement sacrifié sur l’autel des sentiments, dont notamment le tribalisme. Aussi les bonnes consciences appellent-elles à une utilisation appréciable des ressources humaines. « Mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut », clament-elles.

Dans un discours prononcé le 26 avril 2001, le président Joseph Kabila a recommandé que les ministres utilisent à bon escient le potentiel d’expertise que regorge l’Administration publique. Il reste que les gens s’émancipent de leur primarité, et intériorisent la voix raison qui mène à l’entendement supérieur.

La corruption: Le comportement collectif observable dans le système administratif congolais, est caractérisé notamment par l’empressement à se faire soudoyer pour quelque service que l’on doive rendre et pour lequel on a compétence.  Dans le secteur éducatif, les insuffisances et les irrégularités des salaires, depuis la Deuxième République, a ouvert le champ à une pratique tant décriée, le monnayage des points. Cela entrainant l’émergence des vices connexes comme les « Points sexuellement Transmissibles » (PST), une pratique courante dans des établissements d’enseignement supérieur et universitaire. Cela est également attribuable à de la corruption. Dans la mesure où, la perte d’objectivité dans l’appréciation d’un travail scientifique expose la nation à une bombe à retardement sans pareil. Ce comportement s’avère la négation du mot d’ordre de l’université qui dit: « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Dans cet ordre d’idée, la question se pose de savoir comment la RD Congo accumulant des cadres universitaires pétris dans ces manœuvres peut relever le pari du développement. En son temps, M’Zee Laurent Désiré a réitéré son credo en ces termes : «Le Congo est conscient de son rôle dans le concert des nations ».

La cupidité et l’impunité des cadres : « Au Congo, le problème ne se pose pas en termes de rareté de cadres ; mais de celui des cadres intègres et véritablement voués au service à rendre à la communauté », a constaté un observateur.         « Mon peuple périt parce qu’il lui manque la connaissance », a rapporté le prophète Osée (4,6), dans les Saintes Ecritures. Au début de la décennie 80, le Maréchal Mobutu Sese Seko, dans le contexte de l’ambitieux Plan portant son nom, a déploré le déficit de responsabilité d’une certaine, élite en ces termes : « Le Président de la République n’est pas un magicien ; seul, il ne peut rien. Avec l’appui de tout son peuple, il peut tout. Mais, nous devons éviter que les efforts du peuple soient anéantis par l’inconscience et la cupidité de certains cadres », a-t-il martelé.

Le culte du diplôme : En son temps, le Cardinal Malula a fustigé en des termes clairs, le culte du diplôme. Pourtant, ce que la base attend de l’élite, c’est notamment une vision, c’est l’engagement dans l’action … Le Cardinal, en effet, a souligné : « la vraie valeur d’une élite ne réside pas avant tout dans l’étalage de diplômes ou des connaissances, mais plutôt dans la compréhension du réel pour innover, créer quelque chose d’utile, d’agréable et de durable à la société à laquelle on appartient », a-t-il éclairé.

-Le non affichage des prix et l’insécurité alimentaire : Un éventail de pratiques d’essence inacceptables, sont devenues telle une seconde nature du marché dans le contexte kinois. Le service d’hygiène et celui des affaires économiques ne produisent guère d’effets palpables au marché, en rapport avec leurs missions respectives. D’où, la persistance des maux tels que le non affichage des prix sur les articles, ce qui consacre le règne de la spéculation ;  l’insalubrité courante ; l’écoulement de produits avariés ; l’insécurité alimentaire.

-Des mesures sans lendemain : Il est courant de constater que le principe de la continuité de l’Etat entre en difficulté à la suite des mesures sans lendemain. Des cas sont légion : la répression du tapage diurne et nocturne, l’occupation anarchique de la place publique avec privation soit de passage à la population soit de l’aire de jeu aux jeunes. Dans les quartiers de Kinshasa, en effet, ceux qui érigent des garages, des briqueteries, des parkings, des marchés de fortunes, convainquent le bourgmestre ou son délégué par des arrangements. Point n’est besoin de rappeler qu’une gouvernance démocratie en mal du sacro-saint principe de la continuité de l’Etat est une entorse au processus du développement.

(Payne)

 

par -
0 580

1/8 de finale du Tournoi des Grandes Vacances

Océan Bleu et Etoile de Makala accèdent en ¼ de finale battu

C’est le samedi 15 août prochain au Parc 1 du Stade Tata Raphaël  que vont se clôturer les 1/8è de finale de la 12è édition du Tournoi des Grandes Vacances  qu’organise le Centre d’Initiation des Enfants Congolais au Football ‘’C.I.E.C.F’’ de M. Alain Lejeune avec le sponsoring de TMB.

Signalons que deux autres matches comptant pour les 1/8 de finale s’étaient joués le samedi 08 août au Parc 1 du Stade Stade Tata Raphaël.

Pour la circonstance, Océan Bleu (Gombe) a battu FC Relais Sport 2-0. FC Monta Sport a perdu face à Etoile de Makala 0-1. Une semaine plus tôt, deux autres matches comptant pour les 1/8 de finale s’étaient joués le vendredi 31 juillet sur le même terrain et ont donné comme résultats FC Elonga-FC H.L. Sport : 3-0 et FC Pogba-FC Grain de Seneve : 0-1.

A suivre le samedi 15 août au Parc 1 Stade Tata Raphaël :

A 9h00 : FC Victoria vs FC Dida Sport

10h00 : FC O. de Matonge (Kalamu) vs Etoile de Ngaliema.

Photo d’illustration d’un match de football féminin

*Basket-ball

La Fébaco s’apprête à organiser la 32è Coupe du Congo à Kinshasa

Plus que quelques jours, la Fédération de Basket-ball du Congo ‘’Fébaco’’ s’apprête à organiser la 32è Coupe du Congo de la spécialité à Kinshasa.

Si tout va bien, cette prestigieuse compétition se jouera au stadium des Martyrs du 20 au 30 août prochain. On espère que la fédération mettra toutes les batteries en marche pour que l’on ne revive plus les anomalies du passé.

En notre qualité d’ancien membre de la commission de presse, nous en connaissons des choses qu’il ne faille pas énumérer ici par décence. Au cas où la Fébaco va persister dans l’erreur, nous n’hésiterons pas un seul instant pour l’étaler au grand public. Les latins ne disent-ils pas : ‘’ L’erreur est humaine mais persévérer dans l’erreur est diabolique’’. Qui dit mieux ?

Pour revenir à la 32è édition, les férus de la balle au panier attendent vivre de chaudes empoignades entre kinois et provinciaux. Le champion en titre Mazembe côté et Radi chez les dames, sont d’ores et déjà avertis qu’ils auront difficile à conserver leur titre avec la montée en puissance de New Generation et V. Club, sacrés respectivement champion chez les messieurs et champion chez les dames du championnat de la Ligue Provinciale de Basket-ball de Kinshasa ‘’Liprobakin’’.

D’autre part, deux éternels grands de la Liprobakin à savoir SCTP ex Onatra chez les messieurs et INSS, chez les dames seront également de la partie.

*Cyclisme

En prévision des 11è Jeux Africains de Brazzaville

Les Léopards en stage en Afrique du Sud

 Légende : sur cette photo quelques cyclistes de l’équipe nationale de la RDC Ph. Willy Mpia

Après leur brillante prestation au Tour du Bénin où ils ont terminé 3è au classement général, les Léopards/cyclisme sont de nouveau sur la sellette.

En effet, depuis plus de deux semaines, ils se retrouvent en Afrique du Sud où ils effectuent un stage bloqué en vue d’accroître leurs connaissances qui vont toujours crescendo.

A dire vrai, les cyclistes rd congolais sont en train de mûrir en expérience. Le gouvernement congolais a compris que pour avoir des résultats, il faut investir et mettre des moyens conséquents pour atteindre des hautes cimes. En tout cas, il n’est plus loin l’époque où les cyclistes de ce pays vont faire parler la poudre dans les compétitions internationales. Truffée de jeunes talentueux, la RDC a son avenir en poche.

Le rendez-vous des 11è Jeux Africains de Brazzaville sera à coup sûr une occasion pour les cyclistes rd congolais de se mettre en évidence.

 

*Sport militaire

Ayant aligné 3 disciplines à la 9è édition des Jeux SARPCCO

La délégation de la RDC est rentrée triomphalement avec 3 médailles d’or

(Antoine Bolia)

Comme souligné dans une de nos précédentes éditions, la délégation de la RDC qui avait participé à la 9è édition  SARPCCO Athletics championships 2015 ou Jeux de la Police du 23 juillet au 1er août dernier dans la ville de Manzini au Swaziland, était rentrée au pays avec trois médailles d’or.

Forte de 100 personnes, la délégation de la RDC était conduite par le Général Sengelwa ‘’Seguin’’. Sur les 7 disciplines prévues par l’organisation, la RDC n’avait pris part que dans trois disciplines (athlétisme dans les deux versions sans médaille, le volley-ball dans les deux versions chacune ayant glané l’or et le football médaille d’or).

*Ci-dessous tous les résultats enregistrés  Volley-ball version Messieurs

23/07/2015

Swaziland vs RSA : 3-1

Angola vs Botswana : 3-0

Zimbabwe vs Lesotho : 3-0

24/07/2015

Zimbabwe vs Namibie : 3-0

Swaziland vs Lesotho : 3-1

RDC vs Malawi : 3-0

Swaziland vs Namibie : 3-1

25/07/2015

Botswana vs RDC : 0-3

Swaziland vs Zimbabwe : 0-3

Angola vs Malawi : 3-0

RSA vs Namibie : 3-0

27/07/2015

RSA vs Lesotho : 3-2

28/07/2015

RSA vs Zimbabwe : 1-3

Lesotho vs Namibie : 2-3

Botswana vs Malawi : 3-0

Angola vs RDC : 3-1

29/07/2015 Quart de Finale

Swaziland vs Botswana : 3-0

Zimbabwe vs Namibie : 3-0

RSA vs RDC : 1-3

Angola vs Lesotho : 3-0

29/07/2015 Demi-finale

Zimbabwe vs Swaziland : 3-0

RDC vs Angola : 3-1

30/07/2015 3è Place

Swaziland vs Angola : 0-3

Finale

RDC vs Zimbabwe : 3-0.

Volley-ball version feminine

24/07/2015

RDC vs Botswana : 2-0

RSA vs Namibie : 0-2

Swaziland vs Lesotho : 2-0

Zimbabwe vs Botswana : 2-0

RSA vs RDC : 0-2

Lesotho vs Zimbabwe : 0-2

Swaziland vs Namibie : 2-1

25/07/2015

Namibie vs RDC : 0-2

Botswana vs RSA : 0-2

RDC vs Zimbabwe : 2-0

Swaziland vs Zimbabwe : 0-2

Lesotho vs Namibie : 1-2

27/07/2015

RDC vs Swaziland : 2-0

RSA vs Zimbabwe : 0-2

Botswana vs Namibie : 0-2

Swaziland vs RSA : 0-2

28/07/2015

Lesotho vs RDC : 0-2

Swaziland vs Botswana : 2-0

RSA vs Lesotho : 2-0

Namibie vs Zimbabwe : 2-0

29/07/2015 Demi- Finale

RDC vs RSA : 3-0

Zimbabwe vs Namibie : 3-1

30/07/2015

3è Place : RSA vs Namibie : 3-1

Finale

RDC vs Zimbabwe : 3-0

Football Dames

24/07/2015

Zimbabwe vs RDC : 1-5

Swaziland vs RSA : 0-1

25/07/2015

Swaziland vs RDC : 0-8

26/07/2015

RDC vs RSA : 7-2

Swaziland vs Namibie : 2-3

27/07/2015

Namibie vs RSA : 1-0

28/07/2015

RDC vs Namibie : 16-1

Zimbabwe vs Swaziland : 3-0

Zimbabwe vs RSA : 4-0

Zimbabwe vs Namibie : 5-0

29/07/2015 Demi-finale

RDC vs Namibie : 5-0

Zimbabwe vs RSA : 2-1

30/07/2015

3è Place : Namibie vs RSA : 1-3

Finale

RDC vs Zimbabwe : 5-2.

 

(Antoine Bolia)