Au quartier 13/ N’Djili: La Police démasque les membres d’un réseau « kuluna »

par -
0 340
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans la commune de N’Djili au quartier 13, les policiers ont arrêté un groupe de « kuluna » (ces membres de gangs opèrent à l’arme blanche). Le numéro un du groupe est surnommé Vipère le diable. Son rôle est de faciliter la tâche à son entourage pour la pratique de leurs opérations. L’action menée par les forces de l’ordre à travers ce coup de filet a réconforté la population, au regard de tant d’abus que les membres de cette bande causés contre la tranquillité publique.  A propos, Maman Esther Mano, une habitante du quartier n’a pas ménagé da satisfaction. « Quand la Police s’assume, la population pousse un ouf de soulagement. Car l’insécurité cause des dégâts dans des familles », a-t-elle dit.                                                                                                     « L’implication de la Police dans la lutte contre les Kuluna dans la commune de N’Djili et plus précisément au Q 13 est une initiative louable, pour sauver des vies des innocents. Comme ce quartier est situé en retrait, l’obscurité a de tout temps favorisé l’entreprise criminelle.  Nous ne sommes plus à l’aise dans nos familles à cause de ces malfaiteurs, nous n’arrivons plus à nous promener après 18h dans ce quartier », a renchéri un père de famille.

En effet, l’arrestation effectuée par les forces de l’ordre a été un événement marquant, vu la popularité de ces inciviques. Ils se sont forgé une réputation en accumulant des actes de barbarie.  Ainsi les langues se sont déliées à foison. « Nos biens sont devenus en danger, ainsi que nos vies. Et puis tous ces dégâts sont causés avec autant de facilité  parce que  le quartier n’a pas d’électricité.  En plus, il se pose aussi le problème du manque de fréquence de l’eau potable au robinet. Pour avoir de quoi avoir de quoi se désaltérer, il nous faut descendre jusqu’à la source », a témoigné une mère de famille.

Le quartier 13 avoisine le Centre congolais de maraîchage et fermage, Cecomaf, une étendue urbano-rurale dont il subit l’influence. La difficulté, pour la population locale, est de se sentir laissées pour cause. « C’est comme si nous ne sommes pas de cette ville province nous vivons comme des villageois», a déploré papa Mpadi Tommy . « Il y a peu, l’on n’a pas vu la Police faire son travail comme l’auraient souhaité les bonnes consciences. Cette fois-ci, nous pensons que les inciviques recevront la rigueur de la loi. Car auparavant quand ils les arrêtent après quelques semaines vous verrez encore les mêmes garnements en train de refaire les mêmes opérations. Pour sa part, le nommé Luku Eugène lance un appel pressant aux autorités policières, pour que cette implication des forces de l’ordre ne soit pas la dernière. témoigne :  « Nous demandons aux décideurs d’envisager des solutions durables pour nous, tant que nous sommes encore en vie. Nous vous demandons de venir à notre secours, parce que les policiers qui sont dans ce quartier ont tout aussi besoin du renforcement des effectifs que de probité morale », a-t-il lancé.

( Lipasa Mano Eunice, stagiaire Ifasic)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse