Après son périple au Nord et au Sud-Kivu: Joseph Kabila regagne Kinshasa

par -
0 1220
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Le Président de la République Joseph Kabila Kabange a regagné Kinshasa hier mercredi, au terme d’une visite de travail de 48 heures à Bukavu, au Sud-Kivu. Dans les deux provinces, le Chef de l’Etat y a réaffirmé et renforcé les thèmes soulignés lors de son récent discours sur l’état de la Nation. Il s’agit de la sécurité des populations, l’intégrité du territoire et le développement économique du pays

*A Kinshasa, le Chef de l’Etat devra mettre en place un Comité préparatoire du dialogue politique national inclusif. Et ce, en tenant compte des consultations menées par l’Ambassadeur Saïd Djinnit, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, avec la classe politique et sociale en vue de la désignation du Facilitateur

Le Président de la République Joseph Kabila Kabange a regagné Kinshasa hier mercredi, au terme d’une visite de travail de 48 heures à Bukavu, au Sud-Kivu. Avant de quitter la ville de Bukavu, le Chef de l’Etat a présidé, à l’état-major de la 33ème Région militaire, la réunion avec les chefs militaires de différentes opérations présents à Bukavu.

Il s’agit d’une visite de travail qui a permis au n°1 congolais de réaffirmer et de renforcer les thèmes soulignés lors de son récent discours sur l’état de la Nation. Sinon, au cours de cette visite, un accent particulier a été mis sur la sécurité des populations, l’intégrité du territoire et le développement économique du pays ; tels sont les priorités-clés du Président de la République depuis son avènement au pouvoir.

Au-delà de cet aspect, disons que le retour du Chef de l’Etat à Kinshasa va lui permettre de se concentrer sur un sujet qui, de plus en plus suscite l’adhésion des Congolais. Il s’agit de la convocation du dialogue politique national inclusif. Ainsi, dans quelques jours, le Chef de l’Etat devra inévitablement mettre en place un Comité préparatoire du dialogue politique national inclusif. Et ce, en tenant compte des consultations menées par l’Ambassadeur Saïd Djinnit, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, avec la classe politique et sociale en vue de la désignation du Facilitateur

Quid de la réunion avec les chefs militaires

Concernant cette réunion avec les chefs militaires des différentes opérations présents à Bukavu, le général-major Léon Mushale, commandant de la 3ème zone de défense, porte-parole de la réunion, a déclaré à la presse que les commandants des opérations qui ont assisté à cette réunion ont brossé tour à tour, à l’intention du Commandant suprême des FARDC et de la PNC, l’état sécuritaire et opérationnel de leurs secteurs opérationnels respectifs, de même que les difficultés rencontrées dans leur mission.

Il s’agit, a-t-il dit, des commandants chargés de l’administration de la région militaire, Opération Sokola II Nord-Kivu, Opération Sokola II Sud-Kivu, du commissaire provincial de la PNC, du commandant du Centre de formation de la police et du commandant de la Base navale.

Le Chef de l’Etat, a dit le général Mushale, a félicité tous les hommes de troupes aux différentes zones opérationnelles pour le travail abattu ainsi que les commandants des opérations pour la discipline imposée au sein de nos forces armées. Pour le commandant suprême de nos forces armées, a-t-il poursuivi, et malgré les difficultés rencontrées, il n’y a pas de choix pour nos forces armées de faire la guerre en vue de la sauvegarde de l’intégrité territoriale et la protection de nos populations.

Le Président Joseph Kabila a pris en compte toutes les propositions qui lui ont été faites, avant de promettre des solutions adéquates dans un délai proche. Son agenda prévoyait des entretiens en la résidence officielle du gouverneur de province, avec les députés provinciaux du Sud-Kivu, les membres de la Majorité présidentielle, les délégués des partis de l’opposition, les membres de la Société civile, de la FEC, les autorités coutumières ainsi que les représentants des associations des femmes, des jeunes et des Pygmées.

Pendant son bref séjour à Bukavu, le Chef de l’Etat a eu à visiter quelques chantiers routiers de la ville, notamment Ruzizi I en passant par Nguba, la Nationale N° 5, la route d’Ouvira-Panzi et celle de Buholo 4, précise-t-on.

Joseph Kabila rassure les députés provinciaux

Plusieurs questions ont été soulevées dans la rencontre que le Chef de l’Etat a eu avec les députés provinciaux de la province du Sud-Kivu, hier mercredi 23 décembre 2015, à la résidence du Gouverneur de la même province. Ils ont réaffirmé leur soutien au Chef de l’Etat quant à l’initiative de la convocation du dialogue national. « Nous avons encouragé le dialogue comme clé du processus électoral. Nous avions insisté pour qu’il y ait identification et enrôlement de nouveaux majeurs pour ne pas les priver de leur droit », a indiqué un député provincial.

Les élus du peuple ont aussi évoqué la situation de la sécurité qui se dégrade de plus en plus dans la province du Sud-Kivu. Ils ont fait également fait savoir à Joseph Kabila que les routes de la province sont impraticables, empêchant la bonne circulation des personnes et de leurs biens dans l’ensemble de la province. « Nous   avions présenté la situation de l’état de nos routes sur le plan national, provincial, urbain et local qui continuent à se détériorer. Nous avons présenté la situation de la gestion du personnel administratif, des enseignants, la situation des infirmiers, un problème qui persiste et qui n’est pas encore résolu dans la province. Nous avons demandé au Chef de l’Etat d’achever le projet qu’il a promis », explique le même député qui ajoute qu’ils ont épinglé le prolongement de la piste de Kavumu, la situation de laiterie de Bushi, la sucrerie de Kiliba, le stade de Kadutu, la réhabilitation des infrastructures universitaires et autres. Ils lui ont dit que les redevances minières ne bénéficient pas à la province et enfin, ils ont parlé des arriérés qui ne sont pas payés pour le personnel administratif. Le Chef de l’Etat leur a promis qu’il fera de son mieux pour réaliser ses différentes promesses données à la population du Sud-Kivu.

Pour rappel, le Président Joseph Kabila a visité, la semaine dernière, la province du Nord-Kivu en vue de réaffirmer et renforcer les thèmes soulignés lors de son récent discours sur l’état de la Nation. Au cours de cette visite, un accent particulier a été mis sur la sécurité des populations, l’intégrité du territoire et le développement économique du pays; tels sont les priorités-clés du Président de la République depuis son avènement au pouvoir.

La sécurité et le développement, priorités de Joseph Kabila

Le Président Joseph Kabila a visité, la semaine dernière, la province du Nord-Kivu et cette semaine, celle du Sud-Kivu, en vue de réaffirmer et renforcer les thèmes soulignés lors de son récent discours sur l’état de la Nation. Au cours de cette visite, un accent particulier a été mis sur la sécurité des populations, l’intégrité du territoire et le développement économique du pays; tels sont les priorités-clés du Président de la République depuis son avènement au pouvoir.

Lors dudit discours, le 14 décembre dernier, le Président Joseph Kabila a souligné ses efforts soutenus dans le renforcement de la défense nationale : « Dans le territoire de Beni, au Nord-Kivu, les forces négatives, défaites militairement il y a une année, par nos vaillantes forces armées, sont passées de la guerre conventionnelle à des actes terroristes ciblés auxquels nos forces de défense et de sécurité s’emploient à mettre fin avec le concours actif et précieux de nos populations ».

Dans le Nord-Kivu, la semaine dernière, le Président Kabila, accompagné des officiers responsables des forces armées, ont passé en revue la situation sécuritaire de la région et ont exprimé leur détermination à extirper toute force étrangère de la RDC. « Sur instruction du Président de la République, les Forces armées vont poursuivre sans relâche les opérations visant d’éradication de cette présence illégale et destructive », a dit le ministre de la Défense Nationale, Anciens Combattants et Réinsertion, Crispin Atama Mabe.

Dans la province voisine de l’Ituri, un autre des objectifs de sécurité du Président Kabila a été atteint la semaine dernière. Le 16 novembre dernier, la Haute Cour d’Ordre Militaire congolaise a condamné huit ex-militaires reconnus coupables d’abus sexuel, à des peines allant de sept ans à la peine de mort. Des sentences qui démontrent l’engagement des Forces Armées de la République Démocratique du Congo à combattre les viols de guerre sur le territoire national, un engagement pris en mars de cette année.

La République Démocratique du Congo, en partenariat avec la Communauté Internationale, a fait d’énormes progrès dans la lutte contre les violences sexuelles sur l’ensemble du territoire, tel que publié dans un récent rapport des Nations Unies notant une baisse de 33 % dans les viols attribuables aux hommes armés dans la période allant de 2013 à 2014. Quelques actions prises par le Gouvernement de la République ces dernières années incluent notamment: La signature d’un commun accord entre la République Démocratique du Congo et les Nations Unies, en mars 2013, qui détermine les zones prioritaires dans la résistance contre la violence sexuelle.

La nomination de Mme Jeanine Mabunda Lioko, en tant que Conseillère Spéciale dans la lutte contre les Violences Sexuelles et le recrutement d’Enfants. Depuis sa nomination, saluée par les Nations Unies comme étant “une nouvelle ère,” la République Démocratique du Congo a renforcé ces efforts contre les violences aux femmes et aux faibles ; Sa détermination à combattre l’impunité a conduit à une augmentation des poursuites et des condamnations de personnes accusées de violences sexuelles, y compris dans les forces de sécurité du pays.

La poursuite en justice de 135 cas devant les tribunaux, entre juillet et décembre 2014, dans l’effort du Gouvernement de punir les criminels d’agressions sexuelles. Ces cas ont porté des charges de violence sexuelles contre le personnel militaire et de police, y compris des officiers de haut rang dans chaque force. La mise en place en novembre 2014 par la Gouvernement de la République démocratique du Congo d’une ligne téléphonique d’assistance afin de répondre aux victimes de violences sexuelles cherchant de l’aide médicale ou légale. Depuis janvier 2015, 197 soldats des FARDC ont payé de leurs vies dans des opérations de combat pour neutraliser des groupes armés responsables de crimes sexuels dans les provinces du Sud et du Nord-Kivu.

(JMNK)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse