Arrangement particulier au Centre Interdiocésain: La signature interviendra ce 27 mars

par -
0 322
L’unité semble être revenue au sein du Rassemblement
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la reprise des travaux qui est intervenue la semaine passée, les évêques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (Cenco), qui ont émis le vœu de clôturer au plus vite que possible l’arrangement particulier, sont en voie d’atteindre leur objectif. Après l’adoption du mode de désignation du futur Premier ministre, les parties prenantes sont déterminées à évoluer en ce qui concerne d’autres. Et ce, en dépit de la pression exercée par M. Kabund-A-Kabund, Secrétaire général de l’Udps, en claquant la porte. Comportement que tout le monde a minimisé, pendant qu’à la Cenco on pense que ce départ ne dérange en rien le déroulement des travaux.

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (Cenco), qui assure la mission de bons offices du dialogue politique national et inclusif leur confiée par le chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, a annoncé la signature de l’arrangement particulier entre toutes les parties prenantes pour le lundi 27 mars prochain. L’annonce a été faite lundi par le vice-président de la Cenco, Mgr Fridolin Ambongo.

Pour lui, les travaux de la plénière du lundi 20 mars entre la Majorité et l’opposition se sont bien déroulés et la suite du chronogramme a même été fixée. Il a notamment parlé de la mise en place d’un groupe de travail pour traiter de la répartition des postes ministériels, et la convocation de la prochaine plénière pour mercredi 22 mars.

«Globalement, nous avons bien travaillé. Le gros de points prévus à l’ordre du jour a été évacué. Nous avons fait des propositions à propos de la question sur la Primature et nous avons renvoyé les différentes parties à aller y réfléchir», a affirmé l’évêque de Mbandaka-Bikoro, Mgr Fridolin Ambongo.

Concernant le point sur le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), le vice-président de la Cenco a indiqué qu’il sera traité au cours de la séance plénière prévue lemercredi 22 mars. Une question qui divise déjà plusieurs parties, car depuis le décès d’Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, ancien président du CNSA, les parties prenantes ont du mal à s’accorder sur sa succession ou son remplacement. Notamment, le Front pour le respect de la Constitution (FRC), mené par le MLC qui estime que ce poste doit être renégocié. La Majorité Présidentielle, à son tour, pense qu’un consensus autour de la personne désignée par le Rassemblement est nécessaire, et le rendez-vous est pris à la plénière prévue pour le mercredi au centre interdiocésain. Un point de vue qui semble être partagé par la composante Opposition signataire de l’accord de la Cité de l’Union Africaine, chapeautée par Vital Kamerhe. Ce dernier qui pense que ce poste ne doit pas obligatoirement revenir au Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement. En somme, les questions se rapportant à la présidence du CNSA et l’actualisation du chronogramme seront traitées prochainement. Pour ce qui est du comité de rédaction, les délégués ont préféré réactiver la commission qui a été créée à ce sujet. Et quant au rôle de la Cenco au CNSA, la Majorité Présidentielle souhaite présenter sa proposition à la médiation, avant de l’amener à la plénière.

Du mode de désignation du futur Premier ministre

Le mode de désignation du futur Premier ministre qui doit ressortir du Rassemblement, est un autre point qui divise la Majorité Présidentielle (MP) et l’opposition. Pour la composante MP, le Rassemblement devrait proposer une liste de trois noms, alors que la plateforme de l’opposition ne compte suggérer qu’un seul nom. Mais après plusieurs tractations autour de la question, un consensus a été trouvé et qui veut que le chef de l’Etat puisse consulter le Rassemblement pour trouver ensemble le nom de futur chef du gouvernement. En général, la Majorité présidentielle a communiqué sa proposition sur la formulation relative à cette question. A cet effet, le Premier ministre est nommé parmi les candidats présentés au terme des consultations entre le président de la République et le président du Rassemblement. Par ailleurs, le Rassemblement ne veut pas entendre parler de plusieurs noms. En revanche, ses membres sont d’accord sur le fait qu’il y ait consultation avec le chef de l’Etat. Enfin, concernant la répartition des postes ministériels, une commission composée d’une dizaine de personnes est créée pour discuter de cette question et faire des propositions concrètes.

La MP se réjouit du déroulement des travaux

Pour le ministre Alexis Thambwe Mwamba, chef de la délégation de la MP, les travaux sur l’arrangement particulier se déroulent très bien. Il assure que les questions majeures ont été débattues, et la date de la signature de l’arrangement a été fixée, soit le 27 mars 2017.

«Tout se déroule très bien et au cours de cette semaine, nous allons terminer les travaux », a dit Alexis Thambwe Mwamba.

Quant au départ du Secrétaire général de l’UDPS des négociations de la CENCO, il a estimé que les propos de Jean-Marc Kabund ne représentent pas ce qui s’est passé dans la salle. Concernant le point sur la décrispation politique, l’actuel  ministre de la Justice a promis de faire un rapport complet sur ladite question. Il a répondu à certaines questions posées en insistant sur le fait que le travail continue avec l’examen des dossiers au cas par cas.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse