Assainissement du marché central de Kinshasa

par -
0 944
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les vendeurs interpellent l’autorité sur la taxe de salubrité

Le Salongo est un impératif pour maintenir le marché propre malgré la résistance de certains vendeurs et tenanciers des magasins au programme imposé par le gouvernement central et l’Hôtel de ville. Plusieurs interrogations fusent de partout en ce qui concerne le maintien en état insalubre de ce grand marché communément appelé « Zando ».

En effet, l’insalubrité dans le marché central n’est plus à démontrer. Car il suffit d’un simple regard sur l’avenue Bokassa, la voie qui mène vers le Marché central où l’on observe des tas d’immondices qui gênent le passage et dégagent une odeur nauséabonde exposant les marchands et acheteurs à des maladies diverses. Le spectacle que présente l’avenue Bokassa, l’avenues de l’Ecole, effleure les consciences humaines quand on observe dans quel état de délabrement se trouve ladite avenue. Les vendeurs qui s’entassent le long de l’avenue n’osent prendre l’initiative de dégager la salubrité ce, après-vente car se disent-ils, non concernés puisque l’autorité provinciale perçoit taxes et impôts y relatives.

Parlant de la salubrité

Dans ce chapitre s’ajoute la boue sur certaines artères qui mènent au Marché central. Il importe de signaler la confusion totale qui règne dans ce centre commercial où l’on trouve toutes catégories de personnes et divers produits qui se vendent sans tenir compte de l’hygiène en ce 21ième siècle comme si l’on vivait au moyen âge.

Le paradoxe ce que, un groupe de jeunes gens s’amassent pour ériger les barrières en plaçant quelques passerelles sur la boue afin de faciliter le passage aux clients du marché, moyennant la monnaie. Faute de s’acquitter de cette obligation qui échappe à l’administration du marché, il y a lieu d’indiquer qu’au marché central de Kinshasa le désordre, l’anarchie et la corruption se portent bien.

Non content de la situation dans laquelle se trouve l’avenue Bokassa dans la Commune de Kinshasa, certains habitants des immeubles, quelques vendeurs et commerçants ont réagi à la Rédaction du Journal L’Avenir. « Vraiment c’est pitoyable pour nous et nous en avons marre. Avec ce genre de saleté chaque année c’est toujours la même chose et nous souffrons. Nous nous demandons réellement s’il n’ y a pas des agents qui sont commis à la décharge des immondices dans cette municipalité. Nous sommes exposés aux diverses maladies et cela devient monnaie courante » s’est plaint une habitante de cette avenue. Tandis que, un vendeur a renchéri en ce termes « Nous savons bien que le système « Salongo » est fait pour nous les vendeurs mais chacun de nous le fait que sur sa propre table, sans tenir compte de l’avenue entière et personne n’a le courage de le faire. Comme les taxis bus ne circulent plus sur cette avenue à cause de ce délabrement c’est la raison qui nous a poussés à rajouter et jeter les immondices le long de cette avenue. Malgré que nous fassions cela, nous sommes nous-même victimes de cette insalubrité et des odeurs nauséabondes dont les conséquences sont les maladies de mains sales», a reconnu une vendeuse de friperie du marché.

Par contre un commerçant s’est indigné en ces termes « Nos camions n’arrivent plus à nous déposer des marchandises, compte tenu de l’état de délabrement de la route et pleine de boues y compris des décharges d’immondices le long de l’avenue qui empêche nos véhicules à joindre le lieu de déchargement. Compte tenu de ce désagrément, nous sommes obligés de stationner nos véhicules un peu plus loin puis transporter sur la tête. Nous nous demandons à quand sera la fin de ce calvaire sur  Bokassa ?» S’est inquiété Jean Martin, commerçant au marché central.

(RTM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse