Assemblées annuelles de la BAD: Tête-à-tête Matata Ponyo-Daniel Kablan

par -
0 748
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Premier ministre congolais, Matata Ponyo, est arrivé à Abidjan, lundi 25 mai, aux alentours de 16 heures. Au pied de l’avion qui l’amenait se trouvait le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Dunkan. Au salon présidentiel par où il a été accueilli, Matata Ponyo a salué une délégation de chefs de terre ivoiriens venus lui présenter les hommages, suivis du personnel diplomatique et des officiels congolais. En dernier lieu, s’alignaient avec fierté les officiers congolais de la Police Nationale Congolaise qui fournissent l’expertise de la RDC à la mission des Nations Unies en Côte d’Ivoire, ONUCI.

Tout de suite après, il a été reçu par son homologue ivoirien, Daniel Kablan Duncan. Les deux personnalités ont passé en revue l’état des relations entre la République Démocratique du Congo et la Côte d’Ivoire. Au sortir de l’audience, le Premier ministre congolais a accordé une interview à la presse ivoirienne au cours de laquelle il a salué le développement de l’Afrique.

Le déplacement du chef de l’Exécutif congolais en terre ivoirienne s’inscrit dans le cadre de la diplomatie active congolaise imprimée par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange. C’est ainsi que Matata Ponyo est invité à deux forums présidentiels organisés en marge des travaux des Assemblées de la Banque Africaine de Développement (BAD) qui vont se tenir à la fin de ce mois à Abidjan, la capitale économique ivoirienne.

Profitant de son séjour en Côte d’Ivoire, il y évoquera, à l’initiative de la BAD, les performances socio-économiques de la RDC, de plus en plus citée comme modèle de succès économique au cours d’un forum économique. Il s’exprimera en panel à trois reprises pour la seule journée de ce mardi 26 mai 2015 avec entre autres, un sujet important sur la sécurité et le développement.

Dans le sillage de la BAD, l’on précise que les résultats reluisants de l’économie congolaise n’est pas le fait d’une génération spontanée. Bien au contraire, ils tiennent d’une parfaite coordination des actions au niveau du Gouvernement. C’est cette recette miracle que Matata Ponyo présentera ce mercredi dans les différents panels où il est associé.

Le miracle congolais

A la BAD, l’on est convaincu que le miracle économique de la RDC, qui projette déjà un taux de croissance de plus de 10% en 2015, fait école. Le jeudi 28 mai, il fera le déplacement de Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d’Ivoire pour prendre part à un autre forum, cette fois-ci, devant l’Assemblée parlementaire africaine.

En effet, parallèlement aux Assemblées annuelles de la BAD, rapporte-t-on, la Côte d’Ivoire va accueillir également à Yamoussoukro, le 30 mai, la 23ème session de l’Assemblée régionale Afrique de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, informe-t-on. Cette rencontre des parlementaires francophones africains prévue à la Fondation Félix Houphouët-Boigny, à Yamoussoukro, réunira près de 300 délégués. Elle est une initiative du président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro, rappelle-t-on.

Quid du 50ème anniversaire de la BAD

Les Assemblées annuelles 2015 de la Banque africaine de développement se tiennent sur le thème « L’Afrique et le nouveau paysage mondial » avec pour toile de fond l’approche qui sera adoptée par le continent africain dans le cadre de trois événements internationaux majeurs qui auront lieu cette année. Ces événements sont la conférence internationale sur le financement du développement qui se déroulera en juillet 2015, à Addis-Abeba en Éthiopie, la conférence des Nations Unies sur les objectifs de développement durable prévue pour septembre 2015, à New York et la conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP21) qui aura lieu en décembre 2015, à Paris.

Ces Assemblées annuelles — les premières depuis le retour de la BAD à son siège d’Abidjan, en 2014-seront aussi marquées par l’élection du nouveau président de la Banque, la célébration du 50e anniversaire de la BAD et l’accueil du Soudan du Sud en tant que 80e membre de la Banque.

Le 4 novembre 1964, les ministres de 23 États africains indépendants se rencontraient à Lagos, au Nigeria, pour la réunion inaugurale du Conseil des gouverneurs de la Banque africaine de développement (BAD). La jeune institution s’est vue confier une double mission : transformer socialement et économiquement l’Afrique, et stimuler l’intégration économique du continent.

Ce qui avait commencé comme un partenariat continental réunissant une poignée de pays africains s’est révélé, au fil du temps, être l’un des partenariats mondiaux les plus efficaces pour l’Afrique avec, en prime, l’adhésion de tous les pays du continent. Au fil des années, 26 pays non-africains ont également rejoint le groupe.

À la création de la Banque, en 1964, la population africaine ne dépassait pas les 300 millions d’habitants, un chiffre qui a triplé depuis. Et la population du continent avoisinera les 2 milliards d’habitants d’ici à 2040.

La tâche en est d’autant plus ardue : promouvoir une croissance économique qui soit tout à la fois forte, partagée et viable ; investir dans le capital humain ; et rester focalisé sur notre mission fondamentale, à savoir l’intégration économique de l’Afrique.

Dans la lutte pour la prospérité des populations de notre grand continent, la Banque africaine de développement peut être fière du chemin qu’elle a parcouru et envisager l’avenir avec une énergie et une détermination renouvelées. De tels moments nous remémorent les mots de Madiba : ” ce n’est qu’après avoir gravi une haute colline, que l’on découvre qu’il en reste encore beaucoup d’autres à gravir” Donald Kaberuka, 7ème président de la Banque Africaine de Développement, le 4 novembre 2014.

Disons que le groupe de la Banque Africaine de Développement a pour vocation de mobiliser les ressources financières destinées à appuyer le développement économique et social de l’Afrique, ainsi qu’à soutenir l’intégration économique. À cette fin, la Banque lève des fonds en Afrique et hors du continent, pour financer des initiatives de développement, comme des routes, des hôpitaux et des écoles, des projets agricoles et des réseaux d’électricité.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse