Aujourd’hui au Parlement: Ouverture de la session de mars 2017

par -
0 312
Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale/Ph. Kokolo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est aujourd’hui que s’ouvre au Parlement congolais, c’est-à-dire, à l’Assemblée nationale et au Sénat, la session de mars 2017. Comme on peut bien s’en rendre compte, cette s’ouvre dans un contexte politique marqué par le décès depuis le 1er février 2017 du président du comité national de suivi de l’accord de la Saint-Sylvestre, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, sans oublier l’impasse apparu dans son remplacement tant au parti politique (UDPS), qu’à la tête du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement.

Ce contexte, est aussi marqué par la poursuite du processus d’harmonisation des vues entre les différentes forces politiques et sociales, signataires et non-signataires de l’Accord ayant sanctionné les travaux du Dialogue Politique National Inclusif, conclu à Kinshasa le 18 octobre 2016 en vue d’un processus électoral apaisé, crédible, véritablement libre, démocratique et transparent. Le rôle du Parlement ne manquera pas ici d’être évoqué, pour permettre de réunir des positions antagonistes jusque-là, au bénéfice de la nation congolaise.

Au cours de cette session qui s’ouvre, si les violons s’accordent entre les parties prenantes aux arrangements particuliers à la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), peut-être qu’elle verra l’investiture d’un nouveau Premier ministre, conformément à l’accord de la Saint-Sylvestre qui octroie la Primature au Rassemblement. Etant donné que le Gouvernement de Samy Badibanga est composé en majorité des élus du peuple, l’Assemblée nationale connaîtra la validation des mandats des suppléants qui viendront se frotter à d’autres élus légitimes du peuple.

Au-delà du travail législatif normal de chaque chambre, le contrôle parlementaire et le vote des lois se feront aussi invité. Parlant des lois, le Parlement aura en tête des lois essentielles au profit de la CENI, pour lui permettre de bien organiser les élections. La CENI qui a déjà enrôlé près de 19.500.000 électeurs, c’est presque la moitié de ce qu’elle attend parce qu’elle projette un électorat d’environ 41 ou 45 millions d’électeurs.

Raison pour laquelle le Parlement devra donner sa part, pour que ces élections soient bien préparées. Sinon, avec ces matériels acquis par la CENI, elle va les déployer et commencera à remettre les cartes d’électeurs dans le reste du pays. Surtout que le seul objectif, fin juillet 2017, qu’elle ait son fichier électoral qui va permettre de commencer les activités liées aux scrutins.

Terminons par rappeler que, peut-être cette session permettra au Gouvernement Badibanga de présenter un budget réaliste, d’autant plus que le pays fonctionne sous les crédits provisoires. Voilà qui permettra à la population d’apprécier la capacité de mobilisation des recettes, de l’équipe de conduit le Chef de l’Exécutif congolais, Samy Badibanga.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse