Après un exposé brillant de l’ADG Mbengele lors du forum Agri Business.

par -
0 1396
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après son exposé brillant devant le vice-président de la Banque Européenne d’Investissement, le FPI Constantin Mbengele a séduit ce dernier et celui-ci lui accorda une audience au cours de laquelle les deux personnalités ont levé l’équivoque dans le sens d’ouverture d’une ligne de crédit de cette banque accordée au FPI. Ce crédit, a en croire les deux personnalités, doit évoluer dans le sens d’investir dans l’industrie de l’Agribusiness en République Démocratique du Congo.

Le contexte dans lequel s’est focalisée la communication de l’ADG Mbengele est celui du retour à la stabilité du cadre macroéconomique qui s’observe en RDC depuis 2001. C’est la résultante même de la vision du Chef e l’Etat, Joseph Kabila Kabange, a dit l’ADG de FPI, vision ayant pour objectif de faire de la RD Congo, un pays émergent à l’horizon 2030. Il a fait savoir que cette vision est concrétisée par le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, qui a lancé d’importantes mesures aux résultats pertinents.

« Le dynamisme de l’économie de la RDC en 2014 avec une croissance de 9.0% contre 8.5% en 2013, est le résultat des performances observées au niveau des industries extractives, de l’agriculture, des BTP, mais aussi du commerce. Elle devrait atteindre 10% en 2015, tirée par le secteur minier, les travaux publics et la construction des infrastructures énergétiques, capables d’induire un boom industriel, ainsi que les retombées de la mise en œuvre de la stratégie des parcs agro-industriels de Bukanga Lonzo et la campagne agricole lancée depuis 2012 », a-t-il argumenté. Et d’ajouter que la maîtrise de l’inflation qui se situe à 0,7% au cours du 1er trimestre 2015, facilitant et favorisant les transactions en monnaie nationale dans laquelle ils effectuent le financement.

L’Agribusiness Forum offre une opportunité d’affaires

Ce forum est d’une grande importance pour renforcer le secteur Agroalimentaire en Afrique en encourageant les partenaires et l’échange de meilleures pratiques et en attirant des investissements. « Le Fonds de Promotion de l’Industrie, instrument du Gouvernement en matière d’industrialisation, s’est inscrit dans la vision du Chef de l’Etat et se conforme aux orientation du Premier ministre qui recommande que l’essentiel des financements du Fonds visent les investissements structurants et industrialisants avec effets propagateurs sur l’agriculture. A cet effet, il a développé son plan stratégique 2013-2017 qui privilégie le secteur de l’agriculture avec un accent particulier sur l’agro-alimentaire », a-t-il précisé.

Parlant de la création du Fonds de Promotion de l’Industrie, l’ADG Constantin Mbengele a indiqué que c’est à l’issue d’une vaste enquête industrielle menée à la fin des années 80 avec le concours de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), que la crise de l’industrie congolaise, à l’époque zaïroise, a été perçue non seulement comme un reflet du déclin économique général, mais aussi comme la résultante de l’absence d’un appui financier adéquat et adapté aux spécificités du secteur. « Cette situation a conduit l’Etat congolais, sur recommandation de l’ONUDI, à créer en 1989 le FPI avec pour mission de promouvoir l’essor et l’intégration de l’industrie congolaise », explique-t-il.

Mission, vision et stratégie de fonds de promotion de l’Industrie

Cette entreprise à caractère financier a pour mission de promouvoir les industries nouvelles en veillant à la réalisation de l’équilibre industriel au plan national. En plus, il s’agit de promouvoir les petites et moyennes industries, aussi bien, l’intégration industrielle entre les grandes et petites unités et l’implantation des industries de production des produits semi-finis. Et enfin, le FPI promet les activités de recherche appliquée permettant le développement et l’amélioration du secteur industriel et commercial.

Par ailleurs, la vision managériale du FPI consiste, dans la promotion du développement industriel de la RD Congo à travers le financement d’au moins une unité industrielle dans chacun des territoires en fonction des potentialités existantes. «  Les deux vecteurs stratégiques par lesquels passe cette vision sont : la pré-viabilisation et viabilisation des zones de production, le financement de la création de l’extension ou de la modernisation des unités industrielles des PME/PMI », a souligné l’ADG de FPI qui a précisé que ces deux vecteurs visent l’émergence d’une classe moyenne d’entrepreneurs congolais.

Des produits à la clientèle et le plan stratégique 2013-2017

Dans son speech, le patron du Fonds de Promotion de l’Industrie a soutenu que les interventions de sa structure concernent les crédits à court terme pour les besoins en fonds de roulement, et à moyen et long terme destinés à financer les équipements. « L’essentiel de nos ressources financent les investissements structurants et industrialisants avec effets propagateurs sur l’agriculture. Le financement de l’Agribusiness passe soit par le crédit, soit par la subvention ou soit par les deux à la fois au regard des incidences socioéconomiques », a soutenu Constantin Mbengele. Dans la même optique, en prenant en compte d’une part les orientations stratégiques du Gouvernement au financement des investissements structurants et industrialisants avec effets propagateurs sur l’agriculture, et d’autre part, les opportunités d’investissement dans l’agriculture, « Le FPI a, pas son Plan Stratégique 2013-2017, renforcé et diversifié ses interventions autour de trois piliers additionnels caractérisés par la mise au point des financements adaptés pour la promotion de l’Agri-business et l’Agro-alimentaire »,a-t-il relevé. Il s’agit entre autre de l’aménagement des infrastructures de base en milieu rural par le financement de la logistique et des infrastructures de base en milieu rural ; les investissements d’appui à l’agriculture, pêche et élevage, dont le financement de la production agricole et agro-industrielle, ainsi que l’appui à la pêche et à l’élevage, et enfin l’énergie dont le financement des projets de production d’énergie électrique, et soutien aux initiatives éventuelles dans le domaine des énergies renouvelables pouvant être produites localement.

Financement de l’Agribusiness et résultats

Il faut dire que le financement en faveur de l’Agro-industrie en 2013 a représenté 42,1% de l’enveloppe totale des interventions de FPI, contre 15,20% en 2012 et 10,36 en 2011, pourtant en 2010, l’enveloppe représentait 33,69%. Ainsi donc, les interventions du FPI dans le cadre des chaines de valeurs agricoles visent l’augmentation de la valeur ajoutée des produits agricoles, d’élevages et de la pêche.

En plus des projets à impact visible, a dit Constantin Mbengele, de par leurs incidences socio-économique, il sied de noter les réalisations telles qu’en 1989 à 214, plus de 25.000 emplois ont été créés ou maintenus. C’est donc une incidence réelle sur les finances publiques, en termes de taxes et impôts payés à l’Etat par ces projets financés et une valeur ajoutée au niveau de l’activité économique.

En sus, au cours de son existence, grâce aux ressources mises à sa disposition par le Gouvernement de la République, le Fonds de Promotion de l’Industrie a financé à travers le territoire national, plus de 900 projets d’investissement et de besoins en fonds de roulement. « Le FPI a, dans le cadre de sa mission, octroyé quelques subventions en appui à la santé, à l’éducation, aux infrastructures de base et à la recherche appliquée », a soutenu l’ADG de FPI.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse