Aubin Minaku : « Vive le grand leader Ne Kongo Kombo Nkisi »

par -
0 568
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Obsèques du 2ème Vice-président de l’Assemblée nationale

Aubin Minaku : « Vive le grand leader Ne Kongo Kombo Nkisi »

Le 2ème Vice-président de l’Assemblée nationale Kombo Nkisi est décédé à Paris le 14 avril courant. Lors de l’oraison funèbre au Palais du peuple hier à Kinshasa, le Président de cette chambre législative, Aubin Minaku a vanté les mérites de l’illustre disparu, dont le corps a été rapatrié juste après à Kisantu, au Kongo central. L’inhumation interviendra ce jeudi dans son village de Kiyanika, en territoire de Madimba.

Cet immense personnage, patriarche au sens profond du terme, qui s’en est allé, représentait avec d’autres élus de son terroir la crème du très notable Caucus des députés du Kongo central dont l’apport s’est toujours signalé comme l’un des plus déterminants pour le prestige de sa Chambre législative depuis les premières années d’après l’indépendance de la Rdc.

« Je suis convaincu qu’en son honneur, les percussions envoutantes du lokolé, de la
cornemuse traditionnelle et du tam-tam de notre folklore du rite funéraire
africain, mêlées aux sons hypnotisant  de la trompette ou des fanfares,
retentissent en ce moment pour célébrer la riche carrière de l’illustre disparu et
pour crier, en notes musicales:
Le grand leader Ne Kongo Kombo Nkisi
est mort vive le grand Leader Ne Kongo! »,
a commencé Aubin Minaku.

Un vide causé par une mort à Paris

Timothée Kombo Nkisi est décédé à l’Hôpital Pont Royal de Paris, où il avait été admis pour des soins appropriés. « Il est notoire que ses cheveux blancs distillaient, plus que tout, une sagesse pure consolidée par une philosophie nègre enracinée dans la tradition ancestrale », reconnait le Président de la Chambre basse.

En effet, ces deux atouts démontraient combien le sort avait joué en sa faveur en tant que Doyen et référence surtout dans les moments de divergences. Mais la maladie à laquelle il faisait face avec beaucoup de courage n’avait jamais réussi à altérer son enthousiasme et son dynamisme qui ont jusqu’au bout suscité l’admiration et marqué son action tout au long de sa vie.

A peine parti, affirme le Président Minaku, le voilà qui manque déjà terriblement à sa famille, à ses proches, à ses  enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants vers lesquels se tournent toutes les pensées. « Il manque à cette auguste Assemblée comme à tous ses électeurs, paysans, gardiens de coutume, et tous autres dignitaires de Madimba et environs; mais il manque surtout à la République, à la Nation ».

Ce fut un chef de famille attendrissant et rigoureux, un vrai fils du pays, consciencieux, et un homme d’un très grand cœur et d’une habileté remarquable. Il était très réputé pour ses positions intransigeantes dans la mouvance UDPS, avec  sagesse et  réalisme.

Un grand souvenir

Le speaker de la Chambre basse a évoqué le souvenir de la première adresse de Timothée Kombo à la Représentation nationale en tant que Président du Bureau provisoire : « aux commandes des affaires publiques, avait-il dit, on n’est ni de la Majorité ni de l’Opposition ». Cette phraséologie avait sonné le glas d’un grand tournant de l’apport de l’Opposition politique dans la conduite de la gouvernance.

« C’est à partir de cet instant-là que j’ai véritablement fait connaissance avec cet
homme plein d’humilité, d’affection, de gentillesse, de tolérance et de pudeur »,
se souvient Minaku, en faveur de cet ‘’homme d’une aussi grande valeur morale’’.

Un homme qui était capable, quand il y avait des problèmes de trésorerie,
d’utiliser ses propres moyens sans rien réclamer par la suite à la Questure. Il ne
sollicitait aucune faveur pour son propre compte si ce n’est que pour les autres.

Obligé, pour se faire soigner, d’effectuer plusieurs voyages en France, il s’était
interdit depuis quelques mois de solliciter des frais de santé à l’étranger puisque,
pensait-il, la trésorerie ne le permettait pas et que, par ailleurs, plusieurs autres Députés plus jeunes méritaient d’être aussi pris en charge pour des soins appropriés à l’étranger. « C’est rare! », lance Minaku, reconnaissant que le mort était toujours disposé à servir sans se plaindre ni se fatiguer.

Une forte émotion

Retenant ses larmes jusqu’à la fin de l’oraison, Ce n’est donc pas sans émotion qu’Aubin Minaku prend la parole devant tous, pour jeter des fleurs à celui en qui les uns et les autres  voyaient «un ami sincère ». « Avec lui l’on se dit les choses
franchement, sans complaisance, parfois sans même mâcher les mots »,
a-t-on entendu.

« En lui se conjuguait une surprenante simplicité avec le caractère combatif d’un
vrai héros de la lutte traditionnelle de nos villages, lequel, « disait-on au premier des élus du peuple, transparaissaient aisément dans son regard finement vif et perçant: un vrai guerrier, énergique, parfois emporté, mais toujours respectueux de l’autre et
respectueux des règles du jeu! ».

Un parcours élogieux

Sous cette mandature, il venait de sauver le visage positif de la jeune démocratie. Doté  d’un engagement chevillé au corps, son entrée en politique, jeune, sa détermination infaillible, son parcours exemplaire en attestent.

C’est au village de Dembia, en Territoire de Madimba, que Timothée Kombo
Nkisi a vu le jour, un certain 26 juin 1936, étant fils d’André Yanika et de Marie Nsona. Ce fut en réalité, ce jour-là, l’apparition d’une vraie étoile en termes d’érudition ou de talent, dira Aubin Minaku, à la manière de Blaise Pascal ou d’Amadeus Wolfgang Mozart.

Les chroniques de sa vie rapportent qu’après la 1ère   année primaire, passée en
1948, à la Mission catholique de Lemfu, avant d’y embrasser le Petit séminaire, appremant  ‘’je dois pratiquer la vertu’’, ‘’la patience est une vertu’’. Timothée Kombo, en bon disciple de ses maîtres, a marqué sa génération en donnant au travers de sa propre personne, un bel exemple d’un homme très patient et vertueux!

Après des humanités littéraires brillamment passées, Kombo réussit à s’envoler
vers la Belgique, à Louvain. C’est là que s’était produit le déclic majeur de son destin insondable de futur homme d’Etat. Entre les années 61-62, quelque temps après son arrivée dans cette mythique cité universitaire, Timothée Kombo est élu président de l’Union des Etudiants Congolais de Louvain (UGEC, en sigle) et de la Maison africaine à Louvain.

Suivant ses propres mots, le mérite qui lui avait valu d’être élu président de
l’UGEC et de la Maison africaine tenait à sa petite expérience de meneur
d’hommes depuis le Petit séminaire et à l’intérêt qu’il attachait à nouer de bonnes relations humaines, non conflictuelles, dans la société.

A Lemfu, au Petit séminaire, le père directeur l’avait nommé « Bidèle » de tous les séminaristes alors qu’il était déjà le secrétaire du Surveillant de la Congrégation des Jésuites, le Père Charles Verenzein !

C’est en 1964 que Timothée KOMBO termine ses études universitaires à Louvain
étant détenteur de deux diplômes de licence, l’une en Sciences politiques, l’autre

en Organisation du travail.

 Un politique tout jeune                              ”

Mais 5 années auparavant, soit en 1959, exactement à l’âge de 22 ans, Timothée
Kombo avait déjà ressenti le goût de la vie politique sans pratiquement rien
entreprendre au pays. Au cours de ces années des indépendances, il s’employa
intensément à se rapprocher des aînés qui ambitionnaient comme lui de
s’occuper des affaires publiques du Congo. Ainsi il put se rapprocher de Claude
Mafema, de Marcel Lihau, de Ndele Albert et de l’ancien ministre TakIzal.

L’an 1970 est le grand tournant: Timothée Kombo accède à sa première
fonction politique en qualité de Président sectionnaire du Mouvement Populaire de la Révolution District des Cataractes, à peine quelque temps avant d’être élu
Commissaire du peuple pour la Législature 1970-1975.

Il est réélu par la suite Commissaire du Peuple en 1975, mais il ne le resta que
jusqu’en 1977. En effet, se considérant- nationaliste, socialiste et fédéraliste,
Timothée Kombo va adhérer à l’UDPS dont les idéaux lui avaient semblé très
nobles et le projet de société pertinent, pendant que le pays vivait encore dans le
système du parti-Etat.

Aux élections du 28 novembre 2011, Timothée Kombo Nkisi se retrouve parmi les élus et à la faveur du destin, il est le doyen d’âge, situation qui fait de lui, d’office, Président du Bureau provisoire.

« Nous devons changer notre manière dagi0 notre manière de servir I ’Etat ; la légèreté,  la complaisance et la compromission doivent être bannies», tel était son credo.

En tant que 2ème  Vice-Président, Timothée KOMBO s’était entièrement consacré
au plein exercice de ses fonctions. Son mandat fut à l’image de l’homme:
talentueux, passionné, avec toujours un attachement inné au travail de terrain, à
cette prise directe avec le citoyen ordinaire,’ le paysan de nos campagnes,
l’habitant de nos cités suburbaines, ou tout court l’homme de la rue, qu’il soit
riche ou pauvre.

C’est avec beaucoup de zèle et un sens très élevé de l’Etat que KOMBO s’est
occupé des responsabilités qui étaient’ les siennes au sein du Bureau de
l’Assemblée nationale.

Il disparaît aujourd’hui étant enseignant et Chef de travaux à l’Université
Pédagogique Nationale et aussi porteur ‘d’un DEA (Diplôme d’études
approfondies) en Sociologie générale.

Timothée Kombo Nkisi a vécu et a tiré sa révérence! Mais son passage sur la terre des hommes aura laissé des traces indélébiles qu’il appartient à ses héritiers politiques de perpétuer dans l’intérêt bien compris de la nation tout entière.         .

Des qualités à revendre

« Passionné, tu l’as été jusqu’au bout pour ton pays, pour ton peuple, pour ta
patrie. Tu as porté dignement le flambeau du nationalisme et du patriotisme. Homme de conviction, tu l’as incarné en ne te laissant guider que par les valeurs universelles et éternelles qui étaient aussi les tiennes. Homme de paix et de compromis, toujours prompt à discuter et à trouver un consensus, tu l’es resté jusqu’à ta mort »,
conclut  Minaku, avec des mots pleins de  reconnaissance.

(Emmanuel Badibanga)

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse