Atelier sur le plan de rattrapage: L’ONUSIDA échange avec des journalistes congolais

par -
0 423
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ce plan de rattrapage est parti d’un constat selon lequel la région de l’Afrique de l’ouest et du centre dont la RDC, connait un retard dans l’atteinte des objectifs assignés depuis 2015. Il fallait, de ce fait, une volonté politique affichée non seulement  de l’ONUSIDA mais également de l’ensemble de partenaires et des Etats, pour que les décisions et actions fortes  soient mises en œuvre, pour inverser. l’ONUSIDA a des objectifs essentiels et on pense que pour qu’il soit plus efficace les medias pourront donner un souffle nouveau dans la mise en œuvre de ce plan du rattrapage. Ceci ressort de l’atelier organisé hier mardi 19 juin, à l’initiative de l’ONUSIDA qui a ainsi échangé avec le réseau de journalistes et communicateurs pour la population et le développement, RCP.

Quid du plan de rattrapage

Dans son mot, le directeur pays de L’ONUSIDA en RDC, M. Marc Saba a situé le contexte de ce plan de rattrapage. Ceci, a-t-il dit, a été lancé et décidé suite à l’initiative du directeur exécutif de L’ONUSIDA. C’est parti d’un constat, c’est que la région de l’Afrique de l’ouest et du centre connait un retard dans le traitement. Il fallait une volonté politique affichée non seulement de L’ONUSIDA mais également de l’ensemble de partenaires et des Etats, pour que les décisions et actions fortes soient mises en œuvre pour inverser. La RDC est parvenue à enregistrer le progrès de 2015 à nos jours, elle est passée de 125 000 personnes sous ARV à 213 milles, a-t-il démontré. Mais les objectifs restent loin d’être atteints.

Sur une population évaluée à plus de 70 millions d’habitants en RDC, plus de 300 mille sont séropositifs ; 213 mille sous traitement de antirétroviraux (TARV), soit une prévalence de 0,8,  tel est le rapport de L’ONUSIDA. Pour atteindre les objectifs d’ici en 2030, l’ONUSIDA souhaite qu’à l’horizon 2020, il y ait 90% de personnes séropositives connaissant leur statut sérologique ; 90% de personnes dépistées séropositives ayant accès aux TARV ; 90% de personnes sous TARV disposant d’une charge virale indétectable. Cet atelier a servi les journalistes à s’imprégner du plan de rattrapage pour mieux communiquer.  Ceci aura donc été  une initiative pour combler le retard en matière de  prévention ; de dépistage et de traitement du VIH/Sida en Afrique de l’ouest et centre, dont la RDC.

En octobre 2017 le bureau régional  pour l’Afrique de l’ouest et du centre, nous avait invités à Dakar. Et 25 pays de l’Afrique de l’ouest et du centre représentés par des journalistes, pour traiter de la question du plan de rattrapage, il a été demandé à ces journalistes d’accompagner ces différents pays pour que le plan de rattrapage soit une réalité, a indiqué  le président exécutif  du réseau des medias africains de la lutte contre le sida, tuberculose et le paludisme, REMASTP et journaliste ivoirien  engagé dans la lutte contre le VIH/Sida, Bamba Yousouf.  Nous sommes venus ici en RDC pour démarrer ce plan, a-t-il lancé. Et de poursuivre : l’ONU sida a des objectifs essentiels et on pense que pour qu’il soit plus efficace les medias pourront donner un souffle nouveau dans la mise en œuvre de ce plan du rattrapage, a martelé  Mr  Bamba Yousouf.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse