Assainissement de la Ville de Kinshasa: Le Gouvernorat acquiert 30 camions

par -
0 378
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Nouvelles acquisitions de charrois automobiles par le Gouvernorat de la Ville de Kinshasa, devant assainir la capitale. Ces nouveaux camions bens qu’ils s’ajoutent au lot de la RATPK, ont été achetés sur fonds propres par le gouvernement provincial de Kinshasa pour évacuer les immondices qui surplombent et se forment en montagnes nauséabondes, avec risque de transmettre les maladies à la population. 12 milles dollars est la somme mensuelle pour ce travail qui requiert plus de 600 mains d’œuvres pour 71 stations de décharges.  

Il ne s’agit nullement pas d’une compétition mondiale de la salubrité, aux termes de laquelle il y a la remise d’un trophée au gagnant. Mais, d’une Ville qui fait la honte des capitales africaines la plus  salubre de l’Afrique. Le trophée, c’est l’inconscience des congolais inciviques. Comment doit-on faire pour que Kinshasa, la poubelle redevienne Kinshasa la belle ? Le contour de ce mystère réside dans la capacité d’un gouvernorat provincial de relever ce défi. Pour y parvenir, André Kimbuta a présenté plus de 30 camions pour assainir la Ville de Kinshasa. Lors de la présentation de ces engins aux kinois, le premier citoyen de la Ville de Kinshasa s’est exprimé en ces termes : « Partout au monde, dans toutes les villes du monde, dans toutes les capitales que nous avons visitées, la gestion intégrée de déchets est entre les mains des professionnels ; ceux qui ont l’expertise dans ce domaine. Généralement ces sont les sociétés privées connues dans le monde », a dit le Gouverneur André Kimbuta, lors de la présentation officielle des engins à son siège administratif de la Gombe.

A en croire le patron de la Ville de Kinshasa, la capitale congolaise a besoin de 12 millions de dollars le mois pour la gestion intégrée des déchets, pour évacuer les 9000 tonnes par jour, les trier et les valoriser. Parlant de valoriser les déchets, ces deniers sont utiles en transformation électrique, en pavé, en composte, etc. Ce travail requiert 80 camions du fait que la Ville de Kinshasa contient 71 stations de déchets, avec 30 pèles chargeuses, et sur chaque station il faut au minimum 10 personnes. Au totale pour les agents commis à ce travail, plus ou moins 600 personnes. A ce nombre, il y a le coût du carburant pour chaque véhicule, soit 30 pèles chargeuses et 80 camions bens. Somme toute, la ville de Kinshasa a besoin de 12 millions de dollars pour cette opération par mois.

Pour une ville qui compte 24 communes, la gestion intégrée des immondices et/ou déchets requiert la mobilisation d’au moins une main d’œuvrer qualifiée, en plus des moyens financiers conséquents. A en croire André Kimbuta, 12 millions de dollars par mois pour dégager les immondices de leurs stations, 71 au total jusqu’au lieu de transformations. Il faut donc, dire que ces déchets sont une source de création d’emplois et de besoins secondaires, notamment l’énergie biométrique, soit énergie renouvelée et autre domaine.

Donc, Kinshasa est un véritable mouroir d’immondices qui menacent au quotidien la population incivique qui ne sait distinguer les lieux de déverser leurs poubelles, aux ouvrages d’assainissement. La conséquence de ces actes, ce que la ville héberge les moustiques, les cafards et autres souris et rats.

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse