Assemblée nationale: 16 groupes parlementaires constitués, celui du CACH attend un dernier réglage

par -
0 286

L’Assemblée nationale vient désormais de constituer ses groupes parlementaires. Ils sont donc au nombre de 16. Les dirigeants de ces groupes parlementaires ont été présentés devant l’Assemblée plénière au cours de la séance plénière du vendredi 24 mai dernier. Et ce, à l’exception du groupe CACH qui attend encore le tout dernier réglage. 

La séance plénière du vendredi 24 mai dernier a porté essentiellement sur deux points principaux inscrits à l’ordre du jour : la présentation des groupes parlementaires et la constitution des commissions permanentes.

En rapport avec le premier point, la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Jeanine Mabunda Lioko a indiqué que l’enclenchement de ce processus de constitution des groupes parlementaires et des commissions permanentes a pris trois semaines. Après quoi, 16 groupes parlementaires ont été nouvellement constitués par les députés nationaux pour cette troisième législature de la troisième République.

Il y a d’abord le groupe parlementaire PPRD présidé par Willy Bakonga et ses deux vices Didi Mananga et Kazadi Théodore. L’AFDC et Alliés est présidé par Ilunga Kulunene. Quant au groupe parlementaire Alliance pour l’avenir, il est présidé par l’honorable Pius Muablu et ses deux vices Koko Nangi et Gaston Kitenge.

Le groupe parlementaire AAB est présidé par Jonathan Bialusuka et ses deux vices Elysée Munembwe et Jean Ilongo. Action des acteurs pour la bonne gouvernance du Congo, ce groupe parlementaire est présidé par le député Muteole assisté de ses deux vices Antoine Nzangi et Kennedy Katasi.

Le groupe parlementaire Liberté, démocratie et Ecologie est présidé par le député Didace Pembe, avec Colette Tshomba comme première vice-présidente. Les députés nationaux Christophe Mbosso, Denis Kashoba, et Edouard Muangatshutshu président respectivement les groupes parlementaires ATEC, AMK et Alliés et Groupe en action (G.A).

Le groupe parlementaire MLC – Arc-en-ciel et Dynamique de l’Opposition est présidé par le député Alexis Lenga. Celui dénommé PALU et Alliés – Alliance CCU et Alliés est présidé par Willy Makiashi.

Etat de droit, est un autre groupe parlementaire présidé par le député Zuri Masela avec Déo Nkusu comme premier vice-président. Le groupe parlementaire ADRP – G18 est dirigé par Panda Kabangu avec José Makila comme premier vice-président.

Les groupes parlementaires Unité et Mouvement social (MS) et G7 sont respectivement présidés par les députés Célestin Mbuyu et Bienvenu Apalati. Et concernant le groupe parlementaire Cap pour le changement (CACH), le rapporteur de l’Assemblée nationale, le professeur Célestin Musao Kalombo Mbuyu a dans sa lecture, indiqué qu’on attend encore le tout dernier réglage.

Avant de présenter les dirigeants de différents groupes parlementaires constitués devant l’assemblée plénière, la speaker de la Chambre basse du Parlement, l’honorable Jeanine Mabunda, a rappelé aux députés nationaux les dispositions des alinéas 4 et 8 de l’article 54 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Lesquels stipulent ce qui suit : « Le groupe parlementaire comprend vingt-cinq députés au-moins. Un député ne peut faire partie que d’un seul groupe parlementaire. Il exerce ce droit une fois au cours de la législature. Un député qui quitte son groupe parlementaire perd le droit de s’affilier à un autre groupe, il devient non-inscrit … Les groupes parlementaires sont constitués pour la durée de la législature ».

Et à Mme Jeanine Mabunda d’insister à l’intention de ses collègues que « Le choix est fait pour 5 ans. Et aucun député ne pourra changer de groupe parlementaire ».

Des commissions permanentes attendues avant le 29 mai courant

Abordant le deuxième point principal de la séance plénière du vendredi dernier, la présidente de l’Assemblée nationale a enclenché le processus de constitution des commissions permanentes. Lesquelles devront être finalisées au cours de la prochaine assemblée plénière qui devra être fixée avant le mercredi 29 mai courant, a indiqué la présidente.

Pour ce faire, l’honorable Jeanine Mabunda a rappelé les dispositions de l’article 45 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Elles stipulent ce qui suit : « Après la constitution des groupes parlementaires, le Bureau de l’Assemblée nationale fixe la date de la séance au cours de laquelle les commissions permanentes seront constituées. Au plus tard vingt-quatre heures avant cette séance, les groupes parlementaires transmettent au Bureau les listes de leurs délégués à toutes les commissions. Les non-inscrits s’inscrivent personnellement dans les commissions de leurs choix. Après réception de toutes les listes, le Bureau procède à la répartition des membres par commission et établit les listes définitives qu’il soumet à l’approbation de l’Assemblée plénière, en tenant compte du profil de chaque député et de la configuration politique de l’Assemblée nationale ».

Et à la présidente de l’Assemblée nationale de recadrer que : « Ce sont les groupes parlementaires qui sont appelés à désigner les membres devant constituer les commissions permanentes ». Elle a également souligné qu’à la même occasion de l’approbation des listes définitives des commissions permanentes, l’assemblée plénière procédera à la mise en place du Comité des sages.

Rappelons que pour son bon fonctionnement, l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo se compose de six principaux organes, qui sont l’Assemblée plénière, le Bureau, les groupes parlementaires, les commissions permanentes, le comité des sages et la conférence des présidents.

A ce jour, déjà trois organes sont mis en place. Notamment, l’Assemblée plénière (à l’issue de la validation des mandats des députés nationaux nouvellement élus), le Bureau qui venait d’être installé à l’issue de l’élection de ses membres tenue le 23 avril dernier et dirigé par Mme Jeanine Mabunda Lioko, et les groupes parlementaires qui viennent d’être présentés le vendredi dernier.

On attend donc éminemment la constitution des commissions permanentes qui seront au nombre de dix pour cette législature, avant le 29 mai courant. Puis le Comité des sages et enfin la conférence des présidents.

Des élèves comme invités spéciaux à cette plénière

Il sied d’indiquer qu’auparavant au début de cette plénière de vendredi dernier, la présidente de l’Assemblée nationale Jeanne Mabunda a signalé la présence des invités spéciaux à cette séance. Il s’agit d’un groupe de 100 élèves de 5ème et 6ème année secondaire, représentant quatre écoles des communes environnantes du Palais du peuple, siège du Parlement de la République qui se veut être la « Maison du peuple ». A savoir, l’Athénée de Lingwala, le Lycée Motema Mpiko de Kasa-Vubu et Academia de Kalamu.

Invités de l’honorable présidente de l’Assemblée nationale dans le cadre de sa vision d’un Parlement plus proche de la population, ces élèves ont suivi avec attention les travaux de la plénière. C’était avant d’avoir un échange direct avec l’honorable Jeanine Mabunda dans la salle des banquets du Palais du peuple.

Notamment, autour du fonctionnement de l’Assemblée nationale, des indices de démocratie et sur les efforts et défis à relever pour l’amélioration de la qualité de l’éducation en Rdc. Au sortir de cette rencontre avec la première des élus du peuple, élèves hôtes se sont dits très édifiés pour le travail réalisé par les députés nationaux.

Le Bureau de l’Assemblée nationale promet donc de multiplier ces genres de rencontres qui participent à l’amélioration du climat de confiance entre les élus du peuple et leurs bases.   

Pour un débat sur le rapport de la mission de l’Assemblée nationale sur la situation à Beni

Cette séance plénière de vendredi dernier s’est terminée avec deux motions d’information et une motion d’actualité. Prenant la parole en premier, le député national Bruno Kabangu dans sa motion d’information, a déploré la pénurie d’eau potable dans la ville de Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental.

Et cela, depuis plus de deux mois durant. Il y a aussi le problème de desserte en énergie électrique dans cette même ville. Il a enfin dénoncé les conséquences graves dues à ces situations, voire mortelles, et il a formulé quelques recommandations aux autorités compétentes.

A son tour, le député national André Lite est venue avec sa motion d’information afin de remercier la représentation nationale sous la houlette de sa présidente Jeanine Mabunda, pour son intervention à la suite de l’arrestation brutale du député Lambert Mende Omalanga. L’occasion faisant le larron, il a également profité pour fournir à l’assemblée plénière des informations complémentaires autour de cette affaire.

En dernier lieu, les députés nationaux ont suivi la motion d’actualité de leur collègue Muhindo autour du terrorisme qui sévit dans le territoire de Beni au Nord-Kivu. Il a à cet effet, sollicité un débat général en plénière autour du rapport de la mission parlementaire diligentée lors de la législature passée par l’Assemblée nationale, sur la situation d’insécurité récurrente dans cette région.

Lepetit Baende

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse