Audit du fichier électoral

par -
0 647
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Majorité, Opposition, Société civile, Indépendants et experts de l’OIF à l’œuvre

Réclamé à cor et à cri par la classe politique congolaise, l’audit du fichier électoral va enfin avoir lieu. Pour y arriver, le comité ad hoc composé des experts de l’OIF, des membres de la CENI et les représentants de la Majorité parlementaire et extra parlementaire, de l’Opposition parlementaire et extra-parlementaire et de la Société civile ont tenu une réunion qui leur a permis d’identifier leurs membres et de prendre acte des documents constitutifs et règlementaires de la mission Internationale d’audit du fichier électoral

*Pour mener à bien leur mission, les experts auditeurs, tout comme les observateurs nationaux associés à cette opération se donnent une discipline de travail. Un Code de bonne conduite a été soumis à discussion et signé avant toute démarche d’audit.

La classe politique de la République démocratique du Congo a fait de l’audit du fichier électoral la priorité des priorités. C’est ainsi que cet audit est devenu la condition principale pour la tenue des élections crédibles, acceptables par tout le monde. Mais c’était sans ignorer la détermination de la CENI, obligée de s’ouvrir, de se faire auditer, pour crédibiliser sa démarche. C’est dans cette optique qu’elle a reçue une mission internationale d’audit du fichier électoral de la République Démocratique,  dirigée par le Général malien Siaka Sangage de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Bien avant le début de ce travail important, le comité ad hoc composé des experts venus de l’OIF, des membres de la CENI et les représentants de la Majorité parlementaire, de l’Opposition parlementaire et extra parlementaire ainsi que la Société civile et des Indépendants, a tenu ce vendredi deux sessions qui ont permis d’identifier ses membres et de prendre acte des documents constitutifs et règlementaires de la mission Internationale d’audit du fichier électoral.

Arrivée à Kinshasa le mardi 14 et jeudi 16 juillet 2015, la délégation des auditeurs du fichier électoral pour le compte de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) ont, avant d’amorcer techniquement le travail d’audit externe du fichier électoral, tenu dans la matinée du vendredi 17 juillet 2015 au siège de la CENI, la toute première rencontre de prise de contact durant laquelle les membres et les observateurs du Comité ad hoc se sont imprégnés de la composition du Comité, des objectifs et du chronogramme des activités d’audit.

Adoption du code de bonne conduite

Pour mener à bien leur mission, les experts auditeurs, tout comme les observateurs nationaux associés à cette opération se donnent une discipline de travail. Un code de bonne conduite a été soumis à discussion et signé avant toute démarche d’audit. C’était en présence du bureau de la CENI représenté par le Vice-président, M. André Mpungwe, du Rapporteur, M. Jean-Pierre Kalamba, en sa qualité de superviseur du fichier électoral et du Secrétaire exécutif national, Maître Flavien Misoni Mbayahe.

Sur le plan technique, le Secrétaire exécutif national, Maître Flavien Misoni,  qui est à  la tête de quelques experts  qui vont faciliter le travail de cet audit, a fait une présentation de l’état du fichier électoral de la RDC depuis le premier enrôlement réalisé en 2005 et la révision du fichier électoral de 2011, en présentant le contexte dans lequel ces activités pré-électorales s’étaient réalisées, ainsi que les limites qui en ont été dégagées. C’est la raison pour laquelle l’Assemblée plénière de la CENI avait organisé l’opération de fiabilisation du fichier électoral et de stabilisation de la cartographie opérationnelle pour essayer de réduire les faiblesses qualitatives qui s’y trouver et au finish disposer d’un Atlas électoral avec indication du nombre d’électeurs par circonscription.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse