Assemblée nationale: Regard sur les prestations législatives des députés nationaux

par -
0 701
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La République Démocratique du Congo est à sa deuxième expérience législative, en cette troisième République. Après le scrutin de 2006 qui consacrait la première expérience démocratique, celle de 2011 est venue cimenter cette démocratie. Cette dernière se caractérise à la chambre basse du Parlement par une liberté d’expression dans le chef des élus du peuple, la production législative, ainsi que des arguments constructifs. Une mini-enquête a été effectuée par les fins limiers du Journal L’Avenir afin d’en savoir un peu plus sur les meilleurs députés nationaux qui se font remarquer par leur prise de parole. Sur les 500 députés nationaux qui composent la chambre basse, une cinquantaine se fait remarquer positivement pendant les 3 ans de travaux parlementaires. Il est vrai que les journalistes et la population n’assistent pas aux travaux en Commission, mais fondent leurs critiques aux travaux des séances plénières ouvertes au public.

Le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko, celui qui assure la direction des débats, est exclu de cette catégorie des députés nationaux prolifiques, étant donné qu’il est au centre de tous les débats en ce qu’il oriente ceux-ci. Co-auteur de la proposition de loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour des comptes, Aubin Minaku, avec son collègue Jean-Marie Bamporiki, membre de l’opposition membres du bureau, sont également exempts de ce sondage.

  1. Nicolas Akpanza Mobuli

Elu sur la liste du MLC, Nicolas Akpanza Mobuli est président du Caucus des élus de la province de l’Equateur (REPEQ). Très engagé dans les débats qui ont trait à l’administration provinciale, il a été sur tous les fronts pour exiger du Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur le remplacement du gouverneur a.i de la province de l’Equateur par l’organisation de l’élection. Il l’a exprimé du haut de la tribune. Nicolas Akpanza a sollicité le mercredi 1er avril 2015, du bureau de l’Assemblée nationale, à l’aide d’une motion d’information au sujet de sa province d’origine. L’Equateur, depuis le décès en date du 14 décembre 2014, de Louis-Alphonse Koyagialo, n’est plus gouverné, a-t-il soutenu. Pour lui, l’heure est grave, tellement grave qu’il ne s’empêche pas de porter à la connaissance de l’Assemblée nationale que le Regroupement des Parlementaires de l’Equateur. Ce Caucus des députés nationaux constate avec beaucoup d’amertume que leur province est non gouvernée. C’est à juste titre qu’après le premier rejet de la loi sur la répartition des sièges à l’Assemblée nationale, cette dernière a rejoint la position du REPEQ, conduit par Nicolas Akpanza. Par cette intervention, on lui colle une note distinctive de 87,3%.

  1. Jaynet Kabila Kyungu

Elue de Tanganyika, ancien district du Katanga, aujourd’hui province, elle est la sœur jumelle du président de la République. Très effacée, mais efficace car, présidente du Comité de Sage de l’Assemblée nationale. C’est d’elle qu’est venue la proposition de recenser la population congolaise. Elle a été ovationnée même par l’opposition qui a trouvé en cette sage-femme l’ingénieuse idée de soulever cette problématique de recensement, un préalable à l’organisation des élections et un mode de planification du budget de l’Etat. Pour s’être élevée au milieu des hommes pour cette question hautement scientifique, Jaynet Kabila a la note distinctive de 87,2%

  • Clément Kanku Bukassa

Disposé pour dialoguer en tant de crise, le Coordonateur de l’Union pour la Nation (UN), figure emblématique de l’opposition parlementaire, est parmi les députés très engagés par ses interventions. Plusieurs fois initiateur des motions, de questions orales avec débat adressées aux ministres, dont la dernière adressée au ministre de la Santé au sujet de la problématique des faux médicaments. Bien que la parole lui est parfois retirée à cause de l’abondance du contenu à proposer, Clément Kanku est connu pour son sang chaud, qui voit en la Majorité parlementaire le bourreau du peuple congolais. Opposé farouchement aux contrats chinois avec le député honoraire François Mwamba, il sait faire de concessions sur de questions hautement politiques, comme le dialogue en gestation. On lui colle une note de distinction dans ses interventions, soit 87,2%.

  1. Justin Bitakwira

 L’élu d’Uvira dans le Sud-Kivu, lorsqu’il prend la parole, c’est le silence de mort dans la salle des Congrès du Palais du peuple. Ses interventions  à caractère didactique laissent tout le monde dans la soif lorsqu’il introduit la notion proverbiale. Il est l’un des présidents du Groupe parlementaire à avoir remis sa démission au bureau de l’Assemblée nationale, pour incompatibilité d’esprit. Ce fondateur de l’Académie Conscience n’attend pas recevoir le diktat de qui que ce soit. Très démocrate, avec un esprit critique et indépendant, Bitakwira constitue le socle de députés prolifiques et adulés à l’Assemblée nationale. Il est pressenti souvent comme ministre de la Défense nationale à cause de son sens organisationnel. On lui reconnait le mérite d’avoir organisé la marche de protestation contre le mandat d’arrêt international à l’endroit du Patriarche Yerodia Abdoullah Ndombasi. On lui colle une note de distinction dans ses interventions, soit 87,1%.

  1. François Nzekuye

Humble et parfois effacé, mais efficace et efficient. L’élu de Rutshuru a la même carrure qu’Emmanuel Ramazani Shadari, Pius Muabilu, Abdallah Pene Mbaka comme les défenseurs de la maison.

Très intelligent et lucide, François Nzekuye, député élu sur la liste PPRD, n’attend pas donner la carte blanche aux envahisseurs de la patrie à l’Est du pays. Il connait pertinemment bien les souffrances de ses frères et sœurs de l’Est, d’où il prend fait et cause pour les défendre avec les arguments massues et poignants. Il est celui qui oriente le débat, lorsque certains de ses collègues sont hors sujet.  On lui colle une note de distinction dans ses interventions, soit 87,1%.

  1. Emery Okundji Ndjovu

Elu pour la seconde fois dans son Sankuru natal sur la liste de Fonus, il est l’un des députés nationaux engagés dans le contrôle parlementaire.

Dans son actif, on lui reconnait le fait d’avoir initié la question orale avec débat au Gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC) sur la vente public des maisons de la Banque et celle au ministre de la Santé sur les circonstances de la mort de Mme Julieta Firminho. Lorsqu’il s’agit de la défense du projet de loi relatif aux finances publiques de l’Etat, il est connu par ses propos d’un budget modique, qui ne reflète par la réalité congolaise, un budget de la honte, dit-il souvent. On lui colle une note de distinction dans ses interventions, soit 87%.

  1. Muhindo Nzangi

Député élu du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR), cet élu du Nord-Kivu est connu pour son franc parlé, malgré qu’il ait connu les déboires judiciaires pour avoir été condamné dans un procès d’atteinte à la sureté de l’Etat. Membre de la Majorité présidentielle, il est proche de la communauté paysanne auprès de laquelle il défend l’intérêt de la population de basse couche sociale. On lui colle une note de distinction dans ses interventions, soit 86,5%.

  1. Abdallah Pene Mbaka

Il est le premier de la liste de présence à l’Assemblée nationale. Il l’est également dans la prise de position pour la défense de sa famille politique.

Non seulement pour cette cause, il est aussi celui qui milite pour l’amélioration du social de la population congolaise. Il est connu par son franc parlé. C’est lui, qui est à l’origine de la motion incidentielle à la plénière du mercredi 29 juillet dernier. Il a déploré le comportement de son collègue Albert-Fabrice Pwela qui a tenu des propos discourtois à l’endroit du président de l’Assemblée nationale. Sa motion a suscité autant de réactions de la part des autres députés qui ont sollicité que leur collègue connu pour ses déboires avec la justice et protégé par son institution, puisse être entendu au Comité des sages de leur Chambre. On lui colle une note de distinction dans ses interventions, soit 87%.

  1. Boniface Balamage Nkolo

Il intervient rarement, mais efficacement sur une question donnée.

Auteur de la Proposition de loi modifiant et complétant le Code pénal et le Code de procédure pénale en vue de la mise en œuvre  du Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale (CPI). Peu le connaissent mais il est d’une intelligence rarissime au sein de l’Assemblée nationale. Membre du bureau politique de l’Eveil pour la Conscience et le Travail (ECT), il est très entreprenant en commission Politique Administrative et Juridique. Il est du moins connu pour son apport aux travaux en plénière. On lui colle une note de distinction dans ses interventions, soit 82%.

A suivre

Pius Romain Rolland

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse