Atelier d’évaluation: E. Shadary convoque les Assemblées provinciales à Kinshasa

par -
0 439
Une attitude du VPM lors de la réunion avec l’OIF
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Selon des informations du cabinet du Vice-Premier ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary, un premier atelier d’évaluation du fonctionnement des Assemblées provinciales va être organisé dans quelques jours à Kinshasa. Ainsi, déjà 90% des participants sont à Kinshasa. Soulignons qu’il n’est nullement question de bloquer les motions comme d’aucuns l’ont prétendu. C’est seulement l’une des innovations de l’actuel locataire du cabinet ovale de la territoriale congolaise. Comme pour dire que pendant que se fait cette évaluation à Kinshasa, d’autres initiatives parlementaires devraient attendre.

En effet, depuis l’installation des Assemblées provinciales de 2007 et celles issues du découpage territorial, il n’y jamais eu évaluation du fonctionnement des Assemblées délibérantes en provinces. Il était temps de réfléchir sur les causes de l’instabilité de ces institutions et envisager ainsi des pistes de solution, estime Emmanuel Ramazani Shadary. Outre la Conférence des Gouverneurs dont la proposition de loi au Parlement a été l’œuvre de Ramazani Shadary, alors député national, et qui permet d’évaluer le fonctionnement des provinces, les Assemblées provinciales du pays auront pour la première fois à faire le même exercice pour consolider la démocratie parlementaire à la base.

L’OIF invite E. Shadary à jouer sa partition

Une équipe de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), avec en tête le Général Siaka Sangaré séjourne en République démocratique du Congo depuis le 30 avril 2017, sur demande de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), avec pour mission d’évaluer l’opération d’enrôlement et de révision du fichier électoral.

En marge de cette mission officielle, cette délégation a eu des échanges mercredi dernier avec le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary qu’entouraient son vice-ministre et les responsables des services publics appelés à sécuriser le processus électoral en Rdc. Au cours de cette séance de travail, la délégation de l’OIF a fait un plaidoyer pour l’inclusivité du processus électoral. C’est-à-dire, permettre à tous les Congolais en âge de voter d’accomplir leurs devoirs civils et politiques. Allusion faite aux provinces du Kasaï et du Kasaï-Central en proie récemment à l’insécurité.

A cet effet, se confiant à la presse, le chef de la délégation de l’OIF a dit avoir obtenu des assurances du Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité quant à la détermination du Gouvernement à mettre toutes les batteries en marche pour ramener définitivement la paix dans les provinces du Kasaï et permettre aux populations de cette partie du pays de s’enrôler. Siaka Sangaré a annoncé un rapport final d’évaluation des opérations d’enrôlement à la fin de sa mission, avant de reconnaître les avancées, mais aussi les défis à relever dans le déroulement de ces opérations qui connaissent un engouement de la population.

« Une équipe de l’OIF a été dépêché depuis le 30 avril en réponse à une requête introduite par la CENI auprès de Mme la  Secrétaire Générale de la Francophonie, laquelle requête a demandé à la Francophonie d’envoyer une équipe d’experts pour procéder à l’évaluation du processus d’identification et d’enrôlement en cours, qui a pour socle les recommandations contenues dans le rapport d’audit de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) menée au  mois de juillet et août 2015 », a indiqué le Général Siaka Sangaré, le chef de la délégation.

Et de renchérir que nous sommes là dans le cadre de cette opération d’observation. Nous étions avec les partenaires techniques et financiers, surtout avec la Monusco, avec certains membres du Gouvernement, notamment le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et Intégration régionale, Léonard She Okitundu,  mais aujourd’hui avec la ministre des Droits Humains, Marie Ange Mushobekwa.

D’ajouter qu’il était important, en dépit de l’indépendance de la CENI, que le ministère de l’Intérieur joue aussi sa partition dans l’organisation, surtout  dans la sécurisation  du processus électoral en général, et de l’enrôlement en cours en particulier. C’est pour cela que nous avons voulu le rencontrer, lui qui a la charge de sécuriser les élections. Et ce, parce que dans l’élaboration de notre rapport, nous tenons compte du critère de fiabilité et l’inclusivité, c’est-à-dire que tous les Congolais en âge de voter puissent le faire. Il se trouve qu’aujourd’hui, qu’il y a des localités (Kasaï) où les opérations d’enrôlement ont été suspendues.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse