Assemblée nationale: Le rapport d’enquête sur les FPI disculpe l’AdgMbengele

par -
0 757
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

…Lavé de tous soupçons, l’Adg Constantin Mbengeleavait passé en son temps un mauvais quartd’heure à la chambre des députés nationaux dans l’affaire qui l’avait opposé au député national Fidèle LikindaBolom’Eleme. En effet PPRD/élu d’Ikela avait initié une question orale avec débat sur le prétendu détournement perpétré au Fonds de Promotion de l’Industrie, visant ainsi l’Adg Constantin Mbengele. Le PPRD traine un autre PPRD devant un fleuve de questions des élus du peuple lors de la plénière qui a tenu en haleine l’opinion nationale sur les prétendues dilapidation des finances de l’Etat congolais au bénéficie d’un clan. Lequel clan serait piloté par le tout puissant Adg de FPI, fils-maison qui aurait mis cet établissement public de l’Etat à genoux.

Partant, laquelle question orale s’était transformée en une commission d’enquête parlementaire.Depuis lors, les enquêtes ont été ouvertes à Kinshasa, tout comme à Lubumbashi et dans le Kongo central où le FPI est très actif avec pour mission d’établir la culpabilité du numéro un du FPI. Certains auraient même saisi le Parquet général de la République dans cette affaire qui ressemblait àun acharnement aux visées politiquescontre un individu.

Des preuves de règlement de compte

Le rapport d’enquête parlementaire relative à la gestion des Fonds de Promotion de l’industrie (FPI), présenté à la plénière de l’Assemblée nationale tenue à huis clos, le mercredi 8 juin au Palais du peuple, disculpe l’AdgConstatinMbengele des griefs de mégestion. Ce document qui est parvenu au public aussitôt après son dépôt au bureau de l’Assemblée nationale en décembre dernier, à servi d’arme politique de ceux qui tenaient à la chute de l’actuel comité de gestion du FPI.

Ceux qui ont tenu à obtenir la tête de Mbengele ont excellé depuis, à une exploitation sélective et tendancieuse de certains passages de ce rapport pour des raisons évidentes.

Pourtant, le débat à huis clos dans l’hémicycle a permis de mettre en lumière les bénéficiaires de financements du FPI, liste sur laquelle sont alignés des députés nationaux, leurs épouses, des nationaux congolais et de surcroît des personnalités de la République, des expatriés, débiteurs du Fond de Promotion de l’Industrie.

L’on ne pouvait s’attendre à autre chose lorsqu’on se souvient de la bousculade médiatique qui avait entouré ce dossier pendant une certaine période jusqu’à ce que l’Assemblée nationale soit impliquée.

Il apparait clairement que la thèse de détournement des 140 millions de dollars depuis la création du Fond de Promotion de l’Industrie, l’opération retour des 40% conditionnant l’octroi de crédits ou encore les frais des missions exorbitants, n’ont été que des arguments frisant un règlement de compte politique.

L’auteur de l’interpellation, lui-même peu convaincu dans la suite de sa démarche, n’a été utilisé quepour atteindre la personne de l’Adg du FPI. Dans tout ceci, l’Assemblée nationale à travers la plénière du mercredi 8 juin, consacrée à l’audition du rapport de la commission parlementaire, a disculpé le patron du FPI de tout détournement de 140 millions de dollars comme l’avait fait croire l’initiateur de la question orale avec débat qui avait débouché à ladite commission parlementaire.

La Justice élève une nation

Le cas de l’établissement public de l’Etat qui avait défrayé la chronique parlementaire, doit susciter la réaction de la Justice. Le ministère public investi dans sa mission de rechercher les infractions, a de la matière à exploiter. Le dossier FPI en est une parfaite illustration de dilapidation des finances de l’Etat par un groupe de personnalités n’ayant pas investi dans les projets pour lesquels l’argent avait été décaissé et financé par le Fond de Promotion de l’Industrie.Projet irréalisé, mais que ce dernier a la peine de recouvrer auprès de ses créanciers les 140 millions. Etant donné que seule la Justice est susceptible de contraindre les emprunteurs à restituer ce qui est de droit du Fonds de Promotion de l’Industrie, doit agir promptement et efficacement pour remettre cet établissement public dans ses droits.

Ainsi, la Justice élève la nation, lorsque le justiciable entre dans ses droits. Le cas de FPI qui peine à couvrir ses créances.

(Pius Romain Rolland)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse