Au cours d’un point de presse

par -
0 643
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La « SINDIKA » propose que la balkanisation de la RDC soit un thème choisi pour dialoguer

James Nzinga Nkembo, ancien fonctionnaire de l’organisation des Nations Unies, coordonnateur de la dynamique « SINDIKA », a tenu une conférence de presse le samedi 13 février courant, dans une salle de l’immeuble le bleue sise au croisement des avenues Assossa et Maringa dans la commune de Kasa Vubu. Le tout s’est déroulé sous la modération de M. Clément Lupantsha et trois points étaient inscrits à l’ordre du jour. Le premier s’agissait de la réaction du coordonateur de la dynamique « SINDIKA » au commentaire de M. Lambert Mende, ministre de la communication et média, porte-parole du Gouvernement concernant sa correspondance adressée au chef de l’Etat avec copies au Roi des belges, au Secrétaire Général des Nations Unies , aux cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, aux présidents de deux Chambres parlementaires de la République Démocratique du Congo et, à travers la publication dans un Journal de la place, au peuple Congolais, par laquelle affirme que la balkanisation, que lui préfère utilisé le terme liquidation de la RDC, est le seul remède efficient pour la stabilisation du pays. Le deuxième point était la présentation de la dynamique « SINDIKA », un collectif d’acteurs politiques indépendants alors que le troisième point était la position de la dynamique « SINDIKA » par rapport au Dialogue, la transition et l’alternance.

S’agissant du premier point, le coordonnateur de la « SINDIKA », a dit avoir suivi le commentaire de Lambert Mende qui dans son point de presse du 3 février courant, a cité nommément le coordonateur et a qualifié sa correspondance au Chef de l’Etat, d’un témoignage des stratégies cyniques de remises en question de l’existence de la RDC dans ses frontières actuelles, par des esprits chagrins. Alors que dans cette correspondance il s’agit, pour le coordonnateur, d’apporter une contribution majeure dans la recherche des solutions pour stabiliser ce pays et toute la région des Grands Lacs.

Pour James Nzinga Nkembo, il serait souhaitable à M. Mende qui lui a assimilé gratuitement à un ennemi de l’Etat, de tenter de convaincre avec des arguments politiques scientifiques élaborés au lieu de faire une pareille insinuation dangereuse qui pourrait se traduire comme un appel sournois à l’ostracisme contre toute personne qui suivrait son exemple. La philosophie unitariste, selon le conférencier, a échoué en RDC, d’où la balkanisation est importante à l’heure actuelle. Ce mot balkanisation d’après M. James Nzinga Nkembo, a été diabolisé auprès de la population nègre du Congo enfin de l’empêcher de connaitre son droit à l’autodétermination et à l’irrédentisme a besoin d’être exorcisé.

Ensuite le conférencier a abordé le deuxième point qui est la présentation de la dynamique « SINDIKA », ce terme qui veut dire dans les langues nationales congolaises, d’une part mettre ensemble en kikongo et d’autre part qui signifie faire pression en machi, c’est ainsi que le terme a été conçu pour nommer cette dynamique. Ce groupe a des objectifs qu’il poursuit, comme l’a indiqué son coordonnateur au cours de cette conférence de presse. Soutenir et participer au dialogue, participer à l’exercice du pouvoir pendant la Transition, devenir un parti politique pour participer aux élections à tous les niveaux pour conquérir démocratiquement et exercer le pouvoir, tels sont les objectifs de la dynamique « SINDIKA ».

Lorsqu’on parle du dialogue, on a tendance à ne voir que deux camps : celui de la Majorité Présidentielle et de l’Opposition alors que la crise électorale qui fera l’objet de discussion au dialogue, concerne aussi les candidats indépendants, a indiqué James Nzinga Nkembo.

Voilà pourquoi la dynamique « SINDIKA » a voulu créer cette plate-forme qui est un collectif des acteurs politiques indépendants ayant la même vision et poursuivant les mêmes objectifs.

Quant au troisième point et le dernier, ce groupe de pression s’est dit favorable pour le dialogue, la transition et l’alternance. « SINDIKA » soutient le dialogue auquel elle affirme sa volonté de participer. Et qui montre que ce dialogue national voulu inclusif ne concerne pas seulement les partis politiques et les organisations de la société civile. C’est un espace politique qui doit être créé pour les candidats indépendants, car les problèmes qui minent le processus électoral les concernent aussi.

« SINDIKA » soutient l’idée d’une transition à laquelle elle affirme également sa volonté de participer et de contribuer tant sur le plan technique que matériel aux solutions permettant de sortir le pays de la crise. La dynamique suggère que la transition soit régie par un acte constitutionnel transitoire permettra à la république, non seulement d’avoir le temps matériel nécessaire pour l’organisation des élections qui soient crédible, mais elle permettra également la révision de l’actuelle Constitution qui porte beaucoup de germes des conflits.

Par contre « SINDIKA » s’oppose à tout glissement et condamne la désinvolture de certains acteurs de l’Opposition qui demeurent passifs face au glissement des Assemblées provinciales, du Sénat et des gouverneurs des provinces, en s’acharnant sur la seule personne du Chef de l’Etat alors que ce glissement déjà consonné a besoin de subir le plus de pression possible. Face cela glissement, « SINDIKA » propose un plan selon lequel la dissolution des assemblées provinciales, pour les renouveler, séance tenante, au Dialogue National, par voie de cooptation et à quota égalitaire, afin que les nouveaux députés provinciaux ainsi cooptés et investis légitiment élisent à leurs tours les sénateurs et les gouverneurs des provinces, de manière qu’à la fin de la législature en cours qui tend vers sa fin, l’actuel Président de la République ait en face de lui un Président du Sénat légitimement élu avec lequel il pourra faire la remise et reprise pour que celui-ci assume les fonctions du Président de République pendant la transition.

Enfin « SINDIKA » fustige pour respecter le principe de l’alternance à la tête de l’Etat qu’il serait impérieux d’arrêter déjà au dialogue que le Président de la transition ne sera pas éligible à la prochaine présidentielle.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse