Assemblée provinciale du Kasaï: Les raisons de la déchéance de trois membres du Bureau

par -
0 400
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La plénière du mercredi 07 juin 2017 à l’Assemblée provinciale du Kasaï était mouvementée suite à l’adoption de l’acte motivé de mise en accusation collective de trois membres du Bureau permanant de l’Assemblée provinciale. Selon le Député provincial, Abdallâh Tshikwaya Ntumba, l’un de 17 Députés signataires de l’acte qui a lu son contenu.

Les Députés ont constaté non avec désolation, stupéfaction et amertume la manière dont se comportent les trois Députés entre autres : Jean-Marie Kapinga Tshisenge, David Pongo Mubambare et Roger-Samy Sanga Mashala, respectivement Vice-président, Rapporteur et Questeur de l’Assemblée. Ils ont un comportement inacceptable de nature à créer un climat de mésentente entre les Députés membres d’une même institution et à opposer les deux institutions Provinciales, soit l’Assemblée et le gouvernement Provincial.

L’Honorable  Tshikuaya craint que le comportement de ces élus ne plonge la Province dans une crise persistance avec toutes les conséquences néfastes, alors que la province est déjà occupée dans sa grande partie par le phénomène Kamuina Nsapu.

 De quoi sont-ils accusés ?

Ils sont accusés de trafic d’influence, en circulant avec les noms des autres Députés à l’Exécutif Provincial sous prétexte qu’il y a une motion de censure ou de défiance en gestation pour relever de leurs fonctions les membres du Gouvernement, ignorant que la motion est une disposition légale reconnue aux organes délibérants. Ce comportement tendant à étouffer à dessein l’exercice de toutes sortes de mécanismes réglementaires visant à réaliser l’une de missions dévolues à  l’Assemblée à savoir, le contrôle de l’action gouvernementale dans la perspective de l’amélioration  des conditions de vie de la population. Ils se sont identifiés par le manque du sens d’éthique professionnelle, l’irresponsabilité manifeste, la malhonnêteté, le manque d’équité, de dignité, d’impartialité, de loyauté, du civisme, de la courtoisie et du devoir de réserve vis-à-vis de leurs collègues et collaborateurs de service.

Outre ces griefs collectifs, le Questeur de l’Assemblée Provinciale manipule et opère volontairement des retenues à la source sans consentement des propriétaires, sur les salaires mensuels des Députés et Agents. Plus grave, le Questeur a instauré une pratique illicite qu’on appelle «  Banque Lambert » au sein de l’Assemblée Provinciale, contrairement à la pratique en la matière et en violation flagrante de l’article 23 du code  de bonne conduite de l’Agent  public de l’Etat.

A en croire l’honorable Tshikuaya Ntumba, les trois Députés membres du bureau apparaissent  aux yeux de Députés comme des principales causes du blocage des activités de l’organe délibérant. Leur comportement est de nature à compromettre pour longtemps le développement de la Province. Il y a donc lieu de prendre une décision courageuse dans l’intérêt supérieur de la Province.

C’est ainsi qu’ils ont pris la décision de relever de leurs fonctions les trois membres du Bureau de l’Assemblée Provinciale du Kasaï.

Après débat contradictoire, les accusés ayant présenté les moyens de défense rejetant toutes les accusations, dénonçant un prétendu complot ourdi contre eux depuis longtemps, le vote a été organisé. Selon le résultat rendu public par le Président, 21 Députés sur 28 présents à la plénière ont voté pour la déchéance du vice-président, et 6 ont voté contre. Même scenario pour le Rapporteur, alors que 22 sur 28 ont adopté la destitution du Questeur. Ils ont été tous déchus. Le bureau qui comptait 5 membres se retrouve avec deux membres dont le Président et la Rapporteur adjointe. C’est un vide au bureau. Immédiatement, François Madila Kalamba a annoncé la tenue d’une autre plénière le vendredi 9 juin 2017 pour combler le vide.

Le Député initiateur de la motion, Tshikwaya Ntumba Abdallah se dit satisfait de la décision prise par les Députés. Décision qui rentre dans le cadre des prérogatives des élus. Cette mesure, la première du genre depuis l’installation des institutions provinciales, est jugée salvatrice dans la mesure où elle prévient un climat de mésentente qui risque de s’installer entre les deux institutions provinciales, indique un membre de la société civile de Tshikapa. Ce dernier rejette toute interprétation d’un règlement de compte. Le désormais  Ex-Questeur de l’Assemblée Provinciale l’a même dit au Journal L’Avenir.

Roger Samy Sanga Mashala, très respectueux de son institution et de ses collègues, note que les Honorables Députés ont posé un acte parlementaire ; donnons le temps au temps, ajoute t-il.

(Lukengu Laurent/Tshikapa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse