Arrêt sur image: L’avenue du Flambeau bientôt accessible

par -
0 492
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les travaux s’intensifient sur l’avenue du flambeau dans la commune de Barumbu. Route d’intérêt capital en ce, qu’elle facilite l’accès au centre-ville, ce tronçon a connu un délabrement très avancé et elle a été sujet à des critiques des autorités par la population. De la jonction de l’avenue du Commerce au-devant de l’hôtel Phoenix, l’avenue du Flambeau est sectionnée pour permettre l’effectivité des travaux. Après avoir asphalté la partie comprise entre le pont de la rivière qui sépare Barumbu à la Gombe jusque à la clôture du mur de la Bralima, les travaux  s’effectuent présentement entre la station d’essence et l’entrée de la prison Ndolo par l’Office de la Voirie et Drainage (OVD) sur financement du Gouvernorat de la Ville de Kinshasa.

La problématique des routes dans la ville province Kinshasa se pose avec acquitté du fait de leur état de délabrement très avancé. Elles ont fait l’objet d’une audition à la Chambre basse du Parlement, au sein de la commission Aménagement du Territoire et Infrastructure, à la suite de la motion d’information de l’honorable Zacharie Bababaswe. C’est le ministre de l’Aménagement du Territoire, Urbanisme et Habitat qui a était entendu par les élus du peuple sur ces délabrements qui, en cette période pluvieuse détériorent sensiblement la chaussée. Cette dernière a pour ennemi, les eaux qui stagnent.

Au regard de la précarité de la voirie urbaine, le constant évoqué est que les égouts qui évacuent les eaux des pluies sont hermétiquement bouchés. Ce qui entraine la stagnation des eaux avec comme conséquence le délabrement de la chaussée. Pourtant, en ce siècle de développement, les routes sont d’une grande importance.

Le Quotidien qui se suit de près la dégradation de la voirie, en ce que ce Journal  encourage les autorités compétentes en la matière de prendre les dispositions susceptible à résoudre tant soi peu l’éternel problème de la détérioration de la voirie. Par-ci, par-là, les voix ne cessent de se lever pour critiquer et condamner l’action de l’autorité urbaine de la Ville province de Kinshasa. C’est à juste titre que le reporter du Journal s’est entretenu avec un responsable qui supervise les travaux : « Les travaux sur l’avenue du Flambeau se déroulent normalement, nous sommes en train de faire d’abord l’assainissement puis nous allons évoluer avec la chaussée. Comme vous le voyez, nous avons mis les moellons et les travaux évoluent normalement », nous-t- a confié.

Cependant, quant à la durée de travaux sur ce tronçon, il nous a été rapporté qu’ils prendront au moins 2 à 3 mois, pourvu de faire mieux plus qu’avant, étant donné que la durée de la chaussée ne dépasse pas un an. Avec la pose des moellons sur cette surface marécageuse, cette partie de la route nécessite l’entretien permanent en vue d’allonger la durée de vie de la chaussée.  Exécuté par l’OVD, les travaux de l’avenue du Flambeau sont financés, à en croire la même source, par l’Hôtel de Ville de Kinshasa. Le Gouvernement provincial a disponibilisé les moyens conséquents pour la réhabilitation de cette voirie. « Nous avons tenu compte de l’efficacité et de la durée de vie de cette route en posant les moellons, nous avons prévu l’assainissement (caniveaux) que vous voyez. Quant à la durée, je ne peux pas le dire, mais il faut un entretien périodique pour permettre à la route de résister à la pression des eaux, ennemis de la chaussée. Si l’entretien est assuré, la route peut résister même au-delà de 10 ans, plutôt que revenir un an après sur le même tronçon », nous a-t-il rassuré.

Certes, elle n’est pas la seule chaussée en délabrement. L’on peut en dénombrer autant qui attendent leur réhabilitation telles, les avenues du Commerce, Bokassa, Colonel Ebeya, des Marais, de l’Ecole, du Bas-Congo, toutes dans les environs du centre-ville et/ou proches des institutions tant politiques que bancaires.

Il en va de même d’attirer l’attention de bénéficiaire de la voirie réhabilitée d’user de la maturité et du sens du civisme au respect des biens publics. L’incivisme de la population s’avère également l’une des conséquences du délabrement de la chaussée en ce que, la population déverse les immondices dans les caniveaux, parfois lorsque la pluie tombe, comme une occasion de se décharger de ses propres immondices.

De tels cas, le gouvernement provincial de qui, revienne la gestion au quotidien de la voirie urbaine de prendre les mesures sécuritaires, à travers la réhabilitation de la police d’hygiène. L’absence de ce service et aussi la cause de la salubrité de la Ville de Kinshasa, dont les déchets sont jetés n’importe où, par n’importe qui, et surtout par ceux qui chargent et déchargent les poubelles. Une dose de rigueur dans la gestion des immondices et déchets n’empêcherait en rien l’autorité provinciale d’user de ses moyens régaliens de faire respecter la loi. « Les dura, sed lex », la loi est dure, c’est la loi.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse