Au Tribunal Militaire de Garnison de Kinshasa/Gombe: Des prévenus Kamwina Nsapu déterminés à faire obstruction à la justice

par -
0 274
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*L’affaire est renvoyée au jeudi 18 janvier 2018

Le Tribunal Militaire de Garnison de Kinshasa/Gombe a poursuivi hier ses audiences foraines à la prison militaire de Ndolo, dans la commune de Barumbu. A la barre, deux prévenus Kamwina Nsapu, aile de Kinshasa, accusés presque des mêmes faits, soit 10 infractions, notamment le terrorisme, la participation à un mouvement insurrectionnel, l’association des malfaiteurs, l’assassinat, le meurtre, les coups et blessures volontaires et involontaires, l’évasion des détenus, l’outrage à sentinelle, la détention illégale d’armes de guerre, le refus de dénoncer, et  la violation des consignes. A l’audience d’hier, le Tribunal s’était résolu de commencer avec une seule infraction, le terrorisme, pour tous les 36 prévenus.

C’est ainsi que pour hier, deux prévenus ont été appelés à la barre, dont MM. Kabamba et Kabangu Kazadi.  A en croire le Ministère Public, l’infraction de terrorisme s’entend comme le fait d’avoir, avec une entreprise criminelle appelée Kamwina Nsapu, à Kinshasa, précisément au point chaud du Groupe mobile d’intervention de la Police, sur le boulevard Lumumba, au quartier résidentiel, en face du siège de l’UDPS, attaqué par surprise et sous la pluie, occasionnant des blessures graves à l’aide des armes blanches ; destruction par incendie d’un camion de transport de la Police de marque Kamaz immatriculé 0164, destruction de 10 motos, évasion de 24 détenus ; le 17 mai 2017, attaque spectaculaire vers 4 heures du matin de la prison centrale de Makala, occasionnant l’évasion massive de plusieurs prisonniers condamnés et autres ; destruction par dégradation  du bâtiment administratif de la prison de Makala, des dossiers pénitentiaires et de 48 véhicules se trouvant dans les différents parkings.

Toujours pour l’infraction de terrorisme, du 9 au 10 juin 2017 vers 3 heures du matin, le Commissariat PNC Mont Amba a été attaqué, entrainant des blessures des policiers, 14 évadés et un véhicule brulé ; attaque du Parquet de Grande Instance de Matete entrainant 11 véhicules brulés et 4 motos, 3 détenus évadés. Le 28 juin 2017, le Commissariat PNC Funa a été attaqué, occasionnant des blessures graves sur les policiers et les civiles, l’évasion de 24 détenus suivie de la commune de Kalamu. Le 14 juillet 2017, ce fut l’attaque du marché central, entrainant mort d’hommes et blessures.

Signalons que la comparution de Kabangu Kazadi, un adulte de près de 75 ans à l’en croire, a permis au Tribunal de comprendre beaucoup de choses et qui ont été actées dans le procès verbal de l’audience par le Greffier. La confrontation entre Kabangu – Mazanga et Fatou a été très édifiante, parce qu’elle a permis de se rendre compte que c’est dans la parcelle de ce vieux que se tenaient les réunions du parti UDPS et d’où certaines décisions importantes ont été prises. Pendant que Kabangu reconnait avoir été visité au deuil par Mazanga, accompagnée de Mme Fatou, ce dernier dit ne pas connaître M. Kabangu. Voilà une brèche qui permettra aux avocats de creuser lors de leurs plaidoiries.

Ne pas faire obstruction à la justice

A la question de savoir, comment il apprécie la procédure suivie par le Tribunal jusque-là, Me Félicien Kalala de la partie civile Rdc explique que jusqu’au stade actuel, au nom de la partie civile Rdc, nous sommes plus ou moins satisfaits de la procédure, parce qu’elle se déroule selon les normes. « Ce que nous déplorons, c’est le comportement de certains confrères et de certains prévenus qui se mettent à faire obstruction à ce que la vérité soit dévoilée. C’est à travers l’instruction que le Tribunal devrait être définitivement fixé, parce que les plaidoiries n’amèneront que les moyens de droit. Mais à travers l’instruction, les faits devraient être dévoilés concrètement. Nous reprochons aux confrères la façon de faire obstruction à l’éclatement de la vérité, mais jusque au stade actuel, l’instruction se déroule plus ou plus moins bien », dit-il, avant d’ajouter que nous n’avons pas de conseils à donner au Tribunal parce que nous avons prêté serment de respecter les magistrats. Nous nous sommes les parties, nous n’amenons que les faits et le Tribunal connait le droit de forme et de fond. C’est le Tribunal qui ordonne. Ce que nous conseillons, c’est à d’autres confrères qui doivent faire la rigueur de nos normes déontologiques pour que nous puissions faciliter le Tribunal à mettre fin à ce dossier par une instruction adéquate.

Et d’ajouter que l’instruction, c’est déjà le fond. Nous avons commencé l’instruction de la première infraction qui est  le terrorisme, nous sommes au 4ème prévenu, nous allons continuer jusqu’à tous les 36 prévenus, avant d’entamer l’association des malfaiteurs, l’insurrection jusqu’à ce que nous  allons arriver à la 10ème infraction. C’est après cela que nous les avocats nous allons présenter  les moyens de droit et le Tribunal pourra prendre l’affaire en délibéré pour nous départager. L’affaire a été renvoyée pour le jeudi 18 janvier 2018 au même endroit et devant le même Tribunal.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse