Au nom de la rigueur de la coutume.

par -
0 683
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le deuil se transforme en un règlement de compte contre la veuve 
Le deuil, ça se fête à Kinshasa. C’est un cadre où le plus souvent la misère congolaise se résume au plus haut point comme dans un spectacle de théâtre contre particulièrement la veuve éplorée. Ceux qui viennent compatir aux côtés de la veuve, dans une approche traditionnelle, malmènent celle-ci à petit feu.

A l’annonce de la triste nouvelle, tout le monde accourt pour partager la douleur avec la veuve. Dans le lot des consolateurs, il y a les parents, les amis et les connaissances qui ont connu le mari défunt. Et juste après l’enterrement, les masques de compassion tombent pour appliquer la rigueur de la coutume.

Et d’entrée de jeu, la veuve est prise en otage par des parents du défunt. Toutefois, elle prend soin de réunir à ses côtés certains membres de sa famille. En entendant les démarches funéraires, pour certaines, la veuve reste inactive. Et dans la plupart de cas, l’entourage ne se soucie même pas de la douleur qui la malmène, la fait de tirer en longueur le protocole du deuil. Elle est obligée de subir des scènes de pleurs et d’amertume.

Assise à même le sol, elle attend la levée du corps de la morgue. Qui, dans certains cas, peut se tirer en longueur prendre même une semaine. En attendant, elle doit subir le protocole traditionnel, elle demeure toujours inactive. Par moment, elle parvient à s’évader en écoutant les chansons religieuses ou en servant ses collègues de service. Et vint le jour de la sortie du corps ou une vague de parents, amis et connaissances viennent assister à la cérémonie funéraire.

Et juste après l’enterrement, elle est prise en otage par la famille de son défunt mari. Dans un deuil à Kasa-vubu, les parents d’un défunt ont interdit à la veuve de saluer même ses collègues de service sous prétexte qu’elle est retenue à une concertation par un collège des oncles. Ceux-ci l’ont sommée d’observer le mokuya (le deuil) durant une semaine après l’enterrement.

Pour la petite histoire, à Kinshasa, les cérémonies funéraires se transforment le plus souvent à des moments récréatifs. … ou tous les commérages se tissent devant la chapelle ardente ; où se joignent les sapeurs qui se rivalisent des griffes de grands couturiers du monde ; où certaines femmes maquillées comme des voitures volées s’amènent en quête des princes charmants. Elles ne soucient même pas du parcours de combattant que subit la femme éplorée.

Et dans le rang, certains membres de la famille, suffisamment informés, de la vie de ce couple qui viennent pour tirer les reliquats de cette séparation brutale. Le plus souvent, ce sont des profiteurs qui savent bien interpréter les notions de la tradition pour tirer leur épingle du jeu.

Le plus souvent, leurs larmes ressemblent à ceux du crocodile. Sans ménagement, certains parents s’affairent à s’enquérir sur les biens laissés par le défunt. « atiki nini, wapi biloko ya ndeko na biso. Toyebi azalaki na biloko ebele » (traduisez : qu’est-ce que le défunt a laissé ? Où sont les biens qu’a laissés notre frère ? On est au courant, il avait plusieurs biens). Voilà déjà l’approche de ces oncles et frères qui se rapprochent déjà de la veuve. Et juste après l’enterrement, c’est l’heure du verdict pour la veuve. C’est une tribune traditionnelle qui harmonise avec elle.

Les oncles les plus véreux s’arrachent les biens du défunt au détriment de la femme éplorée et des enfants. Cette situation aggrave encore la douleur de la femme. Certains profiteurs se penchent aux notions de la coutume juste pour tirer profit de cette situation. Les mêmes parents qui s’accrochent aux notions de la coutume, fréquentent curieusement les Eglises chrétiennes. Comme qui dirait le profit prime sur la vertu chrétienne.

Dans tout deuil en Afrique, ceux qui alimentent les commérages à l’encontre de la veuve, viennent pour soutenir ce pillage systématique. Il arrive par moment que la veuve et les enfants soient sommés de sortir sans ménagement de la résidence de leur défunt mari et papa. Et la femme et les enfants se retrouvent dans la rue ou à la charge de sa famille d’origine. Et dire que du vivant de son mari, les membres de sa belle-famille jouissaient de tant de bienfaits matériels. « C’est donc ça, le revers de la médaille, ceux qui venaient manger chez moi. Après l’enterrement de mon mari, ils se sont rebellés contre moi.

Ils ont baissé leurs masques d’enthousiasme sur ma personne, au nom d’une certaine tradition. Ils m’ont ravi les biens de mon mari et aujourd’hui je suis scotchée chez mon jeune frère…. Je m’attendais de vivre dans ma vie une telle réalité. Et dire que parmi les profiteurs, j’ai reconnu ceux qui me prêchent l’amour de Jésus-Christ. A ce jour, je me bats pour scolariser mes enfants », a lâché une dame veuve de son état à ses amis juste après avoir déposé une gerbe de fleurs à la tombe de son défunt mari le 1er aout dernier. « Ah ma chère, c’est ainsi que certaines familles se comportent envers les veuves… j’espère un jour que les choses vont changer à Kinshasa… »

« Ecoute, il faut savoir pardonner », a rétorqué sa consœur. Cette scène s’est passée dans un « nganda ya maboke » (un restaurant de fortune) à Kinkole. Ces dames revenaient d’un recueillement au cimetière de Kinkole. Leurs préoccupations constituent le lot des histoires lyriques des femmes éplorées à Kinshasa.

Le deuil ça se fête à Kinshasa

Un film genre fiction a été lancé dernièrement à Kinshasa, dont un débat sur les débordements des funérailles à Kinshasa et toutes les scènes obscènes et perverses qui se déroulent presque sur toute la ville de Kinshasa en général et sur toute la Rdc en particulier.

Comme un reporter en quête d’un fait d’actualité, cette jeune réalisatrice braque son objectif sur Olongo. Ce dernier est un grand griot de deuil. Un jour, une idée lui passe par la tête, de se faire passer pour un mort. Et, avec comme objectif d’assister à ses funérailles. Olongo comme dans une salle de spectacle se range sur un siège afin d’entendre les commérages à propos de sa mort. Imaginez la suite…c’est une suite de scènes qui reflètent les réalités de cérémonies funéraires à Kinshasa. Parmi ceux qui viennent se recueillir, d’une part, les commères s’affichent au premier plan devant la dépouille mortelle.

Elles racontent tout sur l’illustre disparu, de vraies comme de fausses histoires. Et d’autre part, les danseurs s’activent sur la scène du deuil. Et, les femmes aux postérieurs fournis, s’illustrent par des danses endiablées pour arracher les regards des hommes nantis.

C’est le point fort de cette fiction qui relance un débat sur les débordements des funérailles à Kinshasa et toutes les scènes obscènes et perverses qui se déroulent.

(Saint Hervé M’Buy)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse